Philippe IV le Bel et la fin de l'ordre des Templiers

Le 18 mars 1314 Jacques de Molay, grand maître du Temple, meurt sur le bûcher. C'est la fin de cet ordre puissant évincé par Philippe le Bel, roi de France.
11

L'ordre des Templiers est né au XIIe siècle. Son but est de conserver et d'administrer les territoires acquis en Terre Sainte. Grâce aux nombreuses croisades, il devient une gigantesque organisation tant sur le plan militaire, que sur le plan religieux et financier. Au XIVe siècle le Temple est l'ordre le plus puissant tenant même tête au roi de France.

Philippe le Bel et les Templiers

Face à cette incroyable expansion, Philippe le Bel commence à sentir la peur l'envahir. En effet, l'ordre des Templiers ne reconnait pour maître que Dieu et seul le pape exerce un pouvoir limité sur lui. De ce fait il devient dangereux car indépendant de l'autorité royale ce qui pose problème à Philippe le Bel qui craint une rébellion.

Mais ce n'est pas tout. Le roi de France est jaloux et envieux de leurs richesses qui dépassent de loin les caisses du trésor royale. D'ailleurs il est contraint à plusieurs reprises de leur demander une aide financière.

Philippe le Bel ne voit donc plus cet ordre d'un très bon œil. Poussé par sa haine, son humiliation et son inquiétude, il décide d'y mettre fin en montant un procès avec l'aide de son bras-droit et chancelier, Guillaume de Nogaret. Mais ce que cherche surtout le roi à travers cette manœuvre c'est de faire main basse sur leurs richesses tant la convoitise le ronge.

Le procès

Le 14 septembre 1307, la machine se met en marche. Le roi lance l'ordre formel à tous les baillis, sénéchaux et agents royaux des Provinces, d'arrêter tous les Templiers se trouvant sur leur territoire et de saisir leurs biens au nom du roi.

Mais les Templiers sont aimés du peuple et suscitent l'admiration. Guillaume de Nogaret entre donc en scène et monte une satanique machination: il réussit à les perdre en les diffamant et en créant des jalousies auprès de la population.

L'ultime arrestation

Le 13 octobre 1307 à l'aube, plusieurs milliers de Templiers sont arrêtés en France. Le grand maître Jacques de Molay est lui aussi arrêté avec sa garde personnelle de soixante hommes par Guillaume de Nogaret. Ils sont torturés, manipulés et terrorisés.

Suite à plusieurs témoignages douteux et bancales recueillis auprès d'anciens Templiers et de certains proches, Philippe le Bel obtient du pape Clément V l'abolition de l'ordre au Concile de Vienne entre 1311 et 1312.

Ils sont:

  • déclarés sodomites,
  • considérés hérétiques à cause de leur rite d'initiation (afin de rentrer dans l'ordre les nouveaux doivent cracher sur la croix et adorer une idole),
  • soupçonnés de transactions et d'alliances douteuses.

La fin de l'ordre

Le 18 mars 1314, sur l'île de la Cité, un bûcher est érigé. Deux suppliciés périssent sous les flammes: le grand maître Jacques de Molay et le précepteur de Normandie, Geoffrey de Charnay.

Beaucoup de Templiers renient leur foi sous la torture, d'autres meurent en restant fidèles à leurs préceptes et certains enfin réussissent à s'échapper.

Philippe le Bel a réussi son coup d'une main de maître et a évincé l'ordre le plus puissant de l'époque médiévale. Mais a-t-il complètement disparu?

Sources

Michel Lamy , Les Templiers, ces grands seigneurs aux blancs manteaux, Editions Aubéron, 2008.

Sur le même sujet