Les jeunes et la pornographie

La banalisation de la pornographie et sa consommation grandissante chez les jeunes ne laissent point augurer d'une société où il fera bon vivre...
54

Le temps est loin où les adolescents les plus hardis se réjouissaient d'avoir pu piquer le dernier numéro de Playboy de leur père dans lequel figurait une demi-douzaine de pin up photographiées en tenue d'Ève sur une plage déserte ou dans un champ de blé...

L'invasion du « porno »

Aujourd'hui, la majorité des gamins de douze ans a déjà vu au moins un film à caractère pornographique. Et il est possible d'affirmer que la pornographie - accessible de façon (presque) anonyme et (presque) gratuite - envahit notre société marchande.

Elle s'incruste dans les ordinateurs des adolescents via Internet principalement (420 millions de pages vues en 2006 et 97 milliards de dollars de revenus !) et circule dans les cours de récréation via les mini-écrans des téléphones portables.

90 % de garçons

Menée par l'université d'Alberta au Canada auprès de 429 adolescents, une étude publiée en 2007 révèle que 90 % des garçons et 70 % des filles ont eu accès à au moins « un média ayant un contenu sexuel explicite au cours des douze derniers mois ».

Plus de 33 % des garçons déclarent regarder des DVD ou des vidéos pornographiques « trop souvent pour compter » , 74 % de ces jeunes affirment voir de la pornographie sur Internet.

L'inceste encore tabou

Aujourd'hui, quiconque veut se faire une opinion sur la « déferlante porno » peut s'apercevoir en quelques clics qu'lnternet banalise toutes les formes de pratiques, qu'on ose de moins en moins nommer « déviantes » : viols, brutalités, orgies, bestialité, tortures...

Seuls demeurent encore interdits par la loi l'inceste et la pédophilie.

Effets nocifs

Qu'on ait l'esprit large ou qu'on soit vieux jeu, libéré(e) ou coincé(e), père ou mère de famille, célibataire, croyant(e) ou athée, fidèle ou libertin(e) etc., force est de reconnaître que ces chiffres interpellent.

Car le fait de regarder de la pornographie n'est pas anodin, loin s'en faut ! Surtout quand on a douze ans. C'est même nocif pour la personne et pour la société.

C'est en tout cas ce qu'il ressort d'une « méta-analyse » - intégration statistique de toutes les données scientifiques existantes - portant sur plus de 12 000 personnes et regroupant 46 études préalables. Cette méta-analyse a été publiée en 1997 par Medicine, mind and adolescence .

« Big » problèmes

Selon les résultats auxquels sont parvenus les chercheurs de l'université de Calgary (Canada) et de la NFFRE (Fondation pour la recherche sur la famille et l'éducation), l'utilisation de la pornographie entraîne non seulement des problèmes de comportement, mais aussi des troubles psychiques et sociaux.

Les auteurs de cette étude concluent que « l'exposition à la pornographie induit pour ceux qui la regardent un risque plus élevé de développer des déviances sexuelles, de commettre des délits sexuels, de rencontrer des difficultés dans leurs relations, tant en général que dans l'intimité » .

Il y a aussi un risque d'accepter ce qu'on nomme couramment en psychologie le « mythe du viol » : la conviction que les femmes aiment être violées et que les violeurs agissent de façon normale...

Public trop jeune

Trop souvent passées sous silence par les grands médias - qui craignent sans doute d'être considérés comme "ringards" -, ces conclusions - et toutes celles qui vont dans le même sens - doivent néanmoins attirer l'attention des adultes sur les dangers que représentent certaines images auprès d'un public trop jeune pour les recevoir.

Des images qui peuvent fasciner, certes, mais qui risquent fort d'éloigner l'individu de la première chose à faire pour entamer et, espérons-le, réussir sa vie sexuelle : trouver le (la) partenaire idéal(e) pour partager des plaisirs vieux comme le monde.

Sources : Violence et pornographie : les ravages , de Benoît Bemelmans, éditions Avenir de la culture.

1 in 3 boys heavy porn users, study shows , publié le 24 février 2007 sur www.healthnews-stat.com

Unwanted and wanted exposure to online pornography in a national sample of youth Internet users , in Pediatrics, n°119, 2007, pp. 247-257. Consultable sur www.unh.edu/ccrc/pdf/CV153.pdf .

A meta-analysis of the published research on the effects of pornography , d'Elizabeth Oddone-Paolucci, Mark Genius et Claudio Violato, in Medicine, mind and adolescence , 1997, vol. XII, n. 1-2.

Sur le même sujet