user_images/227120_fr_dh.jpg

DANIEL HUBINON

Publié dans : Les articles Histoire de Daniel Hubinon

Pierre Abélard vs Bernard de Clairvaux

L'affrontement de deux titans dans le premier conflit philosophique de l'église médiévale

Pierre Abélard

Pierre part étudier à Chartres, de 1093 à 1099, avant de monter à Paris suivre les cours de l’école cathédrale et se tourne vers l’enseignement.

Vers 1110 il fonde une école de rhétorique et de théologie, sa pensée va rapidement le faire reconnaître parmi les philosophes de sa génération.

En 1117, il est choisi par Fulbert, chanoine de Notre Dame de Paris, pour devenir le précepteur de sa nièce Héloïse (qui est plus vraisemblableement sa fille).

La liaison amoureuse entre maitre et élève est découverte Pierre doit quitter Paris avec Héloïse pour la mettre à l’abri dans sa famille ou elle accouchera d’un fils Astrolabe, un futur chanoine

Fulbert exige réparation par le mariage, en acceptant, au départ, qu’il ne soit pas rendu public pour préserver la carrière de Pierre, un clerc se devait de rester célibataire.

Rancunier "l’oncle", finira par révéler le mariage et charge deux sbires de punir Pierre en l’émasculant, un chatiment habituellement réservée aux violeurs.

Le chapitre de Notre-Dame ne pouvant tolérer l’acte fait arrêter les exécuteurs qui sont à leur tour émascules et énuclées, Fulbert est suspendu de sa fonction.

En 1118, Héloïse prend le voile à Argenteuil et Pierre se retire comme moine à Saint Denis.

Bernard de Clairvaux

Il étudie la Bible et les auteurs latins, Horace, Lucain, Sénèque, Tacite, Virgile et Ovide.

Bernard entre à l'abbaye de Cîteaux en 1112 pour être nommé abbé de la nouvelle abbaye de Clairvaux, en 1115, ou on le considère comme un des directeurs de conscience de l'ordre cistercien.

L’essentiel de son raisonnement est que; "l’homme n'a pas à tenter d'élucider les contradictions apparentes du dogme ou de trouver une explication rationnelle aux textes saints, la foi que l'on reçoit doit être transmise inchangée".

Il refuse tout changement, bien qu’avec la naissance des universités, des théologiens s'attaquent à la compréhension des textes par la raison seule.

Défenseur la société féodale, de la théocratie pontificale, et de l’ordre établi (voulu par Dieu), il affirme qu’Il suffit de corriger les vices des hommes pour résoudre les problèmes de la société.

Il est aussi un des premiers à contester la rupture entre l'intelligence philosophique et la foi, qui va produire la confrontation entre la mystique monastique et de la dialectique des écoles.

Si Bernard fait des études ordinaires, Abélard est brillant allant de ville en ville trouver les meilleurs maîtres, fréquenter leurs écoles avec l’ambition de devenir le premier philosophe de son temps.

En 1110, déjà, Pierre met en évidence des concepts qui attaquent les bases mêmes de l’enseignement des maitres de l’église;

"Aimer dieu est une chose … condamner en son nom en est une autre".

"La vérité se cherche et nul n’a le droit de se flatter d’en avoir le monopole, elle n’apparait pas distinctement dans les textes …".

" La confession est inutile puisque dieu sait tout".

"Condamnons l’utilisation de la foi aux seules fins du pouvoir d’une église intransigeante".

Le moine de Saint-Denis prend position sur le concept de la trinité et la manière d’appréhender la foi.

"La foi est l’opinion qu’on se fait des réalités cachées, une estimation des choses invisibles ".

La logique d’Abélard enseignée aux clercs ne dérangeait pas trop l’église mais quand il aborde les fondements de la pensée traditionnelle, il en devient l’adversaire.

Guillaume de Saint-Thierry, une autre figure marquante, est le premier à le soupçonner d’hérésie et alerte l’abbé de Clairvaux.

Un moine hérétique se dresse face à la théologie mystique qui affirme que tout savoir humain n'a d'importance que dans la mesure où il est ordonné à la vérité religieuse.

Le tribunal de la foi

Bernard accusateur de Pierre, le fait condamner au concile de Sens en 1140(*). Il représente tout ce qu’il déteste: l'intelligence, l'arrogance dominatrice, les prouesses dialectiques, la notoriété.

(*) Ses travaux l’ont déjà conduit à une première condamnation pour hérésie par les autorités ecclésiastiques en 1121.

Personne à Sens ne prend position pour l’accusé tous sont convaincus de sa faute, il est cité pour subir la sentence … sans aucun moyen de défense.

Bernard ne leur à t’il pas affirmé que son adversaire doit être exclu … excommunié … il faut le vaincre, qu’il se rétracte et morde la poussière par la renonciation au combat.

"Nous avons en France un moine sans règles, sans discipline qui dispute avec les garçons et fraie avec les femmes … cette anomalie peut elle se perpétuer?".

Ses "assesseurs" sont:

Geoffroy de Chartres, hostile à Abélard;

L’archevêque de Sens, ancien aumônier d’ Innocent II , dont Bernard à favorisé l’élection;

Thomas, abbé de Morigny, un "ami" d’ Abélard qui a changé de camp.

Comment expliquer la rigueur de l’accusation?

Bien avant le concile de Toulouse en 1229, qui instituera la procédure inquisitoire elle est de mise à Sens, avec sa règle qui ne nécessita pas de preuves pour juger un accusé qui souvent pas présent et ignore tout des charges retenues contre lui.

Au XIXe siècle Joseph Maistre, éminent philosophe du monde chrétien, nous livre son explication, bien dans l’optique de Bernard:

"Le mal est sur terre il doit être réprimé par le châtiment .. toute puissance repose sur l’exécuteur … l’église, ordre suprême, doit donner l’exemple de la rigueur absolue et faire respecter la loi divine et invisible par la répression du crime".

L’abbé triomphe Pierre est condamné, par le pape avant d’avoir pu s’adresser à la Curie, au silence éternel et enfermé à Cluny.

Ses oeuvres sont livrées aux flammes de l’enfer, la foi est un domaine ou la philosophie n’a aucun droit d’intervenir.

Pierre meurt en 1142, Bernard en 1153.

Conclusion

Au fil des siècles les tribunaux de la foi vont finir par disparaitre … heureusement pour le scénariste de la série "Inquisitio" qui décrit Catherine de Sienne comme la comploteuse, manipulatrice, qui va répandre la peste chez les juifs pour soutenir le vrai Pape.

http://www.mlactu.fr/article/inquisitio-la-série-télé-sur-les-papes-d’avignon/687

http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/inquisitio-une-serie-sous-le-feu-des-critiques-18-07-2012-2637_118.php

http://www.academia.edu/1404937/La_pensee_medievale_-_Pierre_Abelard_en_trompe-loeil_par_Joao

http://st-bernard-escaut.cathocambrai.com/vie-saint-bernard-clairvaux.html

http://atheisme.org/inquisition.html

À propos de l'auteur

user_images/227120_fr_dh.jpg

DANIEL HUBINON

De formation scientifique (physico-chimie) mon expérience professionnelle est
  • 52

    Articles
  • 11

    Séries
  • 2

    Abonnés
  • 2

    Abonnements

Poursuivez la discussion!