16 000 emplois partent en fumée, qui licencie en France ?

Plus 600 licenciements chez Carrefour qui font 3 millions de chômeurs.... Quelles sont les entreprises qui vont licencier d'ici décembre 2012 ?

Les plus grosses entreprises françaises ont du mal à faire face à la crise qui perdure. Et les mauvaises nouvelles continuent de tomber ce 5 septembre 2012 et confirment la crise dans la durée en Europe. Après PSA, qui a confirmé la suppression de plusieurs milliers d'emplois, alors que 1704 salariés du groupe Doux pourraient connaître les aléas du chômage après le désossage de ce Fleuron du poulet français, après Carrefour où 1000 licenciements devaient être annoncés chez Carrefour le 30 août 2012, mais où la direction du groupe n'a annoncé que la suppression de 500 à 600 postes en France, après les agences immobilières française, qui envisagent quelques 5000 licenciements, après Air France qui supprime 5000 emplois d'ici 2015, même les poids lourds de la chimie et de la pharmacie "boivent la tasse".

Ainsi, le groupe allemand Merck KGaA a confirmé "qu'il allait supprimer 1 100 emplois en chimie.

Au total, c'est 16.000 emplois qui pourraient partir en fumée lors des prochains mois, dans le cadre de plans sociaux...

Les principaux licenciements à venir

Différents secteurs d'activité sont touchés, même ceux qui se portaient plutôt bien ces derniers temps. Comme si une malédiction s'abattait sur l'économie française !

Arcelor-Mittal

À l'arrêt, les haut-fourneaux du site de Florange (500 postes) ne devraient pas être remis en activité d'ici la fin 2012, voire d'ici 2013. Une décision devrait être prise en novembre , en tenant compte d'une demande d'acier assez faible en Europe. Pour sauver le site, Arcelor-Mittal doit investir 400 à 500 millions d'euros...

echnicolor

L'usine n'aura plus de commandes à partir de mi-septembre. Le risque d'une liquidation judiciaire, qui se traduirait par la perte d'emplois des 351 salariés actuels, est loin d'être exclu.

Sanofi

Malgré ses 5,7 milliards de bénéfices en 2011, le groupe pharmaceutique compte dégraisser ses effectifs français. Les syndicats redoutent entre 1200 et 2500 suppressions de postes.

SFR

Vivendi lance un programme d'économies qui pourrait s'élever à un milliard d'euros. Sa filiale SFR pourrait réduire ses effectifs plus que prévu au départ. Les syndicats craignent un plan social concernant 1000 à 1200 salariés.

Bouygues Télécom

L'opérateur a présenté début juillet un plan de départs volontaires portant sur 556 postes.

Air France

C'est "Pearl-Harber" pour le groupe Air France, dont les comptes plongent dans le rouge. Conséquence : la direction d'Air France supprimera plus de 5122 postes entre décembre 2011 à décembre 2013 , soit près de 10% du personnel, pour redresser la barre d'ici 2015. Le nombre des départs naturels, revu à la baisse, devrait atteindre 1712 au lieu de 2400. Il restera encore près de 3410 postes à supprimer, selon des estimations syndicales

Sur le même sujet