user_images/227120_fr_dh.jpg

DANIEL HUBINON

Publié dans : Dernières nouvelles de demain par D. Hubinon

Windows 10, retour vers le futur?

Le bébé est arrivé en juillet 2015, le point après quelques mois d'utilisation.

Sorti en 2001 XP a été vendu à près de 400 millions de copies en 2006, avant d’être abandonné en 2014. 

Mai 2015, Windows 8.1 reste loin derrière Windows 7 et XP… 

C'était donc mieux avant… comme on peut le constater. 

"… 8 a des d’atouts dans le domaine du tactile mais en avons-nous la même utilité sur PC traditionnel? L’analyse montre que sur PC, Windows 8 ou 8.1 sont beaucoup moins productifs que Windows 7 (et XP). Microsoft semble avoir oublié le rôle d’un système d’exploitation pour PC, proposant une interface logicielle simple entre l’homme et la machine. Sa finalité est de permettre l’exploitation au mieux de cette dernière, laissant à l’utilisateur le soin d’installer ce dont il a besoin. 

Seven est sorti après le flop de Vista, qui a provoqué une crainte pour la nouveauté, et une frilosité à aller au-delà de XP.

 http://www.cowcotland.com/news/16662/flop-windows-vista.html

http://www.macwindows.com/Why-Windows-8-is-a-bigger-flop-than-Vista.html 

Une crainte constatée encore en 2016 au vu des parts de marché de Windows XP qui restent élevées en dépit des prétendus risques, qui ont conduits pas mal d’utilisateurs à sortir leur carte Visa". 

Seven, en héritier de XP, a assumé la succession d’un OS construit sur NT4 qui restera incontestablement la référence en matière de stabilité. NT4 serveur, intégrant les services pour Macintosh, a assuré la parfaite communication dans les réseaux hybrides pendant de longues années. 

Microsoft a volontairement sauté la version 9 pour marquer une réelle évolution de l’indigeste 8. 

 http://www.ginjfo.com/actualites/logiciels/windows/windows-8-une-annee-cauchemardesque-pour-microsoft-20131229

Après 8 Microsoft décide (enfin) de revenir à la convivialité, 10 étant sensé redorer son image auprès de ceux qui résistent encore, et toujours, en XP et Seven. Le menu "démarrer" refait surface dans un GUI largement inspiré des dernières moutures d’ Os X pour retrouver la convivialité, qui a toujours été le cheval de bataille de Cupertino, suivi déjà en cela dans le monde Linux ou l’on apprécie, en plus, les fonctions de personnalisation de l’interface graphique utilisateur. 

L’auteur de ce billet est entré en informatique à la belle époque de la carte perforée, se présente comme "un presque parfait trilingue" sévissant en Mac (depuis Mac Os 6), dans l’autre monde (depuis MS Dos) et chez Linux (depuis 1999). Retraité depuis février 2012, au quotidien il travaille encore et toujours sur; 

- Un G5 en 10.4 et un en 10.5. 

- Un Mac mini, Intel, en 10.5. 

- Un MacBook, fin 2007, en 10.6 et 10.7. (*) 

- Un P4 "gonflé" pour Seven, qui sert à tester 10.

- Un Acer en Debian, avec XP en machine virtuelle. 

- Un Fujitsu en Ubuntu. 

(*) En attendant de s’offrir un nouveau MacBook, quand El Capitan aura fait toutes ses maladies de jeunesse. 

De quoi faire face à tout selon besoins et envies sans le moindre souci… ce qui ne tourne pas rond sur une bécane le fait sans problème sur une autre. 

Sur le MacBook Snow Léopard et Lion restent dans la course, les portables Debian et Ubuntu (personnalisés en distributions "maison") sont là pour tout ce qui n’est pas monnaie courante. 

Conclusion Windows 10 est une bonne cuvée malgré quelques adaptations indispensables pour personnaliser l’interface, mais parions que beaucoup resterons sur Seven en attendant que 10 fasse ses maladies de jeunesse. 

Un hacher, dans le bon sens du terme, qui ne vous oblige pas à penser comme lui.



À propos de l'auteur

user_images/227120_fr_dh.jpg

DANIEL HUBINON

De formation scientifique (physico-chimie) mon expérience professionnelle est
  • 52

    Articles
  • 11

    Séries
  • 2

    Abonnés
  • 2

    Abonnements

Poursuivez la discussion!