Le calèndo: le Noël provençal chrétien

Le Noël provençal est très marqué par la foi et le partage. Une tradition qui se perpétue depuis de nombreux siècles dans les villages de l'extrême Sud-Est
11

La Provence est une terre de tradition et de croyances. Le calèndo, le Noël provençal, en est certainement l'exemple le plus parlant. Même si aujourd'hui cette fête est devenue purement commerciale, certains villages essaient de maintenir cette tradition chrétienne.

D'où vient le nom de "calèndo"?

Les fêtes de Provence sont nommées ainsi en référence aux calendes de janvier, festivités païennes alors célébrées pour le premier jour du mois. Avec la christianisation, les fidèles ont changé ce rite profane en rite catholique et le calèndo est devenu la fête de la nativité du Christ, soit Noël.

Des rites religieux bien présents

Le Réveillon, soit le 24 décembre, se déroule selon des rites chrétiens bien définis:

Avant le souper commence le rituel du "cacho-fio", l'allumage du feu, qui symbolise la rédemption. Le chef de famille ramène une énorme bûche d'olivier ou de tout autre arbre fruitier dans le logis. Il l'arrose par trois fois de vin cuit en prononçant des paroles sacramentelles pour célébrer l'an à venir. Aidé du plus jeune, ils portent la bûche et font trois fois le tour de la table, en référence à la Trinité. Enfin ils la jettent au feu et cette dernière se consumera toute la nuit.

Vient ensuite l'heure du "lou gros soupà", le gros souper. La table est recouverte de trois nappes blanches: pour le Père, le Fils et le Saint Esprit. Trois candélabres y sont posés, composé chacun de trois bougies, toujours en rapport avec la Trinité. Une place est réservée au pauvre.

Le repas servi est certes abondant en plats, car ils sont au nombre de sept, mais maigre car aucune viande n'est proposée. Le poisson tel que la morue ou l'anguille est cuisiné mais les légumes restent l'aliment principal des plats et sont servis à profusion. Tout est bien entendu cuisiné à l'huile d'olive. Douze petits pains sont disposés sur la table pour représenter les apôtres.

Le repas se termine avec les treize desserts, toujours en référence au Christ et à ses douze disciples.

Ils sont composés :

  • de dattes
  • de nougat
  • de fruits confis
  • d'oreillettes
  • de fruits frais, comme les mandarines, les oranges, les poires et le raisin
  • de pompe à huile qui est d'ailleurs rompue et non coupée comme le pain dans la Cène, pour éviter des malheurs durant l'année à venir.
  • des quatre mendiants, figues séchées, amandes, noix et raisins secs. Ils sont appelés ainsi car ils rappellent par leurs couleurs les robes des quatre ordres mendiants: Augustins, Carmes, Dominicains et Franciscains.

Le calèndo provençal est donc une fête chrétienne mais aussi une grande réunion familiale. La notion de partage est très ancrée tout comme la foi qui se retrouve dans chaque geste et préparation.

Sur le même sujet