La danse africaine tématé: l'histoire de la culture du riz

Le tématé est une danse traditionnelle africaine qui raconte l'histoire de la culture du riz et s'enseigne aussi dans les écoles de danse en Occident.
319

Depuis la fin des années 50, les danses traditionnelles africaines se font connaître en Occident. Elles s'adaptent dans les studios de danse qui enseignent les rudiments, les figures, les styles et les différentes chorégraphies. Le tématé est une danse traditionnelle africaine, énergique et libératrice, qui illustre des scènes de la vie quotidienne.

Le tématé: danse traditionnelle des récoltes

Le tématé est une danse de réjouissance, ouverte à tous, comparativement à certaines danses rituelles (pour la pluie, la fertilité, les moissons) ou les danses réservées à des catégories spécifiques de la population. Créée en 1964, elle provient de la danse Kono du village Sando en Côte-d'Ivoire.

Décrite comme une très belle danse - Tématé signifie "plus beau" en langue Wobé -, elle est aujourd'hui exécutée par les Wobé et les Guéré de la Côte-d'Ivoire et en Afrique de l'Ouest. Elle relate l'histoire de la culture du riz, des semailles jusqu'à la consommation.

Déroulement de la danse tématé

Traditionnellement, la danse tématé se déroule ainsi. Coiffées d'un bonnet de cauris et portant à la taille une large ceinture de cuir et des grelots aux pieds, les danseuses enchaînent une chorégraphie illustrant l'histoire du riz qu'elles miment ensemble en se déplaçant à la file indienne: elles sèment les graines, récoltent le riz, le préparent et le consomment. Elles honorent la terre nourricière.

Les figures comprennent habituellement des balancements du corps et des bras, des pas alternés qui pèsent le sol, des sauts latéraux, les deux jambes légèrement écartées. Parfois, elles imitent le jeu de la "chasse à la souris". Les musiciens qui accompagnent les danseuses utilisent des instruments à percussion, soit quatre tambours qui émettent des sons graves ou aigus; il y a également un joueur de hochet.

Les symboliques de la danse africaine

Les danses traditionnelles africaines symbolisent la forme géométrique d'un cercle. Les cercles des danseurs revêtent une connotation sociale ou spirituelle. À l'intérieur des grands cercles appelés, le Glo, les danseurs improvisent joyeusement. Dans le Ciallo , l'accent est mis sur la spiritualité et la tradition. Dans les cercles plus petits, on explore profondément le côté spirituel, on se pare de costumes et de masques.

Pendant la danse, les mouvements du corps partent des hanches vers l'extérieur, et la dynamique des bras exige que le danseur place souvent une main levée vers le ciel et l'autre vers le sol; cette position tend vers l'unicité et la symbiose des deux éléments dans un esprit d'équilibre.

La plupart des danses africaines illustrent les scènes de la vie quotidienne: semailles, récoltes, initiations, les pas ancrés au sol qui imitent le passage des animaux. Chaque geste porte une signification précise, des états et des sentiments sont exprimés: quand le danseur tape du pied plusieurs fois, il manifeste sa joie.

Les bienfaits de la danse africaine

Se dansant les pieds nus, la danse africaine apporte énergie, souplesse, endurance, force, car elle sollicite toutes les parties du corps qui bouge et s'ondule, les genoux fléchis, le dos courbé; et les pas suivent dans un synchronisme parfait le rythme enflammé de la musique, des tambours, du djembé. Elle fait travailler les muscles abdominaux, raffermit les cuisses et calme les maux de dos, subséquemment, elle aide à libérer les émotions et à évacuer le stress.

Sur le même sujet