Le massacre des lévriers espagnols

En espagne, après la période de chasse, des milliers de lévriers sont torturés et tués dans des conditions indescriptibles.
12

Après la période de la chasse (et aussi quelquefois pendant), les propriétaires de galgos (lévriers espagnols) s'arrogent le droit de punir ceux qui ont mal chassé ou ceux qui ne sont plus efficaces. Ils effectuent une sélection régulièrement dans leurs meutes, mais la plus massive est menée après la saison, en février, période du massacre des galgos .

Combien sont tués ? Il est difficile de chiffrer de tels actes, le plus souvent commis dans des lieux à l'écart, entre chasseurs, dans des régions où cela ne choque personne. Les associations de défense de ces animaux ont bien du mal à quantifier le nombre de morts, sachant que de nombreuses victimes ne sont jamais retrouvées. La SPA reprend le chiffre avancé par les associations espagnoles qui estiment à 50 000 le nombre de chiens tués chaque année. La seule certitude, et c'en est une, c'est que plusieurs milliers de ces lévriers sont tués dans des conditions abominables, pendus, brûlés, battus. Avant cette fin tragique, les chiens subissent toutes sortes de sévices qui dépendent de l'acharnement et de la cruauté du chasseur mais aussi d'un soi-disant code de l'honneur datant d'un autre âge.

Punitions, tortures et exécutions

Un galgo ayant raté la partie de chasse est considéré comme une tâche sur son honneur par le chasseur. Ce dernier estime normal de se venger et de le punir. Les sévices innombrables et inimaginables infligés aux galgos se terminent le plus souvent par la mort, dans des souffrances terribles. On ne compte plus les chiens aux membres brisés, aux yeux crevés, aux truffes sectionnées au sécateur, coupés et entaillés sur tout le corps, roués de coups... De nombreuses associations décrivent très bien, et photos à l'appui , cette barbarie.

Après avoir subi tant de tortures, les chiens sont exécutés de toutes sortes de façons, jetés encore vivants au fonds de puits ou de trous, traînés derrière la voiture, aspergés d'essence et brûlés vifs, laissés à l'abandon dans des endroits inaccessibles et reculés où le chien agonisera de longues heures.

La méthode la plus connue et la plus emblématique est la pendaison . Attaché à un arbre par le cou, le chien peut être pendu en hauteur s'il lui est arrivé de bien chasser, sa mort étant alors plus rapide. Par contre, si le chien est jugé mauvais chasseur et déshonorant pour son maître, il est pendu à une branche assez basse pour que ses pattes arrières touchent à peine le sol, obligeant le chien à sautiller pour ne pas être étranglé, ce qui finit évidemment par se produire mais après de longues minutes de souffrance. Cette lente agonie est délibérément choisie et infligée par le chasseur.

Des abandons sordides

Même les abandons se font dans la cruauté et l'abomination. Le chasseur ne peut pas se "contenter" d'attacher le chien à la porte d'un refuge, ou le laisser sur le bord de la route, comme cela se produit "normalement" ailleurs. Non, ce serait trop doux pour ces chiens que les chasseurs veulent faire souffrir jusqu'au bout. Pour être sûr que le chien ne le suivra pas, le chasseur brise les pattes du lévrier avant de le jeter quelque part, dans un endroit où personne ne l'entendra pleurer, appeler et mourir .

Actuellement, une tendance à l'abandon directement dans les fourrières se dessine, ayant donc un caractère à priori encourageant. Mais, dans ces endroits surpeuplés et surchargés, il n'est prévu qu'une issue pour les galgos: l'exécution. Après plusieurs jours, souvent laissés sans soins dans cette antichambre de la mort, le chien est gazé . Les plus petits gabarits meurent les premiers, les autres ne quittent ce monde de douleurs qu'après de longues minutes supplémentaires d'agonie. Certains doivent même subir un second gazage pour être tout à fait achevés.

La seule lueur d'espoir au milieu de cet enfer est le combat mené par les associations de défense animale et les refuges espagnols, relayés par des associations à l'étranger, notamment en France, pour récupérer et sauver les galgos.

Sources:

SPA , Association pour le défense des lévriers espagnols , Lévriers en détresse , L'Europe des Lévriers , SOS Lévriers , Bulletin des Lévriers , Galgos.fr , Un ange pour les lévriers , galgos libres , L'appel des lévriers , Lévriers en difficulté Midi-Pyrénées .

Sur le même sujet