user_images/286355_fr_photo020.jpg

LIONEL CANTEGREIL

Publié dans : Les articles Environnement de lionel cantegreil

La Terre est en danger, mais il existe encore un espoir !

Le bilan environnemental préoccupant de la Terre, un constat d'échec pour le moment, présentation des solutions existantes.

L'humanité traverse en ce moment même l'époque la plus terrible de son histoire.De la résolution des problèmes d'environnement dépend la survie de la biodiversité, et par là même la pérennité de l'espèce humaine.Ne nous y trompons pas, l'humanité ne peut vivre dissociée de son environnement !

Lorsque l'on établit un bilan sur les dégradations environnementales, le constat est effarant :

- L'ozone :

nous protège des rayons ultra-violets mortels du soleil. Les scientifiques s'accordent à dire qu'il faudra un siècle pour que le trou se résorbe complètement, à condition bien entendu que le protocole de Kyoto soit respecté sur le long terme !

- La déforestation de l'Amazonie :

Provoquez son péril est une pure folie, lorsque l'on sait qu'à elle seule, elle représente 60% de la surface forestière totale mondiale. Les gens doivent savoir que la plus grande forêt du monde remplit également un rôle écologique important, par exemple la pluie une fois absorbée par le sol amazonien s'évapore, une certaine chaleur se dégage alors dans l'atmosphère. Quand on sait que les tropiques reçoivent les 2/3 des précipitations mondiales, on comprend aisément que proportionnellement la chaleur dégagée est considérable. Les tropiques constituent la première source de redistribution de la chaleur sur Terre. Dans ce processus, il convient de ne pas omettre le rôle capital de l'Amazonie dans la photosynthèse.

Au regard des caractéristiques amazoniennes, les scientifiques sont intimement persuadés que la disparition de l'Amazonie provoquerait un bouleversement écologique mondial se traduisant par un dérèglement climatique sans précédent !Fort heureusement, une prise de conscience a été constatée au sein du gouvernement brésilien, en ce sens, que des opérations de reboisement sont mises en œuvre, mais le déboisement se poursuit inexorablement. Toutes ces tentatives suffiront-elles à sauver "le poumon de la Terre"?

Je tiens à insister sur ce dernier point ayant trait à l'Amazonie, si cette région venait à disparaître, des zones jouissant à l'origine de conditions climatiques clémentes verrait leur climat changeait de manière radicale (basses températures), et nous savons que nos besoins en énergie (chauffage, etc...) fluctue en fonction des conditions climatiques. Au final, une surproduction d'énergie engendrerait une surproduction de déchets industriels et nucléaires ! Ce lien de cause à effet ne doit pas être négligé par les politiciens !les perturbations climatiques

- La fonte des glaces arctiques :

En premier lieu, les glaces ont la propriété de réfléchir une partie de la lumière solaire dans l'espace, or, lorsque ces glaces auront disparu en raison des activités humaines, la réverbération de la lumière solaire cessera de fait, et cette lumière au lieu d'être renvoyée dans l'espace sera absorbée par les océans, ce qui aura pour conséquence d'accentuer la montée en température de l'eau de mer.De cette montée en température, tous les biotopes marins seront affectés, on pense aux fragiles récifs coralliens très sensibles aux variations thermométriques. Les coraux ne supporteront pas un brutal réchauffement des eaux océaniques.Quand on sait que les récifs coralliens rassemblent près de 25 % des espèces marines, on peut comprendre le bouleversement que cela induira, si jamais ils venaient à disparaître.

Une autre conséquence sous-jacente pourrait probablement survenir en relation directe avec la fonte des glaces. Les scientifiques s'accordent à dire que le Gulf Stream qui, soit dit en passant, prend sa source entre la Floride et les Bahamas pour se diluer dans les eaux de l'Atlantique amenant avec lui des eaux chaudes, résulte du mélange fragile eau douce/eau salée. On peut comprendre aisément que la fonte des glaces arctiques chargées en eau douce viendrait compromettre ce fragile équilibre et tout simplement arrêter le Gulf Stream. De l'arrêt du Gulf Stream, les conséquences climatiques seraient désastreuses, l'Europe se retrouverait en somme avec le climat canadien.

Un constat d'échec :

Quand on sait qu'il existe des solutions alternatives aux problèmes des énergies fossiles néfastes à l'environnement, on pense entre autres à l'énergie électrique pour les automobiles, on se demande pour quelle raison les politiciens du monde entier se complaisent à ne rien faire.

La vérité affligeante est que malheureusement les gouvernements ne feront rien de déterminant du moins tant qu'il restera des énergies fossiles à extraire (pétrole), il est patent d'ajouter que, pour des raisons d'intérêts économiques, l'humanité est prête à compromettre son habitat écologique et par la même sa propre survie.Les gouvernements devraient lire attentivement les rapports alarmants des experts se rapportant notamment au réchauffement climatique dû en grande partie aux gaz à effet de serre (CO2).Le réchauffement du climat induit de graves conséquences et des ramifications insoupçonnées pour certaines consciences !

Par une simple augmentation du gaz carbonique dans l'atmosphère, des conséquences directes et indirectes pourraient survenir si l'humanité restait passive, au lieu de ça, les êtres humains préfèrent se perdre en spéculations, l'heure est pourtant à l'action !Au regard de cet état de faits peu reluisant, il existe fort heureusement des solutions de substitutions énergétiques face à ces problèmes environnementaux gravissimes.

Il existe des solutions !

Remplacer sans plus tarder le pétrole par l'électricité éolienne, hydraulique et photovoltaïque, en prévoyant les modalités d'application compte tenu du domaine d'activités traité.

ITER :

Ce projet ambitieux se déroule en France à Cadarache, le principe est de reproduire sur Terre l'activité solaire dans le but de fournir une énergie quasi inépuisable.Le principe est de prime abord simple, il consiste à prélever dans 300 ml d'eau de mer 1 g de deutérium, ce qui permettrait de subvenir aux besoins énergétiques de l'humanité pendant 1 milliards d'années !

Ne nous y trompons pas, les scientifiques ne garantissent point la viabilité du projet, car il s'agit d'une technique au stade expérimental supposée répondre en 2050 à la disparition du pétrole.Même si il s'agit d'un programme s'intégrant dans le cadre du développement durable, je pense intimement que l'on peut trouver d'autres solutions plus respectueuses de l'environnement.

Un espoir subsiste !

S'il est un espoir, l'humanité trouvera son salut dans les énergies renouvelables, mais la prégnance de la situation démontre que les êtres humains semblent beaucoup plus attachés à la concurrence de la mondialisation, au mercantilisme en somme.Hans Jonaz

À propos de l'auteur

user_images/286355_fr_photo020.jpg

LIONEL CANTEGREIL

Ecrivain, rédacteur web, compositeur de musique electropop (sous le nom d'artiste Kunds) ...
  • 8

    Articles
  • 4

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!