Le cannabis au secours de Fukushima ?

Certaines personnes pensent que planter du cannabis peut être une solution pour décontaminer les sols de Fukushima. D'autres sont perplexes.

Déjà testé à Tchernobyl, cette méthode d’assainissement des terres contaminées après une catastrophe nucléaire, porterait ses fruits. Cependant, la méthode ne convainc pas tout le monde.

La marijuana au secours du Japon ?

Les terres de Tchernobyl (Ukraine) auraient été décontaminées à hauteur de 80% dans les régions radioactives sur lesquelles les tests ont été effectués. Ces tests démontreraient ainsi que cultiver du cannabis permettrait de purifier les sols après une catastrophe nucléaire. Le processus est simple, planter puis récolter et enfin brûler tous les plants. Le cannabis aurait comme vertu de restaurer les sols grâce à leurs racines qui filtreraient toutes les altérations nocives contenues dans la terre. Cette purification découle d’un procédé naturel appelé "phytoremédiation" (signifiant "action réparatrice d'une plante") qui consiste en les aspirant par les racines, à éliminer des sols eaux stagnantes et métaux.

Alain Vavasseur, responsable d’un laboratoire de physiologie végétale au CEA , (Commissariat à l'énergie atomique , a déclaré : " Il suffit de récolter la plante, de la faire sécher puis de l’incinérer, les cendres étant ensuite traitées comme des déchets nucléaires." Cependant, il faut prendre certaines assurances et mesures de sécurité, sinon le remède peut être aussi mauvais que le mal à savoir le risque de voir se dégager une fumée radioactive. Une fois la décontamination effectuée, les plantes doivent être donc incinérées puis les cendres traitées comme des déchets radioactifs.

De son côté, Bernard Bigot , administrateur général du C.E.A, avait lui aussi souligné qu'" En ce qui concerne la décontamination des sols (...) nous avons suggéré la phytoremédiation, avec des plantes qui accumulent les radionucléides dans leurs racines puis sont traitées pour élimination." Déclaration faite aux Inrocks.fr , le 8 avril 2011.

D’après Alchimiaweb , site spécialisé dans le cannabis, le cannabis n’est pas la seule plante à avoir cette vertu purificatrice. Il y a entre autres le colza ou le tournesol. Cependant, ce sont bien le tournesol et le cannabis qui ont obtenu le plus haut rendement : ils peuvent permettre une décontamination des sols allant jusqu'à 80%. Mieux, selon Jacqueline Garnier-Laplace de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire , certaines plantes, comme le colza, peuvent être même réutilisées comme biodiesel car elles sont au final peu contaminées.

Un scepticisme affiché

Ainsi, cette méthode de phytoremédiation pourrait être une solution envisageable et apparemment déjà évoquée pour purifier les terres contaminées autour de Fukushima.

Cependant, cette méthode a ses détracteurs qui considèrent que les résultats seraient pour le moins ridicules par rapport aux surfaces impliquées, comme l’a déclaré le président de l’Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme : " Cette solution est anecdotique et ridicule pour de nombreuses raisons. Il faudrait recouvrir toutes les zones concernées de plantation de cannabis, c’est impossible, c’est absurde (…) On est dans la recherche de solution miraculeuse mais il n’y a aucune solution viable. En Ukraine et en Biélorussie, 25 ans après, il y a encore des millions de personnes qui vivent dans des zones agricoles toujours contaminées par du césium. Il y a même des endroits où la situation s’aggrave."

Qui a raison, qui a tort? Quoi qu'il en soit, il reste à savoir si cette technique d’assainissement des terres contaminées sera bel et bien testée à Fukushima et si elle apportera les résultats escomptés. Si toutes les précautions sont prises pour qu’aucune fumée toxique ne se dégage, pourquoi ne pas prendre le risque sachant que, de toute façon, aucune personne sensée n’irait tenter le diable en voulant fumer cette marijuana.

A lire: Le cannabis gros consommateur d'électricité trahit son producteur

Source : Faut-il planter du cannabis autour de la centrale de Fukushima? Par Q.G, Liberation.fr

Sur le même sujet