user_images/232006_fr_mycowboy.jpg

MARTIN CROSS

Publié dans : Les articles Histoire de Martin Cross

Qui est le père de notre société technologique ?

Qui a rendu possible notre société technologique? Bill Gates ? Non ! Steve Jobs ? Pas du tout ! C'est Jack Kilby, l'inventeur du circuit intégré !

En général, dans la vraie vie, ce n'est pas ceux qui braient le plus fort qui contribuent le plus, mais les génies modestes qui s'attaquent aux problèmes les plus difficiles, les résolvent et ne voient aucune raison de vouloir une fanfare pour le résultat de leur travail de quelques jours. Souvent, leur contribution est oubliée par ceux qui se soutiennent par-dessus leurs épaules et qui tirent profit de leurs inventions.

Un génie presque inconnu

A la mort de Steve Jobs, le fondateur d'Apple Inc., tout le monde voulait lui donner un éloge funèbre, une génération a pleuré. Lorsque Jack Kilby est mort en 2005, sa mort était presque inaperçu et pourtant son invention du circuit intégré pour les produits électroniques d’exploitation grand public a révolutionné notre société et a touché presque tous les aspects de notre vie moderne. Steve Jobs, Bill Gates et tout l'industrie de l'électronique se sont soutenus sur les épaules de Jack Kilby pour le développement de tous les gadgets indispensables du monde moderne.

Sans le circuit intégré, qui deviendrait la puce électronique, nous n’aurions pas marché sur la lune et il n’existerait aucune téléphone portable, aucune communication par satellite, aucun PC, aucun lecteur de DVD, aucune arme intelligente ni aucun four à micro-ondes: les écoliers et les ingénieurs utiliseraient toujours pour la mathématique des tableaux et des règles à calcul (vous vous y rappelez ?) et non des calculatrices. Sans son travail, notre société Tour de Babel actuelle n'aurait pas pu exister.

Jack Kilby, cependant, était un homme modeste. Même vers la fin de sa vie, quand, enfin, en 2000, il a reçu le prix Nobel de physique pour l'invention du circuit intégré, il a été gêné du toute la fanfare, insistant sur le fait qu'il n’était qu’un simple ingénieur qui réalise des conceptions et les mets en opération, et non quelque grand esprit scientifique, et ce en dépit des plus de 60 brevets sous son nom, y compris l'invention de la calculatrice de poche et l'imprimante thermique.

Il est temps de rétablir la vérité. Jack Kilby a mérité son prix Nobel et mérite une plus grande reconnaissance, voire la plus haute distinction, dans le panthéon du monde. Dans une quinzaine de travaux, il a créé une invention qui, pour le meilleur ou pour le pire, a changé le monde, fondamentalement et pour toujours. Pour ceux d'entre nous qui sont assez vieux pour sen souvenir, le monde avant Jack Kilby était très différent.

Le monde avant Jack Kilby

Avant que les puces électroniques aient infesté partout, tout autour de nous, même dans nous, on chauffait les plateaux télé dans le four, la pression du pied du conducteur sur l’accélérateur contrôlait la consommation de carburant d'une voiture, des valves regulaient l’opération de la télévision et de la radio valves et les ordinateurs étaient comme des dinosaures, très grands et avec de petits cerveaux.

Un ordinateur a nécessité une chambre dédiée à soi, avec climatisation et filtration de l’air: pas tout à fait une chambre propre mais néanmoins avec un sas. Les informations ont été introduites par moyen de cartes perforées sur des machines par des armées de dactylos et pour les stocker, on les transféraient à des magnétophones plus grands que les écrans informatique d’aujourd’hui et à des disques de la taille de pneus de voiture.

Les unités d'exploitation, chacun de la taille d'un placard, étaient très sensibles aux fluctuations de l'électricité statique:, peigner les cheveux à côté d'une unité d'exploitation était un crime capital ! Toutefois, malgré leur taille, ces ordinateurs étaient très limités. La construction d’un ordinateur aussi puissant qu’un ordinateur portable de nos jours aurait été une tâche quasi impossible. Pourquoi? En raison de la « tyrannie des nombres ».

