Affaire DSK : au-delà du doute raisonnable

Le témoignage de Nafissatou Diallo n'a plus aucune valeur : elle a menti sous serment. Les charges contre DSK sont abandonnées.
15

L’ultime décision pénale n’aura duré qu’un quart d’heure : le juge Michael Obus a suivi la motion ou requête présentée par Cyrus Vance Jr., le procureur de l'Etat de New York, et accepté l’abandon de toutes les charges contre Dominique Strauss-Kahn, accusé depuis le 14 mai dernier de tentative de viol, agression sexuelle et séquestration sur la personne de Nafissatou Diallo.

A 17 heures 55, ce mardi 23 août, DSK est juridiquement libre. Le procureur de New York a estimé qu'il était impossible de prouver « au-delà du doute raisonnable » que l'ancien directeur du FMI a bien agressé sexuellement la femme de chambre de l'hôtel Sofitel.

L’échiquier de la justice

Selon l’expression consacrée depuis le début de l’enquête : «On ne saura jamais ce qui s'est passé dans la suite 2806 du Sofitel.» C’est peut-être la seule vérité à laquelle il faudra désormais s’accrocher pour absorber chaque épisode de ce feuilleton politico-médiatique, plus communément appelé l’affaire DSK. Si elle suscite autant d’intérêt de la part des médias et du public, c’est probablement dû au fait que chaque protagoniste semble avancer sur un échiquier : le cavalier blanc est un redoutable économiste français, puissant et célèbre ; la dame noire qui côtoie le Bronx, un quartier populaire de Harlem, est un pion qui «aurait» contourné les règles du jeu. Ses divers mensonges ont entaché sa crédibilité qui ne vaut plus rien devant une cour de justice. Chaque pièce de cette partie judiciaire symbolise un groupe social et politique dont les univers ne se croisent jamais... excepté dans les salles d’audience.

Un avenir politique dans la balance

Chacun des deux acteurs principaux est tour à tour innocent et coupable : DSK est un personnage présidentiable de 63 ans avec une attitude inconséquente. Il a eu, selon son avocat Benjamin Brafman« un comportement déplacé », mais ce n'est pas un criminel. Nafissatou Diallo est une femme de chambre de 32 ans qui a avoué avoir menti sous serment pendant son procès et qui a livré « trois versions contradictoires » sur les événements qui ont suivi l’agression. Ses incohérences «ont sérieusement entamé sa crédibilité de témoin». Le procureur Cyrus Vance Jr., qui risque son avenir politique n’a pas osé jouer avec les deniers publics et a estimé que les chances de la femme de chambre de remporter un procès au pénal étaient fragiles.

Le doute s’installe

Dans un document de 25 pages, rédigé par le ministère public et remis au juge Michael Obus, Cyrus Vance Jr. justifie sa demande d’abandonner les charges : «Le nature et le nombre d'inexactitudes dans le récit de la plaignante nous empêchent de donner du crédit à la version des faits au-delà du doute raisonnable». L’expression est amplement reprise par le procureur : «Si nous ne pouvons pas la croire au-delà du doute raisonnable, nous ne pouvons pas demander au jury d'en faire autant». Le ministère public se trouve dans l’incapacité de prouver scientifiquement que le rapport sexuel a été forcé, ce qui se traduit dans le rapport par : «Les preuves physiques, scientifiques et autres montrent que l'accusé a eu une relation sexuelle précipitée avec la plaignante, mais cela ne suffit pas à prouver que le rapport a été forcé ou non consenti ».

La contre-attaque d'un opiniâtre avocat

Kenneth Thompson a souhaité faire appel de la décision du juge: il a demandé à Michael Obus la nomination d'un procureur spécial pour remplacer Cyrus Vance Jr. Mais cette stratégie qui aurait prolongé le séjour de DSK à New York a été rejetée. S’il récupère son passeport, Dominique Strauss-Kahn pourra bientôt quitter les Etats-Unis.

L’opiniâtre avocat de la femme de chambre n’en restera pas là. Il dénonce «un déni de justice» et va continuer de défendre sa cliente. Il a lancé une procédure civile devant le tribunal du Bronx. De nouveaux rebondissements sont à prévoir. Nafissatou Diallo peut juridiquement se tourner vers la justice française . «Le code pénal français prévoyant que "la loi pénale est applicable à tout crime commis par un Français hors du territoire de la République".»

Bientôt la saison 4 en France ?

Un avocat a été choisi. Il s’agit de Me Thibault de Montbrial qui se définit lui-même sur son site comme étant «un relais de Kenneth Thompson, l'avocat de Nafissatou Diallo, en France».

Nouvel arrivant sur la scène médiatique de l’affaire DSK, l’avocat français travaille aujourd’hui à « trouver d'éventuelles autres victimes de l'ancien patron du FMI ».

Sur le même sujet