Quel rapport entre le chien et la canicule ?

Astronomie, religion et superstitions, l'image négative qui pèse sur le chien a été véhiculée jusque dans les expressions et les mots comme la canicule.
2K

Lorsque les grosses chaleurs nous poussent vers l'ombre bienfaisante des frondaisons et nous coiffent de chapeaux aux larges rebords, nous n'avons plus qu'un seul mot à la bouche : canicule. "Quelle canicule!" soupirent les uns. "Quelle chaleur caniculaire!" s'exclament les autres. Mais si vos souvenirs brumeux de latin vous laissent entrevoir un rapprochement avec le mot canis qui a donné "chien", savez-vous pourquoi l'on dédie à notre fidèle compagnon ces températures infernales ?

La canicule tire son nom de la constellation du Grand Chien

Plus exactement, l'origine étymologique pointe l'étoile Sirius de sa griffe. L'étoile Sirius dont le nom latin est Canicula , lui-même issu de canis (chien), signifie la petite chienne et brille telle une médaille au cou de la constellation du Grand Chien .

Elle est après le Soleil l'étoile qui brille le plus dans le ciel et depuis le Moyen-Age, elle se lève et se couche avec lui du 24 juillet au 24 août. Considérée de fait comme l'étoile de la chaleur- les peuples de l'Antiquité la voyaient poindre au mois de juillet- on lui prête alors des pouvoirs surnaturels et des influences redoutables sur les hommes, les animaux et la terre.

Les Romains sacrifiaient les chiennes rousses pour apaiser Canicule

Si en Egypte, l'astre brûlant de tous ses feux servait de repère temporel (notamment en fixant le calendrier annuel), chez les Romains, on appréhendait cette période de fortes chaleurs que le flamboiement de Canicule annonçait.

L'étoile, outre sa responsabilité dans l'augmentation des températures, se retrouvait incriminée de tous les maux qui frappaient le peuple romain. Pline l'Ancien dans son livre II de l'Histoire naturelle relate d'ailleurs les nombreux chefs d'accusation qu'on reproche à la belle illuminée:

« Quant à la Canicule, qui ignore que, se levant, elle allume l'ardeur du soleil ? Les effets de cet astre sont les plus puissants sur la terre : les mers bouillonnent (XVIII, 68) à son lever, les vins fermentent dans les celliers, les eaux stagnantes s'agitent. [...]Les chiens aussi sont plus exposés à la rage (VIII, 61) durant tout cet intervalle de temps ; cela n'est pas douteux. »

Au plus chaud de cette superstition, il est donc de coutume de jeter au bûcher des chiennes au pelage roux. Ces offrandes aux couleurs de braise ne parviendront évidemment pas à calmer les ardeurs de l'assoiffée Canicule.

La maltraitance du chien jusque dans les expressions

Il est intéressant de constater qu'une météo maussade et pluvieuse est tout aussi bien qualifiée de "temps de chien" tandis que la chaleur caniculaire puise ses origines linguistiques dans la constellation du Grand Chien et l'étoile ardente de Sirius.

Encore une fois, l'animal réputé comme le meilleur ami de l'homme a bon dos. Bouc émissaire des maux humains, on associe au chien nombre de connotations négatives. Sale, méchant, on le maltraite jusque dans les expressions méprisantes qui sont pléthore.

  • se faire traiter comme un chien
  • une humeur de chien
  • malade comme un chien
  • arriver comme un chien dans un jeu de quilles (inopportunément)
  • se regarder en chiens de faïence (avec hostilité)
  • une vie de chien
  • un caractère de chien (etc)

La diabolisation du chien dans la religion

C'est à la religion que notre compagnon aux abois doit cette excommunication. Le Coran comme la Bible donnent une image foncièrement négative de lui.

Des passages des récits de Mahomet le citent notamment comme un animal impur qu'il faut garder hors de chez soi pour ne pas perdre le salaire de ses bonnes actions. Il est aussi connu que les Musulmans ne doivent pas être en contact avec un chien au moment des prières et des ablutions.

De même, dans l'Evangile selon Matthieu, Jésus dit : "Ne donnez pas les choses saintes aux chiens" (Matth. 7.6) et "Il n'est pas juste de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens" (Matth. 15.26). C'est aussi dans le Nouveau Testament de la Bible que l'on lit l'expression "chien" pour désigner tout païen. Une expression usitée dès le Ier siècle en Palestine et qui s'emploie encore à l'heure actuelle.

Mais que ce soit par canicule ou temps de chien, songez toujours qu'il y a des temps à ne pas mettre un chien dehors quoiqu'en disent superstitions et textes sacrés.

Sources

astrosurf.fr

Wikipedia.fr

Expressio.fr

sami-aldeeb.com

chretiensenreseau.com

Sur le même sujet