La tyrannie des nombres

La plus grande la puissance de calcul que vous demandiez, le plus grand serait le nombre de composants nécessaires. Ces composants étaient des tubes à vide, des commutateurs, des relais, des condensateurs, des transistors et ils devaient tous être reliés entre eux ... par des fils de cuivre. Des kilomètres de câbles étaient nécessaires. Le passage du courant dans les fils générait la chaleur. La récupération des données et le calcul étaient des processus lents, même à la vitesse de la lumière, en raison des longueurs des câbles qu’il fallait parcourir pour chaque interconnexion.

Ce n'était pas par manque d'imagination. L'âge d'or de la science-fiction était plein d'ordinateurs parlants, d’ordinateurs qui pourraient calculer Pi (π) à cinq millions de décimales en un clin d'œil. Isaac Azimov a écrit de robots dotés d'intelligence artificielle à la cervelle positronique. Arthur C Clark a conçu HAL dans le film 2001. Des informaticiens pouvaient concevoir les ordinateurs qu'ils voulaient. Ils pouvaient même les dessiner. Cependant, tout simplement, ils ne pouvaient pas les construire. Le câblage seul épuiserait l'approvisionnement mondial de cuivre. La résolution de ce problème était un saint graal de l'industrie informatique. Voici le monde informatique de 1958 dans lequel Jack Kilby a fait son entrée.

O solo moi !

Ayant récemment été transféré au siège de Texas Instruments à Dallas, Jack Kilby n'avait pas accumulé assez de temps de vacances pour avoir le droit de prendre son congé annuel l'été en 1958. Tous ses collègues dans son département étaient partis pour leurs vacances et il avait deux semaines de solitude dans le bureau pour travailler sur les projets en cours. Sans perdre de temps sur les petites collines alors qu’il y avait l'Everest à gravir, il a abordé le problème le plus épineux, le casse-tête de l’époque.

En profitant du manque de distractions pour chercher une solution crétive et originale, il a touché au cœur du problème : le câblage de cuivre n'était pas seulement les liens entre tous les composants mais c'était ce qui dicte la taille des composants et du système lui-même. Que faire si l’on pouvait éliminer le câblage ? Si tous les composants pouvaient être rassemblés sur un seul fragment de matériau - un semi-conducteur? Jack Kilby avait conçu la première « circuit intégré » dans le monde.

Ce que Jack Kilby pouvait concevoir, il pouvait construire. Le 12 Septembre 1958, il a présenté ses conclusions à la direction de Texas Instrument, avec un modèle de son circuit intégré en plein état de marche: un circuit complet dans un fragment de germanium. Lorsqu’il a relié ce fragment à un oscilloscope et l’a mis en marche, cela a produit une onde sinusoïdale sur l'écran de l'oscilloscope, le signe d'un circuit opérationnel, un circuit intégré qui n’a nécessité aucun fil entre ses composants. Jack Kilby avait renversé La tyrannie des nombres et on pouvait aborder la tâche de réduire la taille des composants eux-mêmes: la miniaturisation pour produire la grande capacité dans le petit espace dont nous jouissons aujourd'hui.

Un brevet pour "circuits électroniques miniaturisés" a été déposé le 6 février 1959 et le reste appartient à l'histoire.

Une idée en temps et en heure

Presque simultanément, l'équipe de Robert Noyce chez Fairchild Semiconductor, travaillant indépendamment, a aussi conçu un circuit intégré, pour lequel il a été déposé un brevet quelques mois après celui de Jack Kilby et Texas Instruments. Le circuit intégré de Fairchild s’est utilisé dans l'industrie de la défense alors que le circuit intégré de Jack Kilby était employé dans des produits électroniques pour le grand public, dans les calculatrices de poche et, en fin de compte, dans tous les appareils high-tech avec lesquelles nous nous entourons. Plus tard, Robert Noyce a fondé la société Intel. Quarante ans après, Jack Kilby a reçu le prix Nobel pour la Physique en 2000 pour son invention.

Tous les deux, Kilby et Noyce, sont crédités d'être co-fondateurs du circuit intégré mais on doit donner le plus grand crédit au Jack Kilby. Il a nécessité un effort prolongé par une équipe d'ingénieurs pour développer le circuit intégré de Fairchild : le génie de Jack Kilby était qu'il a pu le faire tout seul, qu'il a pu résoudre le problème de l'époque et produire un prototype fonctionnel dans moins de deux semaines de créativité ininterrompue.

À propos de l'auteur

user_images/232006_fr_mycowboy.jpg

MARTIN CROSS

Je suis traducteur professionnel et rédacteur, contribuant à l'édition de
  • 19

    Articles
  • 6

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!