user_images/178784_fr_frederic2.jpg

FREDERIC CHOMIER

Publié dans : Les articles Santé & Médecine de Frederic Chomier

Les déboires des patients dans les hôpitaux

Subir une hospitalisation va parfois de pair avec des désagréments et péripéties rencontrés par les patients au sein des établissements de soins.

Il existe parfois un fossé entre les bonnes intentions affichées et la réalité du terrain. L’hôpital est un sujet vendeur dans la société française et constitue un marronnier classique des magazines d’information qui publient le palmarès des différents établissements par exemple.

Le patient au coeur du système de santé ?

En théorie, le patient se trouve au centre du dispositif de soin. On lui remet un livret d’accueil lors de son admission, et un questionnaire de satisfaction est aussi délivré lors de la sortie.

Dans le livret d’accueil, les indications données sont détaillées et explicatives. Elles vont des formalités d’admission, des droits et des devoirs des malades.

La Haute Autorité de Santé depuis sa création a mis d’ailleurs au cœur de son dispositif les notions de bien traitance et les bonnes pratiques à suivre par les établissements de santé.

Malgré ces avancées, quelle est la réalité du terrain pour les usagers ?

Si les plateaux techniques ont bénéficié des derniers progrès technologiques au prix parfois de lourds investissements, certaines pratiques ont peu ou pas évolué au fil du temps.

Les difficultés rencontrées par les personnes hospitalisées

Pénurie de personnel ou tarification à l’activité, l’impératif de rentabilité ou du moins l’adaptation des dépenses aux recettes vont de pair parfois avec des désagréments rencontrés par les patients lors d’un séjour à l’hôpital.

Lorsqu’on est affaibli et que le moral baisse logiquement, les petites contrariétés de tous les jours sont amplifiées.

Les processus et protocoles des établissements de santé, s’ils obéissent à des logiques de fonctionnement internes, ne font pas toujours bon ménage avec la sérénité des malades.

Est-il par exemple incontournable de prendre la tension ou la température toujours de très bonne heure alors que certains malades dorment encore ?

Le service des déjeuners ou diners à des heures très avancées par rapport aux habitudes quotidiennes ne convient pas non plus à tout le monde.

Plus fondamental, le patient a souvent le sentiment d’un déficit d’information. Du fait des roulements du personnel et des changements d’affectation, la « pêche aux informations » s’avère malaisée. Les résultats des différents examens ou prises de sang ne sont pas toujours spontanément commentés.

Les attentes parfois interminables pour des radios ou divers examens pourtant programmés semblent aussi illogiques parfois.

Même si le professionnalisme des soignants n’est pas en cause, il est temps de remettre un peu d’humain au centre du dispositif. Un poids plus important des représentants d’usagers au sein des conseils d’administration des établissements de soins est sûrement une des pistes à privilégier.

À propos de l'auteur

user_images/178784_fr_frederic2.jpg

FREDERIC CHOMIER

intéressé par de nombreux domaines (
  • 21

    Articles
  • 9

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!