Jardin méditerranéen, roche et climat conditionnent la végétation

Réaliser un beau jardin en région méditerranéenne oblige à connaître et maîtriser les contraintes du milieu, déterminantes pour les plantes, si spécifiques.
15

Les régions de Méditerranée sont, avec les milieux de montagne et ceux des côtes atlantiques, les espaces qui nécessitent le plus d’attention quant aux réalités des facteurs naturels, si l’on souhaite y réussir la création et l’embellissement d’un parc ou d’un jardin.

« La nature pour être commandée doit être obéie ». La célèbre phrase de Francis Bacon ( Novum Organum ) prend un sens tout particulier dans le sud de la France, le Midi, où les contrastes climatiques peuvent être forts, et où les contraintes environnementales sont presque toujours omniprésentes. Voici quelques éclaircissements (*).

Un climat méditerranéen souvent difficile

La proximité de la mer Méditerranée crée des conditions climatiques très particulières sur tout son pourtour, et jusqu’à plus ou moins 50km à l’intérieur des terres.

Avec une forte insolation, une grande partie de l’année, c’est tout à la fois de la lumière et de la chaleur, mais aussi, et par voie de conséquence, de la sécheresse.

Si les froids sont rares, peu durables et de faible intensité, il est risqué de sous-estimer les gels exceptionnels qui, occasionnellement, atteignent jusqu’à -10°C, voire plus, le temps de quelques heures dans de nombreux secteurs, pouvant faire de gros dégâts sur la végétation.

Mais du Roussillon à la Côte-d’Azur, la variabilité est grande, par exemple :

  • dans le Narbonnais tout comme en basse vallée du Rhône – Camargue, les vents omniprésents ont un haut pouvoir asséchant ou, en hiver, refroidissant
  • des micro secteurs comme à Banyuls et Port-Vendre, Le Rayol-Canadel, Beaulieu-sur-Mer ou Roquebrune-Cap-Martin ont, à l’inverse, des climats d’exception presque sub-tropicaux, parfaitement abrités par les montagnes environnantes, mais non exempts de « l’hiver du siècle »

En résumé : beaucoup de lumière, fortes chaleurs estivales, amplitudes thermiques journalières importantes en mi-saison, risque de gels rares mais occasionnellement assez forts, faibles précipitations concentrées surtout sur l’automne et le printemps, fréquente omniprésence du vent.

Un Midi méditerranéen souvent rocheux, pour les jardins

Qu’elle soit meuble (comme le sable) ou dure (comme le calcaire ou les schistes), la roche est omniprésente dans beaucoup de secteurs. La moindre érosion des sols provoque une disparition durable de ces derniers sur de longs siècles. N’en témoigne que les effets du sur-pâturage de l’époque romaine qui se traduisent par l’extension des zones de garrigues dans le Languedoc, par exemple, et toujours présentes aujourd’hui.

Qui dit roche, en méditerranée, dit sécheresse, soit par trop forte perméabilité, c’est le cas des sables, soit par manque de terre et donc par ruissellement des eaux de pluie.

Mais la présence de roches affleurantes est aussi témoignage de sols souvent squelettiques et faiblement nutritifs :

  • Partout où il y a présence de calcaire, le paysage prend un aspect de garrigue, si la roche est suffisamment fissurée (garrigue gardoise, par exemple), ou de steppe sèche sub désertique (plaine de Crau ou Causses) quand la roche est en dalle compacte.
  • Partout où il y a présence de schistes, granite, roches volcaniques (Corbières pour partie, Maures, Estérel, piémont cévenol, par exemple), le paysage se présente sous forme de maquis, où la végétation y est plus haute que dans la garrigue, et de forêts résineuses de pins.
  • Là où la roche est sableuse ou sablo-limoneuse, c’est la vigne, les cordons dunaires, les pelouses sèches qui prédominent, sauf à ce qu’il y ait présence d’une nappe phréatique à faible profondeur.

Le jardin méditerranéen doit s’inspirer de la nature et de la végétation

Aller contre la nature, dans ces régions, c’est s’exposer, au mieux, à de grands frais en eau, terre, éléments nutritifs, protection contre le gel… et, au pire (fort probable), à de cuisants échecs.

Vous pouvez découvrir pleins d' articles et secrets sur les plantes du sud et leur culture ici .

Ceci dit, s'il est tout à fait possible de trouver les plantes adaptées pour un jardin sableux . Il peut être plus difficile de trouver la végétation adaptée aux sols à roche dure.

En garrigue, la nature a favorisé, sur ces substrats maigres et basiques, les chênes kermes et verts, les filarias ( Phyllirea sp .), le buis, les cistes, romarins, thyms, lavandes , le pin d’Alep, par exemple. En maquis et forêt, ce sont les chênes lièges et verts, les arbousiers, le laurier sauce , l’if, les pins maritimes et laricio, etc.

Mais toutes ces plantes, ou presque, sont pourvues d’essences aromatiques très volatiles et hautement inflammables, ce qui crée une certaine vulnérabilité à proximité des activités humaines (même si certains incendies sont d’origine naturelle ).

Ces végétaux, sont parfaitement adaptés au climat méditerranéen, largement complétés par des espèces abondamment propagées par l’homme : olivier, cyprès de Provence, eucalyptus , pin pignon (ou parasol) , et divers palmiers résistants au gel , des agaves et de nombreuses espèces de cactées peu sensibles au froid , le mimosa et le laurier rose , par exemple.

Ces dernières espèces ont fait leurs preuves depuis plusieurs siècles, et font partie intégrante de ces paysages méditerranéens que l’on connaît aujourd’hui.

En résumé : la végétation naturelle, et celle qui caractérise les paysages méditerranéens, est constituée essentiellement d’espèces à petites feuilles, coriaces, persistantes, aromatiques, souvent à croissance lente, mais frugales et très résistantes à la sécheresse et à des gels occasionnels jusqu’à 10°C, voire plus.

Maintenant, forts de ces constats, il est vraiment important de se convaincre de ce qui pourrait être une devise : quand les contraintes naturelles deviennent des atouts, le jardin devient lieu de vie et de rêve. Le jardin sec est une création qui répond fidèlement à ce principe.

_______________________

(*) avec l’appui du bel ouvrage L’histoire des plantes en Méditerranée – Fabio Benzi et Luigi Berliocchi – Actes Sud / Motta – Milan 1999

Sur le même sujet