Le temps scolaire correspond-il au rythme de nos enfants ?

Tandis que le temps de travail a été divisé de moitié en un siècle pour les adultes, la quotité du temps scolaire a été réduite d'un tiers pour les élèves.

Aujourd'hui, le mode de vie nos enfants est très différent de ce qu'il était il y a un siècle. Les jeunes doivent souvent s'adapter à des contraintes extérieures liées aux transports, à la famille ou encore aux structures économiques et touristiques, ainsi qu'au calendrier imposé par l’Éducation nationale. Même si le nombre d'heures de cours a peu changé ces dernières décennies, avec une moyenne de six heures de cours par jour, les enfants et les adolescents passent de plus en plus de temps hors de leur domicile et sont de plus en plus fatigués. Comment leur demander ensuite d'être performants toute la journée ?

Une journée scolaire type d'un élève français

Si l'on analyse l'emploi du temps d'un élève du secondaire, on constate que celui-ci peut partir de chez lui une douzaine d'heures. Bien souvent, les enfants sont obligés de prendre un moyen de transport tel que le bus, le car ou le train pour se rendre dans leur établissement. C'est ainsi qu'ils peuvent quitte leur domicile dès sept heures du matin pour n'y rentrer qu'une douzaine d'heures plus tard entre 18 et 19 heures pour les enfants les moins avantagés. Dans ces conditions, peut-on exiger d'un élève qu'il soit performant tout au long d'une journée d'école et de lui demander le soir de replonger dans des devoirs scolaires ? Nos enfants ont souvent des cahiers de texte bien remplis où il leur est demandé d'apprendre leurs leçons et de faire quelques exercices pour appliquer ce qui a été vu en classe.

Le rythme scolaire en France et à l'étranger

Le rythme scolaire est aujourd'hui basé sur le schéma typique d'une heure de cours avec une discipline, une classe, un cours et un enseignant. Mais des études menées par l 'institut national de recherche pédagogique (INRP) ont souligné que cette organisation du temps n'était pas adaptée aux besoins des élèves et de leurs apprentissages individuels. Contrairement à nos voisins européens, les petits français ont des journées scolaires plus remplies que d'autres pays. En moyenne, selon les données transmises par Eurybase qui décrit l'organisation des systèmes éducatifs dans 31 pays européens, l'année scolaire des élèves de nos pays voisins se répartit selon le schéma suivant :

  • une semaine sur cinq jours,
  • une journée de quatre heures au primaire et de cinq heures dans le secondaire,
  • une semaine de 23 heures 30 en primaire à 26 heures dans le secondaire,
  • une année scolaire répartie sur 38 à 40 semaines avec des vacances d'une semaine durant l'année et six à huit semaines durant l'été.

Comment optimiser le temps passé à l'école ?

Pour que l'élève reste performant tout au long de la journée, les scientifiques suggèrent de placer par exemple les matières difficiles aux moments où les élèves sont les plus attentifs : en milieu de matinée ou d'après-midi. En fin de matinée et en fin de journée, les enfants ont souvent une baisse de forme. Ils soulignent en outre que le temps de sommeil n'est malheureusement pas pris en compte dans le système éducatif. Il n'est pas rare de voir des élèves fatigués dès la première heure de cours, témoignent de nombreux enseignants. Il est en outre demandé aux élèves de faire des devoirs au retour du collège ou du lycée. Comment peuvent-ils dans ce cas être performants et avoir suffisamment d'heures de sommeil avec un tel rythme ? Il faudrait alléger le temps de présence au sein d'un établissement selon l'âge de l'enfant et organiser en dernière heure d'enseignement une étude dirigée où chaque enfant aurait un suivi individuel qui lui permettrait de limiter la quotité de travail à faire à la maison.

Pour s'épanouir, l'enfant a besoin d'avoir suffisamment de temps libre pour lui. Or, le temps passé à l'école fait concurrence à ce temps libre. De nos jours, les enfants accèdent à de nombreuses connaissances par le biais des activités extra-scolaires qui leur sont proposées. Ces dernières font aussi partie de leur réussite scolaire. Sans elles, les enfants se heurtent à des inégalités socio-culturelles et réduisent leur chance de réussir.

Sur le même sujet