Leila Hatami nous parle de sa "Séparation"

Un an après l'Ours d'argent à Berlin pour "A propos d'Elly", Asghar Farhadi a récidivé en remportant cette fois l'Ours d'Or ! Rencontre avec son héroïne.

Interview Leila Hatami (Simin)

Le film évoque à la fois la séparation d'un couple, la place des femmes en Iran, la lutte des classes. Comment avez-vous abordé ces multiples orientations ?

C’était très bien écrit donc facile d’interpréter le rôle, mais j’ai tout de même eu quelques interrogations à ce sujet. J’ai demandé à Afghar, le réalisateur, comment il envisageait d’aborder tous ces sujets à la fois. Le résultat est épatant. Ça devient délicat quand les sujets s’entremêlent. Ils avaient tous en commun la cour, la justice...etc. Je craignais que l’histoire parte dans tous les sens, mais quand j’ai vu le résultat après le montage, c’était parfait ! Pour un acteur, ce n’est pas difficile. Tant que ton rôle est bien écrit, tu te contentes de l’interpréter. Tu ne portes pas le poids du reste du film. Tu es responsable pour ton rôle et c’est tout.

Le réalisateur déclare qu’il attache beaucoup d’importance aux répétitions, vous aviez tout de même un peu de marge pour improviser ?

Oui, on en avait beaucoup. Justement, les répétitions étaient bien pour ça. On avait beaucoup de séances de répétition dans lesquelles on faisait des études du temps réel, ça nous a permit d’ajouter des choses qui n’étaient pas prévues au scénario, comme lorsque j’envoie la lettre soi-disant de l’étranger. On pouvait imaginer beaucoup de choses mais en même temps il était très précis sur les gestes. Il nous filmait en répétition, regardait les vidéos puis le lendemain il corrigeait le moindre détail, la position des mains, la direction des regards…etc. Rien n’échappait à ses yeux !

Votre personnage est un peu en retrait au début du film puis s’impose petit à petit.

Je savais que le réalisateur faisait très attention à ça, donc j’étais tranquille. C’était déjà prégnant dans le scénario, donc tout ce que j’avais à faire, c’était suivre le texte.

Le réalisateur a-t-il immédiatement pensé à vous pour le rôle de Simin ou avez-vous auditionné pour les deux personnages féminins ?

En fait quandAsghara téléphoné, il m’a parlé des deux rôles mais ne savait pas encore lequel m’attribuer. Comme c’était la deuxième fois qu’il me proposait un film après "A propos d’Elly", où ça n’avait pas pu se faire, je voulais travailler avec lui pour effacer cette expérience qui n'a pas marché, quel que soit le rôle. Je savais que je pouvais lui faire confiance ! C'était intéressant pour moi parce que c'était la première fois que je jouais une femme déterminée. Normalement je joue des personnages très innocents, vulnérables. Comme il est intelligent, Asghar a perçu ce caractère fort en moi. C'est la première fois que je suis froide, que j'ai cette distance avec le public.

Propos recueillis par Marion Batellier (Paris, mai 2011)

Sur le même sujet