"Hung", série TV de Dmitry Lipkin et Colette Burson

Diffusée depuis 2009 aux Etats-Unis, la série a été annulée le 20 décembre dernier, en pleine troisième saison. Retour sur une série méconnue en France.
18

Reconversion

Créateurs de la série "The Riches" , Dmitry Lipkin et Colette Burson soumettent courant 2008 à la chaine HBO un sujet aussi gonflé que peu exploité dans la fiction américaine: celui de la prostitution masculine.

Ayant mis à l'antenne les fictions les plus originales et réussies de ces dernières années, comme "True Blood" ou "Six Feet Under" , HBO se déclare tout de suite partante pour ce projet de série mettant en scène le quadragenaire Ray Dracker (Thomas Jane, remarqué dans "The Punisher" ), entraîneur de basket-ball financièrement à la dérive mettant en scène un projet de reconversion original afin de faire face à ses tracas financiers.

Contexte de crise

Contrairement à leurs homologues français, les auteurs américains, surtout s'ils travaillent dans le domaine de la série TV contemporaine, savent parfaitement saisir l'époque pour s'en servir de trame narrative : "24" relatait ainsi avec une terrible efficacité la parano et la droitisation de la société américaine post-11 septembre, tout comme (dans un registre beaucoup plus frivole) "Sex And The City" montrait la bulle d'insouciance et de frivolité urbaine née de la croissance des années Clinton.

Lorsque la série débarque à l'antenne en juin 2009, la crise des subprimes a donc éclaté depuis quasi un an, et le personnage de Ray, américain moyen typique du Michigan voyant ses dettes prendre le dessus du jour au lendemain dans sa vie monotone, ne peut que parler au telespectateur lambda.

Gigolo

Artiste autoproclamée et libre d'esprit avec qui Ray entretient une relation ambigüe, Tania (Jane Adams, vue dans "Little Miss Sunshine" ) va conseiller à son ami d'utiliser son physique et son anatomie hors nomes afin de devenir...gigolo. Celle-ci s'improvise donc proxénète afin de vanter les qualités de son poulain auprès des femmes fortunées de la région.

En outre, Ray doit aussi composer avec les exigences de son ex-femme Jessica et de ses deux enfants, prototypes d'adolescents américains de la classe moyenne provinciale accros au paraitre et aux problèmes d'identité.

Déclassement

Série se réclamant avant tout de la veine de la comédie sociétale, "Hung" met bien en avant le quotidien toujours davantage précaire d'une classe moyenne de plus en plus déclassée et soumise à la précarité : on y vire à tour de bras dans tous les corps de métiers, y compris dans l'éducation devenue un business se devant être aussi compétitif qu'un autre.

Par conséquent, les victimes toujours plus nombreuses de la crise se doivent de jongler avec différents boulots afin de maintenir leur train de vie et éviter le déclassement, déshonneur suprême dans une culture aussi matérialiste et individualiste que celle en vigueur aux Etats-Unis.

Gauche

Si les premiers épisodes de la première saison bénéficient de moments savoureux, à l'image de ces groupes de parole permettant soi-disant la fortune aux entrepreneurs amateurs alors qu'ils ne sont que du charlatanisme légalisé prospérant sur fond de désespoir social, le ressort comique de la série repose avant tout sur le côté gauche et inadapté de son héros.

Fréquentant peu de femmes, inconscient de son potentiel attractif pourtant très réel, et surtout symboliquement castré par un mariage râté, Ray a toutes les peines du monde à se montrer brillant en société avec des femmes aisées qui souhaitent bénéficier de ses "services".

Ainsi, lorsque celui-ci s'attache à Jemma, une "cliente" plus attractive que la moyenne, mais aussi et surtout plus cultivée, Ray se montre aussi à l'aise à ses côtés que Jean-Luc Mélanchon le serait au Bal des Débutantes.

C'est dans ces moments-là que s'exprime alors tout le potentiel comique de la série, comme lorsque le personnage de Jason Stackhouse déboule au sommet de son art dans les meilleurs moments de "True Blood".

Saison 3

Il ya quelques jours, HBO annonçait que la chaine stoppait purement et simplement la diffusion du show. Audience en berne et puritanisme ambiant, à quelques mois de la désignation du futur candidat républicain à la Présidentielle de 2012, en auront eu la peau. Dommage, s'agissant d'une série plus gonflée et surtout plus sociale que la moyenne.

Une lueur d'espoir relevée sur le compte Twitter de l'acteur principal Thomas Jane: "Nous allons changer le nom et aller sur une autre chaine. Mon choix pour un nouveau titre? "Packin'".

"Packin" : le paquet. Tout un programme!

Sur le même sujet