La contrefaçon a un musée

A l'occasion de ses 140 ans, l'Union des Fabricants révèle les résultats du sondage relatif à la vision des Français sur les dangers de la contrefaçon.

Un hôtel particulier classé de la rue de la Faisanderie à Paris (16e), abrite depuis 1951 le Musée de la Contrefaçon. Il est animé par l’Union des Fabricants, association française de lutte anti-contrefaçon.

Unique en son genre, ce musée présente de façon didactique une collection de produits très diversifiés, tous parasités par des copies.

Il permet au visiteur de s'informer sur l'étendue de l'imitation, sur ses conséquences néfastes et de connaître les sanctions prévues par la loi en cas de fabrication, commercialisation ou de simple possession.

La lutte contre la contrefaçon

Phénomène accru par la croissance du e-commerce, la contrefaçon se développe aujourd’hui dans un contexte de mondialisation et d’accélération des échanges.

Elle constitue une menace croissante qui déstabilise le commerce légal et menace la santé et la sécurité des personnes. Les produits traditionnellement contrefaits au vu des saisies françaises sont principalement des articles d’habillement, des soins corporels, des produits alimentaires ou des articles de la téléphonie mobile.

Les articles de contrefaçon fabriqués hors des circuits habituels de contrôle de la qualité et des normes sont potentiellement dangereux. Enjeu majeur de santé publique et de protection du citoyen, les trafics de médicaments constituent une priorité d’action de la douane française.

L'Union des Fabricants (UNIFAB)

Créée en 1872, cette association française de lutte anti-contrefaçon est reconnue d'utilité publique dès 1877 et passe sous le régime de la loi sur les associations en 1901. Elle regroupe plus de 300 entreprises issues de l’intelligence, de la tradition et de la publicité, et les plus grandes fédérations professionnelles.

Sa mission est de sensibiliser le consommateur sur les conséquences sociales, économiques, commerciales, environnementales et criminelles de la reproduction frauduleuse.

L'Union des Fabricantsparticipe à la création de l'Office National des Marques de Fabrique et des Brevets d'Invention en 1901 et recommande l'établissement du premier registre des marques qui servira de base à l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI).

En 2012, l’Unifab a demandé à l’Ifop (Institut français d’opinion publique) de mener une étude sur les français et les dangers de la contrefaçon.

Ce baromètre révèle que 29% des français s’étaient déjà procurés de faux produits soit un score en chute de 6 points par rapport à 2005. Parallèlement, il est important de souligner que 37% ont été trompés pensant acquérir un bien authentique.

Les Français savent aujourd’hui que le faux touche tous les domaines et 9 personnes sur 10 ont désormais conscience que l’achat de contrefaçons fait encourir un risque, ce qui révèle une meilleure connaissance du phénomène.

Le Musée de la Contrefaçon

Ce musée présente des vrais et faux produits parmi les plus représentatifs de la contrefaçon actuelle : parfums, tabac, dictionnaires, logiciels, CD/DVD, jouets, outillage, électroménager, produits d'entretien, textile, maroquinerie, vaisselle, pièces détachées d'automobile, stylos…

Les articles contrefaits sont issues de saisies, jugements ou transactions, ils permettent aux visiteurs de mieux distinguer les différences avec ceux qui sont authentiques. Des imitations de statuettes de Rodin à des œuvres de Dali, c’est toute une industrie de faussaires qui est dénoncé.

Une salle est dédiée aux droits d’auteur.

Exposition temporaire "Faux du logis" : la contrefaçon dans l’environnement domestique

Le Musée de la Contrefaçon présente actuellement une exposition consacrée au faux dans l’environnement domestique.

L’objectif est de sensibiliser le consommateur aux risques auxquels il s’expose en achetant des contrefaçons tout en démontrant que la copie est la négation même du progrès et de l’innovation. Elle permet de pointer, espace par espace, comment la contrefaçon des objets les plus familiers, les plus usuels s’invite chez vous.

Le public peut ainsi, à travers les pièces qui composent un appartement, constater le large éventail des produits copiés. Il pourra également comparer les produits authentiques et leurs contrefaçons afin d’acquérir de véritables réflexes de protection contre ce fléau.

La Journée mondiale anti-contrefaçon

La Journée mondiale de lutte contre la contrefaçon a été créée en 1998 par le Global Anti Counterfeiting Group (GACG), elle est célébrée chaque année à la fin du mois de juin pour faire prendre conscience des coûts liés à la contrefaçon et au piratage à l’échelle internationale.

Cette journée spéciale a eu lieu en 2012 : le 7 juin, sur le thème du faux médicament. Organisée par l’Unifab, en partenariat avec le CNAC, l’INPI, la Douane, le LEEM et Sanofi, elle s’est déroulée dans les locaux de ce dernier.

La santé publique est menacée par des produits qui ne respectent aucune norme. Ils sont dangereux, provoquent des allergies, des accidents, mettent en péril de consommateur.

Renseignements pratiques

  • Musée de la Contrefaçon
  • UNIFAB
  • 16 rue de la Faisanderie - Paris 75116
  • Téléphone : 01 56 26 14 03
  • musee@unifab.com
  • Site internet : www.unifab.col

Sur le même sujet