Harcèlement obsessionnel: qu'est-ce que le stalking?

Le stalking est un harcèlement obsessionnel à l'encontre d'un inconnu ou d'un proche: définition, causes et solutions en cas de stalking.
678

Certains cas spectaculaires de "stalking", ou harcèlement obsessionnels, dont des stars ont été victimes comme Mylène Farmer en France ou Jodi Foster aux Etats Unis, ont attiré l'attention du grand public sur un type de harcèlement que la Loi commence à peine à reconnaitre et à punir de peines de prison fermes dans les cas les plus graves. Qu'est-ce que le stalking? Comment s'en sortir?

Définition du stalking, trouble obsessionnel et harcèlement

Si le DSM IV reconnait les symptômes du harcèlement de type érotomaniaque , le stalking reste encore largement méconnu mais les spécialistes du stalking s'accordent sur certains critères:

  • comportement intrusif s'apparentant à du harcèlement
  • menaces implicites ou explicites
  • communications non désirées: appels téléphoniques fréquents, sms, lettres, réseaux sociaux, ou même envoi de cadeaux non sollicités et harcelants.

Typologie du 'stalker": qui est l'acteur du harcèlement obsessionnel?

Le plus souvent, le stalker, quand il s'agit d'un proche comme un ex-conjoint par exemple, souhaite maintenir le contrôle sur sa victime: obsessionnel, on note chez lui (ou elle) des tendances narcissiques, le stalker tente le plus souvent de masquer des sentiments tels que l'humiliation, la honte, la tristesse en dévalorisant et en torturant l'objet d'amour. D'autres cas s'apparentent plutôt au délire érotomaniaque .

Antécédents psychiatriques, troubles de la personnalité de type borderline, violences domestiques, voire antécédents judiciaires sont des facteurs que l'on retrouve fréquemment dans la personnalité du stalker mais pas nécessairement, une rupture peut par exemple déclencher un comportement de ce type chez une personne n'ayant jamais été harcelant auparavant.

En cas de troubles de la personnalité, il est fréquent que les stalkers résistent à tout type de thérapie et que les mesures judiciaires d'interdiction de contact, d'interdictions de présence dans un périmètre de sécurité donné autour de la victime sont souvent ordonnés.

Harcèlement obsessionnel: quels sont les recours?

Du côté de la victime, il est souvent difficile de comprendre que les faits de stalking peuvent être punis par la loi, car bien souvent le harceleur est un ex-conjoint, un proche. "Selon des enquêtes représentatives réalisées ces dernières années en Allemagne et dans quelques pays anglo-saxons, (...) la part des auteurs de sexe masculin excède 80%, les anciens partenaires représentant environ 50% des cas. 80% des victimes sont de sexe féminin. Quelque 40% des personnes concernées subissent des agressions physiques de la part du harceleur. Des actes isolés ou leur combinaison s’étendent le plus souvent sur une longue période – en moyenne, plus de deux ans." (Source: Etude sur le Stalking réalisée en Suisse).

Rappelons que ces faits, lorsqu'ils mettent en danger la victime (menaces physiques, mais aussi menaces psychologiques pouvant générer dépression, stress et dans les pires des cas, tentatives de suicide de la victime) doivent donner lieu à une plainte et peuvent entraîner des poursuites judiciaires. En Italie , les faits de stalking commis par un ex-conjoint, par exemple, peuvent donner lieu à une peine d'emprisonnement ferme allant jusqu'à 6 ans. Collectez les preuves (mails, sms, photos datées des "traques" effectuées devant le domicile, enregistrement des coups de téléphone...) car le stalker pense souvent à tort ne pas laisser de traces.

Mais comme le rappelle Slate , la législation française est à la traîne dans ce domaine et le stalking n'est pas encore reconnu en tant que tel alors que le harcèlement moral au travail ou le harcèlement sexuel le sont, par exemple. Sans doute une question de temps puisque l'avènement des réseaux sociaux et des moyens de communication électroniques facilitent grandement la tâche du stalker qui pense ne pas laisser de traces... A tort, puisque la Pologne vient par exemple de légiférer en en sanctionnant les internautes faisant du stalking par le biais de faux profils sur les réseaux sociaux notamment.

Les sources et les chiffres des différentes études évoquées ici sont à consulter (en anglais) ici .

Sur le même sujet