Chenilles processionnaires : menace pour l'homme et les animaux

Au printemps les chenilles processionnaires du pin représentent une réelle menace pour les hommes et les animaux en raison de leur poil fortement urticant.
430

Le poil urticant des chenilles processionnaires pose de gros problèmes à partir de mi-mai jusqu'en septembre. Ce qui est remis en cause ne concerne pas les chenilles elles-mêmes mais leur poil qui se déplace un peu partout avec le vent et que l'on retrouve dans les nids vides des chenilles. Ces animaux à l'apparence inoffensive sont de dangereuses petite bêtes porteuses de poils venimeux dont le contact provoque chez les animaux et les hommes de grosses réactions allergiques et physiologiques de plusieurs ordres allant de la simple démangeaison à la détresse respiratoire grave.

Qui sont les chenilles processionnaires ?

On appelle ces insectes chenilles processionnaires car elles descendent le long des troncs des pins, leur lieu de prédilection, en file indienne, et vont se faufiler dans le sol pour se transformer en papillons de nuit qui vont pondre des œufs à la fin de l'été. Elles se nourrissent des aiguilles de pins, ce qui a pour conséquence la défoliation de l'arbre et son affaiblissement, et une porte ouverte pour d'autres parasites.

Les chenilles éclosent d'avril à mai, mais à ce stade, elles ne sont pas encore porteuses de poils urticants. C'est lors de leur troisième mue de mai à juin qu'une bande foncée apparaît sur leur dos. Il s'agit des poils urticants. Lorsque les chenilles fabriquent leur cocon et qu'elles les abandonnent, ces poils dangereux restent dans leur nid, puis volent au gré du vent pour se coller n'importe où grâce à leur forme crochetée à l'extrémité et provoquent d'importants dégâts sur la faune et aussi chez les humains. On les trouve en général dans la moitié Sud de la France, dans les Landes et en Corse. Mais les spécialistes de l'INRA soulignent que celles-ci ont aussi migré vers la Bretagne, au nord de la Bourgogne, en montagne dans les Alpes et les Pyrénées en raison du changement climatique.

Quels sont les symptômes d'une réaction au poil de la chenille processionnaire ?

Chez les animaux, les vétérinaires insistent sur la gravité des risques, notamment chez le chien qui va se lécher lors de démangeaisons, ce qui entraîne un gonflement de la langue et asphyxie l'animal. Pour éviter la mort de l'animal, il faut intervenir immédiatement au risque de voir la langue du chien nécrosée. L'attaque des chenilles concerne l'ensemble des animaux, que ce soit les animaux de ferme ou de compagnie.

Chez l'homme, les médecins constatent des démangeaisons cutanées, l'apparition de conjonctivites, des difficultés respiratoires et, lors d'une ingestion de ces poils, une inflammation des muqueuses de la bouche ou des intestins. On peut souffrir d’œdèmes buccal, des mains et du cou. Lorsque ces symptômes s'accompagnent de vertiges, vomissements ou malaises, il est urgent de se rendre aux urgences.

La lutte contre la chenille processionnaire

Pour éviter leur propagation, les autorités forestières détruisent les nids avec un traitement microbiologique qui ne peut être appliqué dans les villes où les pins sont dispersés. Plusieurs méthodes sont mises en place pour éradiquer la chenille processionnaire :

  • L'échenillage manuel qui consiste à détruire les pontes et les nids manuellement.
  • L'éco-piège qui a pour fonction de mettre un piège par pin tout en préservant l'environnement.
  • Le piège à phéromones de synthèse qui est installé dans les pins pour piéger les papillons mâles.
  • La prédation par les mésanges

Sur le même sujet