">">
user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de Colette Weinstein

Exposition "Landru", au Musée des Lettres et Manuscrits, à Paris

Le titre de l'exposition "Landru-6h10-Temps clair" présentée jusqu'au 15 septembre 2013, se réfère à l'heure d'exécution du criminel notée par le bourreau.

L'un des premiers tueurs en série français identifiés, .condamné à mort le 30 novembre 1921, Henri Désiré Landru, n’a rien perdu de sa notoriété et de son pouvoir de fascination.

L’exposition dont le titre « Landru - 6h10 - Temps clair » s’attache, à travers les pièces du dossier d’instruction de cette affaire emblématique, à retracer le processus qui aboutira à l’arrestation de l’un des plus grands criminels du XXe siècle.

C’est à une véritable plongée dans le travail d’enquête qui a mené à l’arrestation puis à l’exécution de l’un des plus terribles criminels que vous convie le Musée des Lettres et Manuscrits.

A partir de 1900, Landru entame sa véritable carrière de petit escroc

Né à Paris en 1869, Henri Désiré Landru est en enfant choyé qui a eu une enfance heureuse. Après des études d'architecte, il épouse sa cousine, Marie-Charlotte Rémy le 7 octobre 1893. Le couple aura quatre enfants.

Landru exerce différents métiers qui ne lui permettront toutefois pas de subvenir décemment aux besoins de sa famille. Condamné pour divers méfaits, il alterne entre des peines d'amende et des peines de prison.

En 1909, Landru est une nouvelle fois condamné pour avoir, cette fois, soutiré des titres financiers à une femme, Jeanne Isoret, qu'il aurait séduite par le biais d'une agence matrimoniale. Cette affaire signe le commencement de ses rapports aux femmes, tristement célèbres.

Le fait divers le plus célèbre du XXe siècle

Landru entreprend, par l'intermédiaire de petites annonces dans les journaux, de séduire des femmes seules, possédant quelques économies et leur promet à chacune le mariage.

Adoptant plus de 90 pseudonymes, l'appât fonctionne. Lorsque les femmes lui semblent suffisamment intéressantes, il les invite à séjourner dans des pavillons de campagne isolés qu'il loue, d'abord à Vernouillet puis à Gambais qui deviendra le lieu de ses assassinats.

Ses onze victimes, les multiples identités endossées puis de meurtrier, un mode opératoire jamais totalement élucidé, l’absence de corps, le refus obstiné de tout aveu, la personnalité enfin de cet homme éloquent, énigmatique et méticuleux condamné pour avoir tué, découpé et brûlé ses victimes ont contribué à ancrer dans la mémoire collective ce qui constitue ce fait divers.

Présentation de l’exposition construite à partir des éléments d'archives inédits

Cette exposition propose une immersion au cœur d’une des plus incroyables affaires du XXe siècle. De précieux documents sont présentés, parmi eux les visiteurs découvrent les photos de toutes les malheureuses victimes du séducteur assassin.

De l’acte de naissance d’Henri Désiré Landru au carnet d’exécution de son bourreau Anatole Deibler, c’est toute la vie du grand criminel qui est ici présentée, et ses mystères.

Les archives exposées au Musée des Lettres et Manuscrits dévoilent le tâtonnement des policiers devant le cas Landru et leur travail de recoupement pour prouver que l’homme à la logique déroutante a bien tué, malgré l’absence de preuves matérielles.

Ils démontrent comment cet homme intrigant profita du contexte politique et social de son temps et comment il put jouir d’une si longue impunité.

L’enquête Landru

En 1918, le maire de Gambais reçoit deux lettres qui l'interpellent. Il parvient à identifier une maison isolée, qui est en réalité celle d'un certain Monsieur Dupont dont on est sans nouvelle. Ces éléments suffisent à ce qu'une enquête soit ouverte, et elle le sera sous l'autorité du commissaire Dautel.

La traque obstinée de l’inspecteur Jules Belin de la première brigade mobile de la police judiciaire, a permis à l’homme et ses adjoints d’arrêter en avril 1919 Lucien Guillet, alias Henri Désiré Landru,

Cet hommage rendu à l’inspecteur Belin est proposé au public grâce à l’exposition inédite du dossier d’instruction, des pièces du procès et des coupures de presse de l’époque. L’examen mental du meurtrier, les notes de son bourreau, Anatole Deibler, sont autant d’éléments inédits qui relatent au public cette étonnante histoire.

L'arrestation de Landru fait la Une de la presse de l'époque et l'affaire devient une attraction mondaine

Le procès s’ouvre le 7 novembre 1921 devant la Cour d’assises de Seine-et-Oise à Versailles. La presse s’empare des lieux. Les personnalités de l’époque (Mistinguett, Colette, Maurice Chevalier...) se bousculent pour apercevoir le criminel. Maître de Moro Giafferi défend avec talent son client.

Il insiste sur le fait que l’accusation est vide, aucun corps n’ayant été retrouvé. Les hypothèses sont là mais les preuves manquent. Elles ne tardent pourtant pas à apparaître. Les villas de Landru sont perquisitionnées.

On y découvre des objets ayant appartenus aux femmes disparues tels que des morceaux de corsets et boutons ou des chaussures, mais également des restes d'ossements humains. Des montagnes de cendres sont réparties entre le hangar, la cheminée et la cuisinière.

La plaidoirie est brillante mais pas suffisante pour sauver Henri Landru qui est condamné à mort le 30 novembre 1921. Il est guillotiné le 25 février 1922 à la prison Saint-Pierre de Versailles à 6h05, après que son recours en grâce ait été rejeté par le président de la République, Alexandre Millerand.

Activités pédagogiques

Un atelier "Le manuscrit secret a disparu, je mène l’enquête" est proposé aux groupes scolaires, enfants et parents durant toute l'exposition.

Renseignements pratiques

  • Musée des Lettres et Manuscrits
  • 222, boulevard Saint-Germain - 75007 Paris
  • Téléphone : 01 42 22 48 48
  • Site web : www.museedeslettres.fr

Sources d’informations

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 837

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!