L'étourneau sansonnet, un oiseau au comportement captivant

L'étourneau est un oiseau fascinant par ses réactions très contrastées, qui passe pour un racketteur de nourriture et déploie une énergie phénoménale.
627

L'étourneau est un vrai petit glouton qui picore tout ce qu'il trouve de comestible sur le sol, les jardins, parcs et distributeurs de graines. Il se déplace toujours en groupe pour se nourrir, et peut parcourir en une journée de 20 à 25 kilomètres pour se rendre de son nid à une source de nourriture. Quand ils sont affamés, les étourneaux n'hésitent pas à absorber de grandes quantités d'insectes et de larves, et ils vont même jusqu'à se percher sur le dos des brebis pour manger les tiques. Contrairement à une idée reçue, les étourneaux ne s'attaquent pas aux autres oiseaux pour se sustenter; ils se contentent au contraire de terminer les restes.

Le comportement des étourneaux

C'est un oiseau téméraire, mais aussi social et grégaire qui constitue de grands groupes de vols au crépuscule pour aller se coucher. Il n'a pas d'habitat très précis, et on peut le trouver un peu partout, dans les landes, les champs ou les pelouses, et dans des trous d'arbres ou autre pour se reposer. On peut s'étonner de sa coordination en groupe pour les déplacements : les étourneaux peuvent en effet voler par milliers, tourner et plonger, aile contre aile, sans même s'accrocher.

Leur communication passe par des gazouillis, murmures, gloussements et cliquetis, et chose encore plus surprenante, l'étourneau est un oiseau virtuose qui a l'art de reproduire les sons qu'il entend. C'est ainsi qu'il peut imiter le chant d 'autres oiseaux comme le pic vert par exemple ou le merle . Mais sa capacité à reproduire les sons va bien au-delà du chant de ses congénères. Il sait imiter les voix humaines ou encore les bruits d'appareils électroniques. Méfiance alors... qui sait, peut-être entendrez-vous dans votre jardin un étourneau imitant la voix d'un membre de votre famille !

La reproduction de l'étourneau

Il arrive que le mâle choisisse son futur nid dès le mois de janvier, même si l'accouplement ne commence qu'en avril. Il opte pour un trou d'arbre, de mur ou d'une falaise. Les clochers peuvent aussi lui convenir. Une fois bien installé, il revient au même endroit tous les ans. Il est d'ailleurs fréquent que les étourneaux nichent en colonies et installent plusieurs nids dans une même cavité. Le mâle construit son nid à l'aide de racines, de paille et d'herbes sèches.

Quand il se décide pour une femelle, le mâle quitte son groupe et fait la cour à la charmante demoiselle en se perchant sur une branche juste au-dessus d'elle et en frémissant des ailes sans cesser de chanter. La femelle pondra de quatre à six œufs de couleur bleu pâle, vers la mi-avril. Et les deux parents se relayeront pour la couvaison. Les œufs écloront au bout de 12 à 13 jours, et 22 jours plus tard, les petits seront prêts à quitter le nid. À la naissance, les poussins sont couverts d'un duvet noir et l'intérieur du bec est jaune. C'est aussi un excellent moyen pour les parents de les repérer dans la pénombre. Les petits poussent rapidement des cris perçants et ouvrent un bec bien large dans l'attente de la nourriture. Les deux parents les nourrissent toutes les cinq minutes. À l'image de leurs parents, les bébés étourneaux sont aussi de vrais petits goinfres.

L'espérance de vie de l'étourneau sansonnet est de cinq ans. C'est une espèce très commune dans les zones tempérées. Les étourneaux sont considérés comme nuisibles, car ils sont bruyants et se logent n'importe où. Mais surtout, ce sont des vecteurs d'acariens et autres nuisibles qui peuvent envahir les habitations humaines.

Sur le même sujet