Agatha Christie, le mystère par la plume

Le genre policier reste une valeur sûre dans les livres aussi bien que dans les séries, et Agatha Christie est sans aucun doute l'une de ses reines.

Agatha Mary Clarissa Miller, née en 1870, est l'auteure de près de 80 textes, dont la plupart sont des chefs-d'œuvre de la construction du récit. Elle disparaît en janvier 1976, laissant derrière elle de nombreuses histoires susceptibles d'être reprises sous format cinématographique, ce dont le septième art ne se prive pas.

Des personnages riches

L'un des atouts de cette auteure est sans conteste sa capacité à modeler et décrire ses personnages, du plus insignifiant au plus important de l'intrigue. Les aspects psychologiques sont traités dans le détail, noyant parfois le lecteur dans des éléments qui ne lui permettent pas de deviner le dénouement, seulement de se laisser porter par le déroulement des événements. En effet, souvent les textes policiers ont tendance à laisser des indices évidents, destinés la plupart du temps à justifier l'intérêt des choix de l'intrigue. Malheureusement, souvent, ces éléments sont tellement peu insérés dans l'histoire qu'ils révèlent les choses trop tôt, c'est le cas du Da Vinci Code par exemple, l'histoire y est plus qu'intéressante mais ne permet pas de se laisser emporter complètement. Chez Agatha Christie, à l'inverse, les détails forment l'armature du récit, dans laquelle l'intrigue policière s'enchâsse parfaitement, utilisant à différents moments ces micro-détails si insignifiants a priori. Elizabeth Georges suit d'ailleurs ce modèle avec les histoires de l'inspecteur Linley et du sergent Havers.

Des héros agaçants avant de devenir attachants

Ce qui est le plus étonnant, c'est que les héros récurrents de "la Reine du crime" ne sont pas particulièrement attirants. Loin d'être beau, svelte ou sportif comme la plupart des héros, Hercule Poirot est un petit bonhomme ventripotent aux moustaches ridicules et très imbu de sa personne. De son côté, Miss Marple est une vieille femme qui semble un peu simplette avec ses digressions permanentes sur les habitants de Sainte Mary Mead, son village natal, et sa tendance à se mêler des affaires des autres. Mais c'est justement ce qui fait le succès de ces ouvrages : ce sont des gens comme les autres. Hercule Poirot est un ancien policier devenu détective privé, et qui est persuadé, plus ou moins à raison, d'être le plus grand détective du monde grâce à ses petites cellules grises. Maniaque et intransigeant, il est peut être l'une des inspirations du personnage de la série Monk, par certains aspects... Ces deux détectives sont d'autant plus intéressants qu'ils ne résolvent les affaires les plus compliquées que par leur réflexion, leur observation et leur capacité d'analyse, comme l'avait fait Conan Doyle avec Sherlock Holmes, toxicomane de génie. Loin de mettre en valeur les caractéristiques physiques, Agatha Christie insiste donc sur l'importance de la réflexion dans la compréhension du monde, remettant sans cesse en évidence le fait que les affaires criminelles ne sont que la manifestation violente des défauts et désirs des uns et des autres dans la société.

Des intrigues variées

Si de prime abord on peut penser qu'une fois qu'on en a lu un, on les a tous lu, la pratique démontre l'inverse. En effet, Agatha Christie a beau placer un ou deux cadavres et ses héros dans tous ses livres, elle a l'infini talent de réussir à réinventer à chaque fois le contexte et l'histoire. Le mystère est toujours présent car elle va au plus profond de la noirceur humaine et en même temps dans toutes les petites manies et travers des uns et des autres : joueurs, adultères, policiers, repris de justice, aristocrates... tous les styles sont croqués et exploités pour faire du récit un petit bijou. Ainsi les plus importants comme Le Crime de l'Orient Express ou 10 petits nègres font figures de chef d'oeuvres tant la complexité du récit empêche le lecteur de découvrir la solution. Sans cesse diffusées depuis quelques années, les séries issues de ces histoires sont légions. Réalisées avec plus ou moins de brio, certaines réussissent bien à rendre l'atmosphère "british" qui transparait dans les textes, tandis que d'autres ne donnent qu'un bref aperçu de l'étendu du talent de leur créatrice.

Sur le même sujet