Le pilier émetteur d'Europe 1 vient de partiellement s'effondrer

La station, bien évidemment, n'est pas privée de voix mais l'un des 4 pylônes de l'émetteur historique grandes ondes s'est partiellement effondré le 8 août

57 ans qu'il domine la Sarre de toute sa hauteur, le légendaire émetteur d'Europe 1... D'ailleurs, à l'époque, on disait Europe N°1.

Situé en Sarre, il a été érigé il y a près de soixante ans

1955 est l'année de naissance du transistor. C'est également l'année de naissance d'Europe N°1. A son instigation, le contenu et le ton de la radio se trouvent irrémédiablement modifiés.Le transistor et Europe N°1 sont intimement liés dans la mesure où ils sont nés au même moment. Un moment propice, au cœur des Trente Glorieuses.

- "Perdez de vue que vous êtes au micro, écrit Louis Merlin dans son Petit Manuel du meneur de jeu , pensez à quelqu'un et parlez-lui, ne vous adressez pas aux auditeurs, mais à un auditeur et alors chaque auditeur aura l'impression que vous vous adressez à lui. L'expression "chers-z-auditeurs" est désormais totalement prohibée".

Les autres radios emboîtèrent le pas

Le traditionnel " Chers auditeurs " disparut progressivement au profit d'un vouvoiement paradoxalement singulier, et parfois même (cas très rare) d'un tutoiement. Une cure de jouvence salutaire : le nombre d'heures d'écoute augmente, le nombre d'auditeurs également. Jusqu'alors passe-temps, la radio est devenue passion.

Le transistor et Europe N°1 partent simultanément à la conquête du public

"A ses débuts, Europe N°1 s'adresse à quelques curieux, tout heureux de n'écouter que de la musique et des chansons, entrecoupées par quelques informations" (Pierre Saka, La Chanson française des origines à nos jours , éditions Fernand Nathan). Ce poste de langue française si différent des autres trouve rapidement son public : en 1959, Europe N°1 est créditée de 1 200 000 auditeurs. C'est déjà plus que Radio Monte Carlo (790 000) mais encore nettement moins que Radio Luxembourg (3 700 000) et que la radio d'Etat (2 500 000). L'audience montera en flèche grâce à des animateurs et à des émissions phares ( Salut les copains en 1959, Maurice Biraud en 1960) ainsi qu'à la vivacité de son information (pour la première fois, ce sont les journalistes eux-mêmes, et non plus des speakers , qui lisent les bulletins qu'ils ont eux-mêmes rédigés).

Dans le monde de la radio, en effet, un changement d'état d'esprit est en train de s'opérer, et pas toujours en douceur.

Début 1955, même si nul ne peut certifier qu'elle va réussir à s'imposer, Europe N°1 séduit ou agace, mais ne laisse personne indifférent. Pour le gouvernement, sa pertinence s'apparente fort à de l'impertinence, voire de la subversion.

Dès sa création, la station a le don d'irriter le pouvoir

Elle met le doigt ou plutôt le micro "là où ça fait mal". Alors qu'il est encore rare qu'on fasse appel aux instituts de sondage (l'IFOP existe pourtant depuis 1936), Europe N°1 inaugure en 1955 l'émission hebdomadaire "100 000 Français ont toujours raison". Elle a les moyens de rassembler un échantillon représentatif en invitant ses auditeurs, pour débattre d'un sujet d'actualité, à se rendre dans des salles de cinéma où les ouvreuses, en fonction de l'âge et du sexe des personnes interrogées, comptabiliseront leurs réponses. Si la première émission reste anodine (à la veille du Salon de l'auto, 72% des sondés sont opposés à la limitation de vitesse), les suivantes relèvent du défi ou, pour l'époque, de la provocation : "Pour ou contre la peine de mort"... "Pour ou contre la limitation des naissances" (6)... mais la machine s'emballe : lorsque Europe N°1 propose "Pour ou contre la guerre d'Algérie", le débat doit être remplacé par "Pour ou contre le port du pantalon par les femmes". Lorsque, enfin, la station décide de demander aux Français leur opinion sur la guerre d'Indochine, les autorités font savoir qu'elles s'opposent vivement à cette consultation. Considérant qu'ils ne peuvent plus organiser leur émission comme ils l'entendent, les réalisateurs préfèrent la saborder ( à suivre ).

Sur le même sujet