Dopage dans le cyclisme: les amateurs s'y mettent

Le début de l'affaire remonte à 2010, lorsque plusieurs personnes du monde du cyclisme avaient été interpellées pour trafic de produits dopants.
14

Cette fois-ci, ce n'est pas le milieu professionnel qui est touché mais celui des amateurs et semi-professionnels, rendant l’ampleur du phénomène encore plus inquiétante. Mais le cyclisme serait-il le seul sport à être frappé par ce fléau?

Le cyclisme amateur dans la tourmente

Il n’y a pas que les vainqueurs successifs de la Grande Boucle qui sont suspectés ou accusés de se doper pour arriver à leurs fins. En effet, à l’heure où Alberto Contador s’entoure d’un nouvel avocat pour parer de nouvelles attaques, lesquelles viseraient à l’empêcher de participer à différentes courses pour cause de soupçon de dopage au clenbutérol (anticatabolisant prescrit pour les affections broncho-pulmonaires chez les chevaux de course), deux coureurs amateurs ont été arrêtés à Caen et transférés au parquet avant d’être relâchés et placés sous contrôle judiciaire. Un troisième coureur compromis dans l’affaire devrait être lui aussi entendu très prochainement. Ces coureurs ont été mis en examen pour «complicité d’importation, d’acquisition, détention et transport en bande organisée de produits dopants.»

Les deux premiers coureurs mis en cause, âgés respectivement de 21 et 39 ans, avaient selon le parquet de Caen «bonne connaissance des produits dopants et des produits masquants associés». Ces interpellations font suite à une première vague de mise en examen de huit personnes remontant au 30 novembre et 1er décembre 2010. Un médecin et un pharmacien seraient notamment impliqués dans ce trafic.

Une discipline habituée aux affaires de dopage

Ainsi, le cyclisme semble touché par le fléau du dopage à tous les niveaux. La liste des cyclistes professionnels «tombés» pour usage de stupéfiants est longue et ne cesse de s’allonger. Floyd Landis, ex-vainqueur déchu du Tour de France (pour contrôle positif à la testostérone), témoignait en 2010 de la mise en place d’un véritable système de prise d’anabolisants dans son ancienne équipe US Postal. Le tout sous la férule d’un certain Lance Amstrong, septuple vainqueur du Tour de France, et peut-être autant de fois accusé de dopage, sans avoir jamais été condamné.

D'autres sports concernés?

Ces professionnels sont censés être des modèles pour le monde amateur ou/et semi-professionnel, enclin à les imiter jusqu’à commettre les mêmes erreurs. Cependant, Floyd Landis n’avait pas uniquement ciblé des cyclistes pris dans l’engrenage du dopage lors de son entretien accordé au site ESPN.com, en mai 2010. II évoquait aussi des athlètes de haut niveau de différentes disciplines. Et les enquêteurs normands émettent à leur tour la possibilité que ce trafic de produits dopants puisse toucher d’autres milieux sportifs.

Il est en effet difficile de croire, au vu des calendriers, au vu de la répétition des compétitions dans certaines disciplines sportives de haut niveau, que seuls les cyclistes se laissent aller à la tentation d’aide artificielle pour améliorer leurs performances ou pour résister physiquement à la multiplication des efforts. Le joueur de football de Manchester City, Kolo Touré, vient par exemple d'être suspendu par son club pour contrôle positif à une susbtance encore non-dévoilée. Ce qui semble plus inquiétant est de voir ce phénomène se banaliser au point de toucher les milieux amateurs.


Sur le même sujet