Championnats européens : les jeux sont-ils faits ?

À plusieurs égards, ce week-end de football a été décisif concernant l'issue des championnats européens majeurs.

En arrachant une victoire précieuse sur le terrain de Lens, grâce à une inspiration géniale de Benoît Cheyrou à l’issue d’un match terne, l’Olympique de Marseille reste au contact du leader lillois. Quatre points séparent le champion en titre des Nordistes, qui semblent tout de même filer droit vers une consécration qu’ils ont connu pour la dernière fois en… 1954.

Lille sans trembler, Marseille sans briller

Face à Caen samedi, le Losc a une nouvelle fois donné l’impression que rien ne pouvait lui arriver: même en ratant un pénalty, en touchant la barre et en n’arrivant pas à concrétiser un certain nombre d’occasions, les Lillois l’ont tout de même emporté 3-1. Un succès d’autant plus décisif qu’à part Marseille, les autres poursuivants du leader ont tous concédé un résultat nul.

Ce sera dur pour Lyon

Celui des Lyonnais est sans doute le plus marquant de cette 29e journée: à Nice, l’OL menait en effet 2-0 jusqu’à la 90e minute, avant de se faire rejoindre sur un penalty de Mouloungui, consécutif à une faute grossière de Diakhaté, et un but du bras de Civelli dans les arrêts de jeu. Hugo Lloris ne s’y est pas trompé: l’énorme colère qu’il a piquée sur le terrain et dans les vestiaires à l’issue du match est sans doute égale à la déception de son équipe, qui, sauf miracle, ne renouera pas avec un titre qui la fuit pour la troisième saison consécutive.

Italie: L'AC Milan en pôle

Si en France, un semblant de suspense continue de planer autour de la première place, en Italie, en revanche, le Milan AC a frappé un grand coup. Privés d’Ibrahimovic, les Rossoneri étaient sous pression au moment de recevoir leurs rivaux interistes, auteurs d’une remontée spectaculaire lors de cette deuxième partie de championnat. Mais en ouvrant le score dès la première minute par Pato, ils n’ont pas laissé longtemps le doute s’installer. D’autant qu’en face, les protégés de Leonardo se montraient étonnamment fébriles, Eto’o ratant notamment un but tout fait en fin de première période. Le Milan AC allait par la suite dérouler, s’offrant une victoire éclatante (3-0). Avec ce succès, le club de Silvio Berlusconi semble avoir éliminé définitivement son rival, qui pointe désormais à cinq points. Naples s’accroche encore, restant à trois points du leader après sa victoire face à la Lazio 4-3 (avec un triplé de Cavani). Mais les Milanais ont un ascendant psychologique sur les Napolitains, à qui ils ont infligé un sévère 3-0 il y a peu.

Angleterre: Manchester United fait le trou

En Angleterre, les Mancuniens comptent, eux, un peu plus qu’un simple avantage psychologique sur leurs poursuivants. Arsenal, deuxième de la Premier League à sept points de Manchester United, compte certes un match de moins que le leader. Mais on a là encore l’impression, à l’issue de cette 31e journée, que rien ne peut arriver aux protégés d’Alex Ferguson. Menés 2-0 à West Ham à la 65e minute, ces derniers l’ont finalement emporté 4-2, grâce notamment à un triplé de Wayne Rooney. Dans le même temps, Chelsea ne parvenait à faire mieux qu’un match nul à Stoke City (1-1) et perdait ainsi tout espoir de conserver son titre. Les Blues pointent aujourd’hui à onze longueurs des Red Devils, avec cependant un match en moins.

Espagne: première défaite à domicile en neuf ans pour Mourinho !

En Espagne, c’est un véritable événement qui s’est produit. Outre le fait que le Real Madrid a sans doute abandonné tout espoir de conquérir la Liga en perdant à Santiago Bernabeu contre Gijon (1-0), tandis que Barcelone l’emportait sur le même score à Villarreal, cette défaite des Merengue constitue pour Mourinho son premier revers dans un match de championnat disputé à domicile depuis neuf ans! Le Real est aujourd'hui à 8 points. Un gouffre.

Porto, roi du Portugal

The "Special one" pourra se consoler en constatant que son ancien club, le FC Porto, a été sacré champion du Portugal pour la 28e fois de son histoire en allant s’imposer 2-1 sur la pelouse du Benfica à cinq journées de la fin. Les Dragons pourraient, pourquoi pas, s’offrir un doublé cette année puisqu’ils figurent aussi parmi les favoris de l’Europa League, pour le compte de laquelle ils recevront jeudi un Spartak Moscou bien mal en point en ce début de championnat russe (deux défaites déjà en seulement trois journées pour les rouges et blancs).

Le Borussia Dortmund, bientôt roi d’Allemagne ?

Ce week-end de football a été décisif aussi en Allemagne, où le Borussia Dortmund a balayé les doutes nés de ses deux dernières performances moyennes (une défaite et un match nul), en écrasant Hanovre 4-1. Les joueurs de Jürgen Klopp comptent désormais sept points d’avance sur le Bayer Leverkusen et se dirigent tout droit vers un titre en Bundesliga, conquis pour la dernière fois en 2002.

Sur le même sujet