L'éclair de Catatumbo, phénomène naturel mystérieux au Venezuela

Lac de Maracaibo, destination de voyage pour amateurs de spectacles étranges et uniques au monde. Théâtre d'orages fabuleux au-dessus des marais... c'est grandiose !
65

Il existe de par le monde des lieux étranges, des régions où l'homme observe des phénomènes difficiles à expliquer, comme la zone du silence au Mexique, par exemple.

Plus au sud, il y a El relámpago del Catatumbo… Si vous rêvez d’un voyage inoubliable confronté au gigantisme des forces sauvages de la nature, partez en Amérique latine. Au Venezuela, un spectacle inédit vous y attend.

Le phare de Maracaibo, phénomène exceptionnel

Que pouvaient ressentir les marins des siècles passés lorsqu’ils naviguaient dans le golfe du Venezuela en voyant, au sud, s’éclairer le ciel en de multiples et gigantesques éclairs, la nuit?

Quelles craintes pouvaient avoir les peuples des forêts, tribus amérindiennes, lorsque les cieux se zébraient, immensément, sur les bords du lac (ci-contre) ? Craintes, mais aussi admiration ! Pourtant, le jour, les berges du lac (photo ci-dessous près de l'embouchure) semblent bien calme, même si les prémices des orages apparaissent déjà !

Côté mer, ou côté terre, ces lueurs incroyables ont historiquement constitué un repère immanquable , dont on évitait soigneusement de s’approcher pourtant… des éclairs appelés "Le phare de Maracaibo", "el Faro de Maracaibo": "Il a été pendant des siècles une 'lumière naturelle' pour guider les marins qui arrivaient des Antilles néerlandaises et se dirigeaient vers le golfe du Venezuela", peut on lire sur Terra Venezuela .

L‘histoire veut même que cet incroyable phénomène ait permis, par l’intensité de son éclairage, en 1595, de repérer l’arrivée du pirate anglais Francis Drake : "Une vigie a repéré le navire de Drake et alerté la garnison, qui a réussi à repousser l'attaque de nuit", écrit Erik Quiroga.

Contexte géographique de l’Éclair du Catatumbo

Pour comprendre la particularité incroyable de ce phénomène, il est utile de s'intéresser à la géographie des lieux (selon les sources Terra Venezuela et IPS Nouvelles ).

150 km du sud au nord, 110 km d’ouest en est: le lac de Maracaibo (voir photographie aérienne ) est un géant pour l’Amérique du Sud, avec ses 13 800 km2 et une profondeur d’une trentaine de mètres. Il est alimenté par de nombreux cours d’eau, dont le rio Catatumbo. Ce lac est situé au pied de la cordillère des Andes, position déterminante p our l'explication de l'éclair.

Il est directement relié à la mer des Caraïbes par le détroit de Maracaibo (visible au bas de la photographie aérienne). Il est l'unique lac d'eau douce au monde à avoir une connexion directe et naturelle avec la mer.

Le détroit de Maracaibo, long de plus de 20 km, est occupé sur sa rive ouest par la ville de Maracaibo et traversé, dans sa partie la plus étroite, par le 12e plus grand pont du monde, el puente General Rafael Urdaneta, de 8 678m de long, construit en 1962 (source Venezuelatuya.com ).

Mais c’est plus au sud, vers l’embouchure du rio Catatumbo, principale cours d’eau alimentant le lac, vers le parc national Ciénagas De Juan Manuel (dit aussi Ciénagas de Catatumbo) que se produit cet étrange phénomène d’éclairs.

De nuit, le spectacle d’un ciel zébré est impressionnant 

Les impressionnantes lueurs du Catatumbo ont fait l’objet d’importants travaux scientifiques qui en facilitent aujourd’hui la compréhension. Microfísica del Relampago del Catatumbo , étude publiée en 2000 par Ingeniera UC , permet de comprendre le phénomène.

Les éclairs sont liés à des orages, phénomènes atmosphériques qui se forment sur un secteur géographique restreint strictement situé à l'embouchure de la rivière Catatumbo, dans le lac Maracaibo. Les tempêtes s’avèrent être le résultat de vents violents, soufflant à partir de la cordillère des Andes, qui entrent en collision avec les gaz ionisés - notamment le méthane - produit par la décomposition des matières organiques dans les marais. Étant plus léger que l'air entrant, le gaz monte dans la couche nuageuse, créant une charge électrique puis un rejet ultérieur apparaissant comme la foudre.

Ces flashs, leur puissance et leur fréquence, sont considérés comme le plus grand générateur de l'ozone troposphérique du monde par certains scientifiques.

Visible jusqu’à 400 km de distance, le phénomène correspond donc à des tempêtes se produisant à raison de 140 à 160 nuits par an, jusqu'à des durées de 10 heures par nuit, et produisant jusqu'à 280 éclairs par heure. Les photographies sont difficiles à réaliser et ne montrent qu'une pâle réalité des phénomènes (photo ci-dessus). 1,6 million de décharges de 100 000 à 300 000 ampères sont produites chaque année, ce que ne peut rendre aucune photo !

Si l’éclair n’est plus un mystère, il reste « magique »

Fin du mystère? En partie! Car le phénomène garde une part énigmatique, et même les Occidentaux les plus blasés de voyages et de sciences se font prendre à la magie des lieux et du spectacle, autant que le touriste curieux qui est en chacun de nous. Photo ci-dessous : formation des orages, le soir, sur le lac, avant le grand spectacle !

Le lieu, et donc le phénomène, est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Plusieurs voyagistes se sont spécialisés pour offrir à leur clientèle un séjour au bord ou sur le lac, pour observer le temps d’une ou plusieurs nuits ce spectacle inouï. C’est le cas des agences  Franbrasil , Yagrumo ou Arassari Trek qui proposent, par ailleurs, d’autres magnifiques découvertes.

Mais il faut bien s’informer avant d’envisager un tel voyage, car en 2010, de janvier à mars, le phénomène a disparu, « le débrayage le plus long des 103 dernières années, selon les météorologues », nous indique Rory Caroll, dans le Guardian du 5 mars 2010 . En 1947, une grande sécheresse avait produit cette disparition, mais qui n’avait duré que 5 semaines ! L'orage du Catatumbo dépend d'une série d'équilibres que les scientifiques ne connaissent pas en totalité. Mais ce que l’on sait par contre, c’est que si les marécages et les rivières sèchent, et l'équilibre des vents change, l'orage du Catatumbo se trouve altéré.


Du même auteur :

Partir en Guyane, l'immersion dans une France si différente !

Guyane Bresil, sur les 2 rives de l'Oyapock

Voyage au cœur du pays dogon

Faune d'Amazonie, magie des rencontres furtives

Sur le même sujet