Signification des expressions avec des termes culinaires

La langue française est riche en expressions imagées. Nombre d'entre elles font référence à des aliments présents sur nos tables.
248

De l’entrée au dessert, la nourriture a largement "alimenté" notre langue parlée, générant des expressions populaires qui ont, parfois, traversé les siècles et dont voici un échantillon.

Autour de la soupe ...

  • La soupe à la grimace : l’expression a conservé son sens d’origine puisqu’elle fait toujours référence à un accueil glacial. Il s’agissait, à l’origine, de celui réservé par une femme mécontente à son mari lorsqu’il rentrait manger la soupe qu’elle lui avait préparée. Sortie du contexte du foyer, elle est de nos jours appliquée à tout accueil hostile.
  • Manger la soupe sur la tête de quelqu’un veut dire, selon le sens le plus courant, que l’on est plus grand que la personne à laquelle on se compare.
  • Être soupe au lait : Datant semble-t-il du XIXe siècle, l’expression signifie que l’on s’énerve facilement, comme le lait ou la soupe au lait déborde très vite de la casserole si l’on n’y prend garde et retombe aussi vite. Une personne "soupe au lait" sera donc d’humeur changeante.
  • Trempé comme une soupe : Plus ancienne, cette expression fait référence à la tranche de pain, autrefois appelée "soupe", que l’on trempait dans le bouillon. Cette "soupe" en ressortait forcément… trempée !

Autour du pain…

  • Long comme un jour sans pain : Aliment de base du repas des générations passées, le pain est ici le symbole d'un moment qui paraît très long... mais aussi d'une personne paraissant très grande !
  • Ça ne mange pas de pain : A la fin du XVIIème siècle, elle signifiait "ça ne coûte rien". Plus récemment, son sens serait plutôt "on ne risque rien" ou "on n’a rien à perdre".
Saucissons et autres jambons
  • Être ficelé comme un saucisson se dit d'une personne qui paraît engoncée dans ses vêtements trop petits ou trop serrés.
  • Avoir essuyé ses lunettes avec un saucisson veut dire que l'on a des lunettes... sales, ce qui se passe d'explications ! Certains remplacent dans l'expression le saucisson par un jambon...
  • Faut pas me prendre pour un jambon ! équivaut à "il ne faut pas me prendre pour un imbécile ! "

Les expressions beurrées…

  • Il (ou elle) n’a pas inventé le fil à couper le beurre se dit, d’une façon peu charitable, d’une personne considérée comme peu intelligente.
  • Compter pour du beurre offre une belle leçon d’humilité puisque l’expression veut dire ne pas être considéré…

De quelques fruits et légumes…

  • Entre la poire et le fromage : cette expression nous ramène au Moyen Age, époque à laquelle la poire précédait le fromage lors du repas. C’était alors le moment où les hôtes, rassasiés, était prêts à écouter les confidences de leurs voisins. De nos jours, son sens a évolué et signifie plutôt "entre deux événements".
  • Raconter des salades signifie tout simplement mentir.
  • Sucrer les fraises se dit d'une personne devenue sénile.
A l’heure du café
  • C’est un peu fort de café : cette locution mixe, à sa façon, passé et présent puisqu’elle réunit l’expression, toujours utilisée telle quelle, "c’est un peu fort" avec le café que l’on buvait, avant l’apparition de l’espresso, "fort".
  • Café bouillu, café foutu : cette dernière expression, très familière, ne nous cache rien : elle veut tout simplement dire qu’un café réchauffé qui a bouilli est imbuvable, mais les avis sont parfois partagés !
Sources :

- http://www.expressio.fr/toutes.php

- Les expressions de nos grands-mères, Marianne Tillier, Points, 2008.

- Petite histoire des expressions , Gilles Henry, Marianne Tillier, Isabelle Korda, Edition Tallandier, 2003.

Sur le même sujet