user_images/ma-photo-pour-scribium.jpg

JEAN-LUC MERCIER

Publié dans : Potager, verger, haies, massifs, arbres, comment faire un beau jardin

Citron, orange... à quel moment les récolter, quand sont-ils murs ?

La récolte des agrumes est liée à leur maturité : citrons, oranges, mandarines, pamplemousses... sont des fruits à déguster, juteux et sucrés. Ce qu'il faut savoir.

Avec de l'eau et un peu d'attention, vos citronniers, mandariniers, pamplemoussiers, kumquats, clémentiniers et orangers vous produisent des fruits délicieux et de qualité, à condition d’en faire la récolte au bon moment (*).

Avant de les cueillir, découvrez quels sont les critères à connaître pour avoir des fruits mûrs. En effet, s'il est aisé de repérer la maturité d’un fruit à mésocarpe charnu, comme la pomme ou la poire, pour ce qui est d'une orange, d'un citron, d'un pamplemousse ou d'une mandarine, la difficulté tient à l'enveloppe qui les entourent (l’écorce ou le zeste), souvent épaisse et dont la consitance est indépendante ou presque de la maturité interne du fruit. Constitué de loges indépendantes entre elles et remplies d’une pulpe plus ou moins acide, cette peau charnue masque la qualité interne du fruit depuis l’extérieur... mais cette peau peut quand même nous laisser des indices !


Savoir reconnaître un citron mûr, une orange mûre

L’écorce des agrumes contient en réalité, sur sa surface, des poches sécrétrices pleines d’une essence odorante qui se révèle très facilement dès qu’on la presse (tous les enfants ne s'amusent-ils pas un jour, d'ailleurs, à presser un zeste près des yeux d'une autre personne parce que cette essence est "piquante" !). Elle est formée en grande partie de carbure d’hydrogène, qui s’enflamme en présence de feu, quand on presse l’écorce. Mais ce n’est pas en sentant les fruits que l’on peut deviner leur maturité, car l'odeur sentie n’est pas celle de la pulpe interne, mais l’essence du zeste !

Par contre, il y a une corrélation étroite entre maturité des oranges, mandarines, citrons, pamplemousses ou autres agrumes, et l’abondance des essences dans leur zeste. Une écorce qui sécrète des jets « puissants » d’essences et des essences très odorantes est celle d’un fruit mûr.


La notion de saison n’est pas la même pour les agrumes que pour beaucoup d’autres fruits. Les fruits de fruitiers à feuilles caduques mûrissent progressivement après la floraison, avec une température croissante du printemps jusqu’à la fin de l’été. Par contre, les agrumes se colorent et mûrissent surtout de mi-automne à la fin février début mars, sous l’influence d’une température décroissante. Les oranges sont à ce titre un peu plus des fruits dits de saison que les citrons et les pamplemousses qui peuvent être mûrs sur une période beaucoup plus longue.

Novembre, décembre, janvier, février sont classiquement les meilleurs mois de récolte pour les oranges, mais les oranges Navels (on les reconnaît facilement avec l’excroissance en forme de nombril dans la zone pistillaire) sont un peu plus précoces que les autres et peuvent être parfaitement mûres dés octobre. Les citronniers cultivés en pot ou bac en jardin d'hiver ou veranda un peu chauffée ont une maturité des fruits assez semblable à celle des orangers.

Note: si vous souhaitez réaliser les fruits confits au naturel et à l’ancienne, évitez de récolter des fruits trop mûrs donc plutôt avant fin décembre.

Cliquez sur le lien suivant pour tout savoir sur : Comment récolter, comment conserver les citrons et les oranges ?


Oranges et citrons mûrs, les idées fausses

Un fruit mûr est souple et un peu mou : FAUX, bien au contraire. Oranges et citrons doivent être fermes et lourds, témoignages d’une forte teneur en jus.

Plus la couleur est intense plus le fruit est mûr : FAUX. L’indice est trompeur, aléatoire. Pire, les fruits les plus colorés sont souvent les moins juteux, les plus fibreux. Un citron d’un jaune soutenu est trop mûr. Le célèbre jaune citron est un jaune peu intense, mais lumineux. La couleur du fruit dépend en particulier de la variété, mais aussi du degré de froid subit : les pigments colorés de la peau n’apparaissent qu’à une température inférieure à 12 °C ; ainsi, par temps doux, les fruits peuvent être parfaitement mûrs et peu colorés, voire verts ou même maculés de vert pour les oranges, et fréquemment d'ailleurs pour les mandarines et mandarines satsuma, voire verdâtre pour les citrons. Mais il y a des cas particuliers : pour les citrons verts, en plus de la fermeté et du poids, la couleur révèle quand même un peu de la maturité. Un vert tendre est préférable à un vert franc.

Plus la peau est souple, plus le fruit est mûr : ni vrai, ni faux ! La granulosité ou l’épaisseur des écorces sont uniquement liées à la variété et n’ont aucune influence sur la saveur du fruit. Certes, en « vieillissant », clémentines et citrons notamment tendent à avoir une écorce de plus en plus fine et qui durcit, mais la qualité de la pulpe s’altère aussi.

Un gros fruit est meilleur qu'un plus petit : vrai et faux. Un fruit très petit risque de n'avoir que très peu de pulpe, mais les très gros fruits peuvent avoir une peau extrêmement épaisse et très peu de pulpe aussi. Choisir de gros fruits ne signifie donc en rien la qualité, surtout pour les citrons. Il faut même retenir qu’il n’est pas bon pour l’arbre de laisser trop grossir les fruits ni de garder tous les fruits longtemps dessus, car on épuise inutilement l’arbre et la conservation des fruits n’est pas meilleure. Sur la photo suivante, prise près de Valencia (Espagne) en fin décembre, les fruits (forts délicieux d'ailleurs et cultivés en petits vergers sans produits phytosanitaires chimiques) de ce champ sont précisément à la date de récolte. 


En résumé 

Pour récolter vos agrumes attachez-vous prioritairement aux critères suivants : fruit de taille moyenne, ferme, lourd, au zeste riche en essence, plutôt de la mi automne à la mi printemps.

__________________

(*) texte rédigé notamment grâce aux informations recueillies à la Pépinière de production Bachès - Le Monde des agrumes – 66500 EUS

À propos de l'auteur

user_images/ma-photo-pour-scribium.jpg

JEAN-LUC MERCIER

Forestier, écologue, botaniste, conseiller en aménagement du territoire, paysagisme, écotourisme solidaire. Enseignement supérieur et journalisme maison, art et jardin.
  • 589

    Articles
  • 28

    Séries
  • 3

    Abonnés
  • 3

    Abonnements

Poursuivez la discussion!