La Bonnotte: quand la pomme de terre se fait star

Le luxe s'immisce partout et même dans le monde des tubercules. Pour preuve, la bonnotte, le diamant de la pomme de terre.
18

Exclusivement cultivée sur l'île de Noirmoutier, cette pomme de terre a ceci de particulier que son prix de vente est le plus élevé sur notre petite planète car elle est très rare.

La bonnotte, précoce, fragile et rare

La bonnotte, également orthographiée bonote, voire bonnote ou bonotte, aurait pu être un tubercule parmi tant d'autres si elle ne singularisait pas par des qualités et des exigences intrinsèques. Cette pomme de terre fait partie des variétés dites primeurs car précoces.

En effet, pour qu'elle puisse être commercialisée courant mois de mai, cette pomme de terre, plantée le jour de la Chandeleur , cultivée dans une terre sablonneuse avec pour engrais du goémon, est déterrée avant 90 jours et ramassée à la main car fragile. Mais elle doit aussi sa précocité au micro-climat de l'île de Noirmoutier , micro-climat dû au Gulf Stream . L'île en a donc l'exclusivité.

Cette exclusivité a pour conséquence sa rareté car sa production est freinée par les limites imposées par le territoire sur lequel elle pousse, production qui ne dépasse guère les 100 tonnes annuelles.

Les exigences de la bonnotte

Cette starlette de pomme de terre a des exigences que beaucoup d'autres pommes de terre doivent lui envier. En effet, elle déteste le gel, doit être choyée au goémon et au varech et, comme précisé auparavant, elle exige d'être récoltée à la main car elle se montre fragile. Et comme elle n'aime pas se faire attendre, si elle n'est pas consommée dans les dix jours après achat, la bonnotte sans rien demander à personne, décide de s'oxyder. Elle s'était même permis de disparaître dans les années 60 car trop coûteuse et pas assez rentable avant que l' INRA de Brest Iroise (Institut national de recherche agronomique) aide quelques cultivateurs de l'île à lui donner une seconde jeunesse.

Des prix qui ont flambé

Les premières récoltes sont parfois vendues aux enchères et peuvent atteindre des prix prohibitifs : en 1996, le prix au kilo avait dépassé les 3000 francs (457 €) chez Drouot . Cette année, son prix est retombé dans des proportions bien plus raisonnables mais culmine malgré tout à 5,90 euros le kilo, ce qui en fait encore aujourd'hui, la pomme de terre la plus chère au monde.

Cette pomme de terre est ronde, de petit diamètre, à chair ferme et tendre, avec un arôme de châtaigne qu'il convient de ne pas trop cuire si l'on veut conserver son goût iodé. La bonnotte qu'il faut plutôt cuire avec sa peau, se marie très bien avec des crustacés, du poisson ou avec une viande en croûte de sel ou simplement une noisette de beurre demi-sel.

Sur le même sujet