">
user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de Colette Weinstein

L'Allemagne de 1800 à1939, présentée au musée du Louvre, à Paris

Jusqu'au 24 Juin 2013, l'exposition "De Friedrich à Beckmann" s'inscrit dans le cadre de la commémoration du traité d'amitié franco-allemande de l'Elysée.

Les trois mois de cette exposition sont accompagnés d’événements qui interrogent les bases culturelles, littéraires et artistiques sur lesquelles s’est construite l’identité allemande à la lumière des expériences contemporaines.

Elle replace la création artistique et les artistes, de Caspar David Friedrich (1774 - 1840) à Paul Klee, de Philipp Otto Runge à Otto Dix, dans le contexte intellectuel de leur création et les confrontent aux écrits des grands penseurs au premier rang desquels figure Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832).

Longtemps à la recherche de son unité politique, l’Allemagne s’exprime d’abord au XIXe siècle par la voix de ses philosophes et de ses artistes

La notion de "Kultur", concept hérité de la philosophie des Lumières, est apparue comme la plus susceptible de constituer le terreau sur lequel inventer une tradition allemande moderne.

L’exposition "De l'Allemagne - 1800-1939, de Friedrich à Beckmann" analyse la façon dont les beaux-arts, du romantisme à la Nouvelle Objectivité, ont pu participer à ce mouvement d’une grande liberté de composition et d’invention, toujours avide de réinventer une tradition allemande.

De la fin du XVIIIe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’histoire allemande est marquée par la constitution difficile de son unité politique dans le cadre de l’Europe des nations qui se met alors en place.

Cette nation en devenir pouvait-elle alors rêver à de meilleurs ambassadeurs que Beethoven, Schumann, Mendelssohn, ou Brahms pour donner corps, cœur et âme à cette identité allemande ?

Riche de plus de deux cents œuvres, l’exposition propose une réflexion autour des grands thèmes structurant la pensée allemande de 1800 à 1939.

De la fin du XVIIIe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’histoire allemande est marquée par la constitution difficile de son unité politique dans le cadre de l’Europe des nations qui se met alors en place.

Si l’occupation napoléonienne a pu favoriser la prise de conscience de cette unité, fournissant l’arrière-plan politique aux premières expérimentations romantiques, la montée du nazisme, à l’autre bout du parcours chronologique, a mis en évidence la dimension tragique d'un concept, sans pour autant réussir à l’anéantir.

Le parcours de l’exposition se déroule en trois sections

  • Apollinien et dionysiaque (l’esthétique et son contraire)
Placée sous les auspices de Goethe et de Nietzsche, cette première section montre le désir récurrent, chez les artistes, d’un ailleurs temporel et géographique.

  • Le paysage comme histoire de Caspar David Friedrich à George Grosz
La deuxième section montre comment le romantisme a tenté d’ériger la peinture de paysage comme peinture d’histoire.

  • Ecce Homo. Humain/Inhumain
Cette section s’ouvre avec la fameuse Forge de Menzel, image héroïsée d’hommes au travail à l’aube de l’unité sous l’égide de la Prusse. Puis envisage le traumatisme suscité et par la Première Guerre mondiale et par la révolution de 1919.

Informations pratiques

  • Musée du Louvre
  • 99, rue de Rivoli - Paris Cedex 01 (France)
  • Informations 33(0)1 40 20 53 17
  • Fax 33(0)1 40 20 84 58
  • E-mail info@louvre.fr
  • Site Web www.louvre.fr

À propos de l'auteur

user_images/35715_fr_fiancaille.jpg

COLETTE WEINSTEIN

Rédactrice de plus de 750 articles parus sur le site "Suite101.fr", dont
  • 837

    Articles
  • 24

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!