10 manières ornithologiques de déclarer votre flamme

Foin des banales déclarations d'amour! Pour la Saint Valentin, misez sur l'originalité. Jouez la carte ornithophile pour déclarer votre flamme!
13 Fév

Vous cherchez une manière originale de déclarer votre flamme à votre dulcinée. Le lexique ornithologique vous offre toute une gamme de possibilités. Selon le gallinacé que vous utiliserez, votre belle pourra décoder vos intentions. De la tendresse un peu mièvre à la brutalité machiste.

1 "Ma dinde, je te désire!"

Erotique et brutale, cette déclaration ne laissera planer aucun doute sur vos intentions. Votre tendance clairement fourrophile peut séduire. Glougloutez comme un dindon en dressant les plumes de votre queue au moment de mener l'assaut!

2."Ma caille, je te désire!"

Vous êtes un adepte de l'onomatopée car, comme chacun sait, la caille doit son nom à son cri. Essayez le chant du coucou au moment fatidique, histoire de tester la culture ornithologique de votre partenaire.

3. "Ma gélinotte, je te désire!"

Vous biaisez! La gélinotte n'est pas le gallinacé le plus universellement connu. Pour s'assurer de la nature du compliment, votre belle pourrait être tentée d'éplucher le Littré avant de succomber.

4. "Ma poulette, je te désire!"

Beaucoup de tendresse enveloppante dans le suffixe diminutif "ette". L'amoureuse devrait roucouler sous cette appellation sentimentale.

5. "Ma grue, je te désire!"

Vous êtes un farouche défenseur de la grue cendrée. Mais attention! le volatile n'a pas bonne presse chez les humains. Il vous faudra donc justifier votre choix auprès de votre dulcinée. Et peut-être essuyer un soufflet retentissant!

6. "Ma pintade, je te désire!"

Les grandes envolées lyriques, ce n'est pas votre style. Grâce à cette appellation domestique, votre amoureuse saura à quoi s'en tenir.

7. "Ma paonne, je te désire!"

Vous voulez passer pour un original : Avec "ma paonne!", l'effet est garanti. Un hic : la prononciation ("pane"). Un truc comme "ma panne sexuelle" pourrait traverser le subconscient de l'objet de votre désir.

8. "Mon outarde, je te désire!"

"Echassier au corps lourd", dit le Robert. Gênant! Si, malgré tout, vous tentez le coup, 2 variantes :"Ma grande outarde!" mais je ne sais pourquoi, je vous le déconseillerais. Ou, plus poétique "mon outarde canepetière!". C'est mieux!

9. "Ma cane, je te désire!"

Polysémique, cette cane désigne dans votre esprit la femelle du canard. Que le terme évoque le festival de Cannes aux yeux de votre belle et cette dernière sera doublement honorée.

10. "Ma perdrix, je te désire!"

Hallali! Hallali! Vous êtes un grand mâle prédateur.Il va falloir assurer.

Sur le même sujet