Bientôt sur grand écran, la vie de Keith Moon avec Mike Myers

Le titre, pas encore arrêté, pourrait bien être "Keith Moon naked for your pleasure". Qui était ce Keith Moon, batteur des Who, qui fit tant couler d'encre?

Keith Moon, 1946-1978. Ce type peu fréquentable reste considéré comme l'un des deux ou trois plus grands batteurs de rock. On tourne actuellement un film sur sa vie avec Mike Myers dans le rôle principal.

L'enfance

Keith Moon fut un gamin hyperactif, surdoué au caractère instable, s'enflammant pour l'une ou l'autre occupation, mais dont la passion retombait rapidement. Nul doute que s'il n'avait découvert précocement l'art de la batterie, il aurait connu une vie fort morose...

Plus probablement, il aurait "mal tourné"

Ce genre de gamins, parfois prédisposés à la schizophrénie, sont souvent solitaires (ce qui changera : devenu célèbre, il se fera beaucoup d'amis, principalement auprès des batteurs de groupes rivaux). Après que Keith ait accédé à la notoriété, des rumeurs courront sur son compte : enfant ou adolescent, il aurait frappé sa mère et l'on aurait dû le placer en observation à l'hôpital psychiatrique St. Bernard pour troubles mentaux. En réalité il s'agirait d'affabulation "justifiée" par son comportement plus que violent, notamment envers son épouse quelques années plus tard. Dans les rares interviews accordées par Kathleen Winifred Moon, mère de Keith, jamais elle ne fit mention de violence physique à son égard de la part de son fils dont elle reconnaît cependant qu'il était "difficile à contrôler".

Avait-elle pu garder de mauvais souvenirs qu'elle jugeait inutile de divulguer ?

Dès sa première interview en 1965, « maman Moon » tentait d'améliorer l'image publique de son fils en proférant trois énormes mensonges : « Keith ne fume pas, boit très modérément et ne s'intéresse pas énormément aux filles » !

Un humour discutable

Dès l'âge de quatorze ans, Keith commence à expérimenter ses fameuses "sales blagues", qui vaudront parfois la visite de la police au domicile familial : desserrer le frein à main de plusieurs voitures sur un parking légèrement pentu... placer les haut-parleurs de son électrophone dans le jardin, juste au bord du trottoir, attendre le passage de vieilles dames (cardiaques si possible !) pour faire hurler un disque de bruitages sonores évoquant un train fonçant à toute vitesse... inviter des copains au restaurant et partir en courant au moment de l'addition en les laissant se débrouiller... se trouver de la place dans le métro aux heures de pointe en sortant de sa poche un grand sac en papier, le porter à sa bouche en criant « Je suis malade... je vais vomir » tout en faisant d'horribles bruits de gargouillis. Arrivé presque au terminus, lorsqu'il n'y reste plus personne, il a coutume de dévaster le wagon, déchirant les publicités et démontant les sièges afin que les prochains voyageurs ne puissent pas s'asseoir. De plus mauvais goût encore : utiliser le micro sonorisant la station de métro de Finchley Road, en plein quartier juif, pour imiter la voix de Hitler ou les ordres de la Gestapo tels qu'ils les avait entendus aux actualités. Sans être antisémite, Keith conservera toujours cette forme d'humour particulier (si l'on peut considérer qu'il s'agit d'humour) au point de se déguiser en officier nazi, de préférence lorsqu'il était en Allemagne, et d'autoriser les médias à en diffuser des photos.

Keith souffre d'un trouble nommé BPD

Ce sont les initiales de Borderline Personnality Disorder. Le terme anglais borderline ne se traduit pas dans notre langue ; les psychiatres français parlent donc de "désordre de la personnalité borderline", qui signifie que le sujet est en permanence à la limite entre la psychose et la névrose. Nul doute qu'il aurait dû se faire soigner très tôt... mais une star se fait rarement interner volontairement. Son ami Gerry Evans reconnaît qu'il était souvent embarrassé lorsqu'il se promenait avec lui. Il "avait la honte" d'être avec un gugusse qui, de surcroît, riait trop bruyamment et trop fréquemment. Tout comme Keith, il avait la passion du rock'n'roll... mais Gerry, lui, n'associait pas ce "mode de vie" à une forme de délinquance juvénile. La séparation entre les deux amis sera consommée lorsque Keith se rendra coupable de vols. En "toute bonne foi", ajoute Gerry : Keith aurait le culot d'expliquer que les commerçants sont assurés contre le vol !

Culot, humour ou inconscience ? Tout à la fois !

Reconnaissons qu'à cette époque les frasques de Keith Moon relèvent plus de la malice que du mal. Mais son père, dès 1964, était inquiet pour ce fils qui avait abandonné ses études, ne conservant jamais longtemps le même travail rémunéré et dont on se demanda rapidement ce qu'il pourrait bien faire dans la vie (sinon des bêtises). Papa Moon préféra se porter garant au moment de l'achat de sa première batterie. Ainsi, au moins, Keith aurait un but dans la vie. En cela il n’avait pas tort : Keith deviendra le deuxième batteur le plus célèbre au monde, juste derrière celui des Beatles ( à suivre en cliquant sur ce lien )

Sur le même sujet