Des voitures de collection au musée de l'automobile à Mulhouse

Les plus belles pages de l'histoire de l'automobile sont écrites par des marques prestigieuses: de Dion-Bouton, Hispano-Suiza, Isotta-Fraschini, Maserati.
28

L’aventure automobile a plus de cent ans et les coquettes de l’époque des années folles, Bugatti, Ferrari, Gordini, Rolls Royce, les voitures légendaires s’exposent à Mulhouse en compagnie de De Dion-Bouton, Hispano-Suiza, Isotta-Fraschini et Maserati. Esthétique, haute technicité, prestige et beauté, elles ont tout pour séduire le visiteur et le collectionneur. Voyageons dans le temps!

De Dion-Bouton et son fameux pont Dion

L’étrange duo que constitue le comte A. de Dion et un mécanicien G. Bouton permet d’inventer en 1893 le système révolutionnaire de suspension arrière breveté par la firme: «Le fameux pont Dion.» La célèbre Populaire (1902), au capot en forme de sabot, appelée aussi Alligator , symbolise la démocratisation de l’automobile d’où son nom; elle est commercialisée jusqu’en 1907. À compter de cette date, la marque va construire des moteurs plus puissants avec le premier brevet du V8, une solution avant-gardiste pour l'époque.

Le Double Phaéton (1905), nom emprunté à un personnage de la mythologie grecque connu pour avoir osé conduire le char du Soleil, illustre, paradoxalement, un rêve impossible ou l’art de satisfaire le désir de l’homme, quitte à le conduire à sa perte…Le Type L Vis-à-Vis est équipé d’un dais à franges en guise de toit mais la capote le remplace peu à peu et la limousine Type DH (1912) est équipée de vitres latérales souples qui rendent l’habitacle relativement étanche.

Hispano - Suiza : la marque française de voitures de luxe

Espagnole à l’origine, la firme s’installe en France en 1912: L'Alphonse XIII , ainsi nommée en hommage au roi d’Espagne, participe aux Coupes du journal l’ Auto , et enthousiasme les compétiteurs de l’époque. L'alliance de l’élégance à la puissance, avec la 32 , lui permet de s’imposer pendant douze ans. Sur l’autodrome d’Indianapolis, le 18 avril 1928, elle défie la voiture américaine Stutz sur vingt quatre heures, celle-ci abandonne après 19 heures 21 minutes de course avec plus de mille kilomètres de retard.

La plus belle réussite de Birgkeit, l’ingénieur suisse de la fabrication, est la J12 T 68 à moteur 12 cylindres en V qui équipera, pendant la Première Guerre mondiale les avions de chasse SPD, dont celui de l’Alsacien Guynemer dans l’escadrille des Cigognes, mascotte et emblème des voitures Hispano Suiza. Réputées pour leur silence et la souplesse de leur moteur, elles concurrencent Bugatti, Rolls Royce, Isotta-Fraschini…

Isotta-Fraschini et Maserati la firme au trident

La firme Isotta-Fraschini forme quelques-uns des plus talentueux ingénieurs italiens aux noms qui vont devenir des références: Ferrari, Maserati, Cattaneo… Stefanini crée ses premiers modèles en 1905. Le Typo 8 avec 3,80 mètres d’empattement de son châssis, carrossé en coupé de ville, berline, landaulet ou cabriolet sera fabriqué, presque exclusivement, jusqu’en 1932. Elle fut l’une des voitures préférées de R.Valentino; seules 18 de ces voitures existent encore.

Un bolide alimenté par deux blocs moteurs de 26B qui constitue un 16 cylindres en V, piloté par B. Borzacchini va pulvériser le record mondial des 10 kilomètres à 246,069 km/h, exploit remarquable à l’époque. Maserati sera champion du monde de F1 en 1954 avec la 250F .

Le sport, la course, le tourisme

La vitesse, la compétition, le risque passionnent ces pionniers de l’automobile; la notoriété des pilotes, les circuits, excellents supports publicitaires, nourrissent le mythe. Des premiers circuits Paris-Rouen, Paris-Bordeaux, Paris-Toulouse, Paris-Lyon, les Coupes Gordon Bennett, ancêtres des Grands Prix, couronnent «ces merveilleux fous roulants» dont beaucoup trouvent la mort au volant de leur bolide.

Les courses d’endurance se développent à partir des années 1920: Vingt-Quatre-Heures du Mans, rallye de Monte-Carlo, 500 Miles d’Indianapolis, Targa Florio, Mille Miglia. Le premier championnat du monde de F1, en circuit fermé, a lieu en 1950. Les constructeurs feront bénéficier les voitures de série des enseignements de la course.

Plus de 600 constructeurs à la fin du siècle dernier témoignent de l’inventivité et du génie des hommes pour qui l’automobile n’est jamais trop puissante, trop rapide, trop belle! Qu’en est-il aujourd’hui? Qu’en sera-t-il demain?

Sur le même sujet