Réaliser une haie fruitière et récolter des fruits toute l'année

Profiter des fruitiers et composer des haies originales, aux fonctions variées, dans votre jardin : conseils pour choisir et associer les plantes à fruits.
1.4K

La réalisation d’une haie au jardin est très souvent pensée comme un « mur » de protection vert. Mis à part les quelques mètres linéaires de brise-vue nécessaires si l’on souhaite se protéger d’un vis-à-vis gênant, le pourtour du jardin est l’occasion de multiplier les usages de l’espace, autrement que par de simples végétaux sans autres fonction particulière que de rester verts. Créer des haies multifonctions, écologiques et originales est bien plus satisfaisant à terme.

Plaisir des yeux et du palais, la haie fruitière, rarement réalisée est pourtant une excellente idée pour s’offrir un spectacle plein de saveurs et de couleurs 9 mois sur 12, voire plus, et profiter de fruits toute l’année. A réaliser sans produits chimiques, pour obtenir des fruits savoureux, riches et "bio".

Fruitiers et haies fruitières en composition libre ou organisée

Conduits en haie bien organisée, presque tous les arbres fruitiers conviennent, et peuvent former des séparations avec le voisinage ou cloisonner l’espace. Choisir des variétés bien adaptées localement est fondamental. L’association Les croqueurs de pommes comporte 60 sections régionales ou locales capables d’apporter les meilleures informations à ce sujet.

Quatre espèces en particulier sont inadaptées à la conduite en haie fruitière :

  • abricotier et olivier, car ils supportent mal la compétition et l’ombrage au pied,
  • châtaignier et noyer qui sont beaucoup trop volumineux.

Pour réussir une haie fruitière libre, il faut surtout utiliser des espèces adaptées naturellement à une certaine compétition et à la mi-ombre : arbousier, aubépine et azerollier, cassissier, cornouiller, néflier d’Allemagne, noisetier, prunellier, sureau.

Toutes les autres espèces peuvent convenir à condition de les étager correctement, afin que chacune n’entre pas en compétition avec les autres (illustration ci-dessous). En effet, il ne faut surtout pas oublier que la floraison se fait à la lumière et que la fructification et la maturation des fruits se font avec l’ensoleillement direct. Il faut donc une organisation spatiale qui permettent l’épanouissement de chaque espèce, accompagnée de tailles régulières pour limiter les effets de compétition.

Inventaire des fruitiers utilisables en haies fruitières

Non exhaustive, cette liste (source tous-les-fruits.com ) présente l’intérêt de montrer la diversité de fruits possibles : petits fruits rouges, fruits secs, fruits juteux, fruits fermes, fruits à jus, fruits à couteau, fruits à confitures et compotes…

  • Fruitiers en arbre, généralement à tronc unique :

Amandier, Argousier, Bibacier / néflier Eriobotrya, cerisier et griottier, cognassier, kaki / plaqueminier, mandarinier satsuma , mûrier noir, nashi (poirier asiatique), néflier d’Allemagne , pêcher et pêcher pavies, poirier, pommier, prunier mirabelle et reine-claude, sorbier

  • Fruitiers arbustifs en cépées :

Amélanchier, arbousier, aubépine et azerollier, cornouiller, figuier, goji / Lyciet , jujubier, kumquat, noisetier, pistachier, prunellier, sureau

  • Petits fruitiers en touffes :

Aronia, caseille, cassissier, framboisier, groseillier rouge/rose/blanc, groseillier à maquereaux

  • Lianes fruitières, à palisser :

Fruits de la passion / passiflore, mûrier ronce ( vendu souvent sous le nom de variété : Jumbo, Thornfree et Thorneless), muroisier (hybride mûre/framboise vendu souvent sous le nom de variété : Loganberry ou Tayberry), vigne.

Trois exemples de haies fruitières

Partout en France, cerisiers, cognassiers, poiriers, pommiers et pruniers peuvent être cultivés, car les variétés sont si nombreuses qu’il en existe toujours une ou plusieurs adaptées au climat local. Les compositions fruitières ci-après n’indiquent que les espèces les plus représentatives d’un climat donné, qui leur permet de pousser, fleurir et fructifier dans de bonnes conditions.

L’association Fruits Oubliés apporte de précieuses informations sur les espèces et variétés qui permettent d’établir les meilleures compositions.

  • 1 - Composition pour climat froid (fruitiers résistants aux forts gels et aux gels durables):

cassissier, cognassier, framboisier, groseillier à maquereaux, kaki, murier ronce, néflier d’Allemagne, poirier, pommier, prunier mirabelle, sureau noir, myrtille.

  • 2 - Composition pour climat tempéré (fruitiers résistants à de petits gels durables et occasionnellement à de gros gels brefs):

amandier, argousier, caseille, cassissier, goji, griottier ou cerisier Montmorency, grenadier, groseillier, pêcher pavies, vigne.

  • 3 - Composition pour climat doux, océanique ou méditerranéen (fruitiers résistants à des gels peu durables et peu intenses) :

amandier, arbousier, bibacier, figuier, fruit de la passion, grenadier, jujubier, kiwi, mûrier noir, pêcher, vigne

Les meilleurs conseils pour réussir votre haie fruitière

Pour choisir vos plants fruitiers et sélectionner les meilleures variétés, rapprochez-vous d’un pépiniériste producteur local ou d’une coopérative agricole. Évitez les jardineries et grandes enseignes (nombre limité de variétés, vente de variétés peu adaptées aux particularités de chaque terroir). Pommiers.com est un site qui apporte de très nombreuses informations sur les variétés, les régions et les meilleurs pépiniéristes.

  • Expliquez au professionnel pépiniériste que vous voulez constituer une haie fruitière d’espèces mélangées, afin qu’il vous propose les variétés les mieux adaptées à cette conduite.

Soyez vigilants aux gels. Apprenez à découvrir si votre jardin est dans un secteur à gels précoces et à gels tardifs (en discutant avec des agriculteurs par exemple, ou des maraîchers), ces données influant largement sur le choix des variétés.

  • Connaître son terrain, la nature du sol , son pH, son humidité est fort utile pour discuter avec le pépiniériste et faire le bon choix. Si vous n’avez aucune idée de ces données, apportez un échantillon de terre (l’équivalent d’un bol) prélevé à 20 cm de profondeur.

Si vous devez conduire une partie de vos fruitiers sur fil (vigne, mûrier ronce, kiwi), plantez votre ligne de piquets avant plantation, en espaçant ceux-ci de 3 m les uns des autres, bien alignés et à la même hauteur. Tendez les fils de fer sur trois hauteurs ; le premier fil peut être à 1m10 de haut, ce qui laisse la place pour cultiver des petits fruits au sol, le second à 1m50 et le troisième à 1m90. Pour cela, utilisez des piquets de 2m80 ou 3m, enfoncés de 0m80 à 1m, en bois d’acacia (robinier) ou en pin étuvé. C’est plus esthétique que du piquet métallique.

  • Pour les arbres en baliveau, demi-tige ou tige, nécessitant un tuteurage, plantez le piquet en même temps que l’arbre, pour bien positionner l’ensemble sans abîmer les racines.

Soyez généreux le moment venu, et laissez des fruits pour nourrir gratuitement les oiseaux , directement dans la haie !

_____________________

A lire aussi : Réussir une haie composée belle et efficace et Verger miniature et arbres fruitiers nains du même auteur.

Sur le même sujet