A Tunis, Hamadi Jebali veut installer ses bureaux dans l'ex RCD

Hamadi Jebali a visité l'immeuble qui abritait le RCD, parti unique du président déchu Ben Ali. Il veut en faire le nouveau siège de son premier ministère

Selon plusieurs médias tunisiens, il semblerait que le nouveau chef de gouvernement tunisien, Hamadi Jebali, souhaite vouloir occuper l’ancien siège du RCD (Rassemblement Constitutionnel Démocratique) pour y loger son premier ministère.

Rappelons que le RCD était le parti unique du Président Ben Ali, créé le 27 février 1988 et dissous définitivement le 28 mars 2011.

Visite-surprise du nouveau premier ministre tunisien

Le lundi 2 janvier, le premier ministre s’est en effet déplacé à l’avenue Mohamed V, la plus grande artère de Tunis où se trouve le luxueux immeuble tout de verre et de marbre de 17 étages, indiquait dans son édition du 3 janvier 2012 le journal Le Maghreb. Selon les mêmes sources, des architectes auraient été également contactés pour conseiller le premier ministre sur d’éventuels aménagements.

Un immeuble déjà convoité par la BAD et par Tunisie Télécom

A noter que le bâtiment avait déjà suscité l’intérêt de la Banque Africaine de Développement (BAD), banque multinationale de développement créée en 1964, soutenue par 53 pays africains et par 24 pays du reste du monde. Son siège avait été relocalisé à Tunis en 2003, suite aux troubles connus en Côte d’Ivoire en 2002. La BAD a soumis son offre de rachat de l’immeuble pour la somme de 148 millions de dinars tunisiens (soit environ un peu plus de 73 millions d’Euros).

Tunisie Telecom, l’opérateur public tunisien, avait quant à lui offert la somme de 120 millions de dinars tunisiens (soit environ 59 millions d’euros). Source : businessnews.com.tn

Hamadi Jebali veut quitter la Kasbah, site symbolique du gouvernement tunisien

Jusqu’à aujourd’hui, le siège du premier ministère se trouvait à la Kasbah, au cœur de la médina de Tunis. Non seulement il englobe tous les services du premier ministre, mais aussi les bureaux des ministres-conseillers et des quatre ministres délégués. Il fut durant les derniers mois le théâtre de nombreux sit-ins.

Depuis le mois de janvier 2011, l’ancien siège du RCD, abandonné, est resté inoccupé. Sans entretien des locaux et de ses équipements tels que la climatisation ou l’aération, l’immeuble est sans aucun doute en train de perdre de sa valeur.

S’il veut occuper l’immeuble, Hamadi Jebali devra s’acquitter des dettes laissées par l’ex-RCD estimées à un montant dépassant les 90 millions de dinars tunisiens (soit un peu moins de 45 millions d’euros).

Le nouveau premier ministre souhaite sans doute couper le cordon ombilical qui a toujours rattaché l’ancien régime à la Kasbah en tant que siège du gouvernement tunisien. Toutefois, le fait de s’installer dans l’ex-siège du RCD, parti du président déchu Ben Ali, a déjà provoqué sur Facebook les commentaires acerbes des internautes tunisiens peu contents de retrouver l’un des symboles de Ben Ali récupéré par le nouveau chef du gouvernement.

Selon le site Investir en Tunisie, l'ex RCD disposerait de plus de 1750 biens immobiliers disséminés sur tout le territoire tunisien dont 280 sièges de fédérations destouriennes et 29 locaux utilisés par les comités de coordination.

Sur le même sujet