Foot féminin : Quand les femmes donnent l'exemple

Longtemps moqué, le foot féminin est en passe de réconcilier les amateurs de ce sport perverti par les hommes
17 Juil

Bien sûr on ne range pas aux oubliettes d'un coup de baguette magique tous les préjugés attachés au foot féminin. Et parfois encore les commentateurs sportifs, au lieu de souligner les mérites techniques des filles se laissent aller à des qualificatifs douteux :"La jolie Alex Morgan", souligne le speaker de Direct 8, là où on ne dirait jamais "le beau Zidane". Mais enfin, même l'indécrottable Thierry Roland reconnaît aujourd'hui que le foot féminin, c'est plus "bandant" que le foot masculin. Alors, que font donc les footeuses féminines pour susciter un tel engouement médiatique dans le sport le plus machiste de la planète? Ou plutôt que ne font-elles pas?

1. Elles jouent au foot

L'esprit du jeu semble naturellement porter les footballeuses. Un jeu porté vers l'offensive. Pas de passe en retrait, le souci permanent d'aller de l'avant, de construire. Alors, on peut bien dire que leurs capacités physiques sont moindres. Pas de doute, là dessus. Le problème, c'est qu'à imposer leur potentiel athlétique, les gars en oublient de travailler leur finesse technique.

2. Elles ne rechignent pas à l'effort

Au sein de l'équipe, chacune semble se mettre naturellement à la disposition de sa partenaire. Pas de star ni de starisation. Le foot redevient un sport collectif. Ce qu'on avait un peu oublié à écouter nos commentateurs sportifs qui passent leur temps à nous seriner que Messi est le meilleur joueur du monde (ce qui n'est pas faux).

3. Elles ne simulent pas

On avait fini par croire que les gars souffraient véritablement sur le terrain, que leur intégrité physique était constamment menacée. Ces protestations sincères, ces cris de douleur, ces râles de souffrance réitérés... Eh bien! les féminines doivent être insensibles : Jamais elles ne protestent, jamais elles ne tombent, jamais elles ne se roulent par terre en hurlant.

4. Elles ne contestent pas l'arbitrage

Dans ces conditions, l'arbitre est respecté. On l'oublie, on dirait qu'il fait partie du jeu, qu'il est complice des joueuses. Chez les gars, ne l'oublions pas, l'arbitre c'est l'ennemi public n°1. Ses décisions sont sans cesse contestées. On entend régulièrement les protestations d'innocence puérile des acteurs qui réclament le gain de la touche quand ils savent pertinemment qu'elle revient à l'adversaire :"A nous, à nous", crient-ils en choeur car les footballeurs alignent rarement plus de deux mots consécutifs.

Et chez les gars, la défaite est systématiquement imputée à l'arbitre!

5. Elles prennent du plaisir

A voir les mines tristounettes et déconfites des mâles sur le terrain, on avait oublié que le sport, c'était un jeu et qu'on pouvait même y prendre du plaisir. Qu'avant d'entamer en finale de la Coupe du Monde, une prolongation déterminante, les Japonaises puissent se marrer avec leur entraîneur avait quelque chose d'irréel. Un vrai bonheur!

6. Elles offrent un vrai spectacle

Ce plaisir est contagieux et le téléspectateur le partage volontiers. Un foot sans triche, sans coups bas, sans méchanceté, c'est tellement rare. Messieurs, prenez-en de la graine!

Sur le même sujet