Boissons sucrées non alcoolisées

On les apprécie pour leur saveur agréables et le plaisir qu'elles procurent: les boissons sucrées sont tout autant des boissons de séduction.
3

Sodas et limonades, colas ou bitters, boissons fruitées ou vrais jus de fruits... Pour se repérer dans l'univers des boissons rafraîchissantes non alcoolisées, une bonne méthode : lire l'étiquette. On peut ainsi connaître la nature véritable de la boisson et de ses constituants.

En commun : le sucre

Les boissons rafraîchissantes gazeuses sont particulièrement variées et nombreuses sur le marché, depuis la classique et un peu démodée limonade, jusqu'aux sodas, tonics, bitters de toute marque, sans oublier évidemment les célèbres et incontournables colas. Apparemment très différentes les unes des autres, ces boissons ont cependant beaucoup de points communs. Toutes renferment une forte quantité de sucre (100 à 130 g par litre, soit 20 à 25 morceaux de sucre). Elles sont acidulées avec de l'acide citrique (ou de l'acide tartrique, lactique ou phosphorique), et on les rend pétillantes grâce à du gaz carbonique (4 à 8 g par litre). Ainsi, elles paraissent désaltérantes et rafraîchissantes... A condition, toutefois, d'être servies très fraîches, fautes de quoi elles se révèlent sous leur vrai jour, c'est-à-dire très sucrées ! Les boissons aux édulcorants permettent cependant de réduire l'apport en sucres et en calories.

D'autres composants: arômes, colorants, conservateurs, caféine...

Ce sont des substances aromatisantes (extraits végétaux le plus souvent), des colorants (comme le caramel E 150 ou à la taurine E 102, responsable de certaines allergies : à noter qu'ils sont interdits dans la limonade), des conservateurs (acide benzoïque ou anhydride sulfureux). Les colas sont additionnés de caféine : 80 à 110 mg par litre, soit presque autant que dans une tasse de café. A déconseiller aux jeunes enfants et aux personnes insomniaques (mais il existe des colas sans caféine). Pour sa saveur amère, de la quinine est ajoutée aux bitters et aux tonics. Bref, ces boissons rafraîchissantes sont le résultat de mélanges complexes.

Les critiques: attention aux risques de surpoids chez les enfants

Parce qu'elles sont très attrayantes, ces boissons sont parfois absorbées en trop grandes quantités, particulièrement par les enfants et les adolescents. Elles risquent alors d'entraîner chez eux une sur-consommation de sucre : certains enfants absorbent jusqu'à 1,5 litre de soda par jour ! Les boissons sucrées sont alors accusées, et cela à juste titre, de déséquilibrer l'alimentation, voire de provoquer une surcharge énergétique et l'obésité.

Mais ne faudrait-t-il pas aussi critiquer l'habitude d'offrir trop systématiquement aux enfants ce type de boissons ? On consomme avec bonne conscience les boissons aux fruits (ou fruitées, ou à pulpe de fruits), qui paraissent naturelles. Pourtant, les fruits (leur jus ou leur pulpe) n'y représentent pas plus de 12 à 30 % du total des constituants. Le reste ? De l'eau, du sucre (10 à 12 %), des arômes, des acidulants, parfois des colorants, et du gaz carbonique pour les boissons gazeuses. Finalement, à part la petite fraction de jus de fruits, ces boissons sont assez proches des autres boissons rafraîchissantes sucrées.

Les boissons "light"

Elles permettent de répondre à la demande des consommateurs qui désirent limiter leur apport calorique. Le sucre y est remplacé par des édulcorants intenses autorisés (aspartam, acésulfate de potassium, saccharine...). Selon qu'il s'agit de boissons du type colas ou de boissons aux fruits, un verre n'apporte qu'entre 1 à 10 kcal. Une solution intéressante aussi pour ceux qui doivent limiter leur consommation de glucides (les personnes diabétiques, par exemple).

Consommation en hausse

Chaque année, nous buvons prés de 60 litres de boissons sucrées : c'est certes beaucoup moins que ce que consomment nos voisins allemands (plus de 100 litres par an...) mais bien davantage que ce que nous consommions voici quelques années (30 litres en 1987, 42 litres en 1995...). En tête avec 22 litres par an, les colas progressent, devançant les jus de fruits (19 litres par an) et les autres boissons pétillantes sucrées (15 litres au total). La consommations des boissons plates aux fruits (4 litres par an) est la seule qui régresse...

Les jus de fruits

Il s'agit, comme l'indique leur dénomination, du jus qu'on a extrait des fruits. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il n'est pas nécessaire de préciser pour eux la liste des constituants (sauf dans le cas de mélanges de plusieurs jus de fruits). Les jus de fruits apportent donc tous les éléments bénéfiques des fruits : vitamines, minéraux, fructose, oligoéléments. Ce sont de véritables boissons-aliments, excellentes pour la santé, que l'on peut proposer très tôt aux enfants. Mais, même s'il s'agit de boissons à haute valeur nutritionnelle, les jus de fruits n'ont pas vocation à servir de boisson de base. Ils sont d'ailleurs parfois trop sucrés pour cela, et ne peuvent concurrencer l'eau pour étancher efficacement la soif.

Sur le même sujet