Twitter et les politiques français

Après les blogs et les profils Facebook, de plus en plus d'hommes et de femmes politiques se tournent vers Twitter pour communiquer - et étaler leur vie.

Twitter, le site de micro-blogging où l'on peut s'exprimer en 140 caractères, semble devenir le nouvel outil de communication incontournable des journalistes et des politiques. Alors que la campagne pour les présidentielles de 2012 s'annonce plus médiatique et interactive que jamais, beaucoup ont les yeux rivés sur ce média apparu en 2006.

Qui tweete?

Partout dans le monde, de nombreux politiques utilisent Twitter. Parmi eux on retrouve Dmitri Medvedev, Sarah Palin ou encore Barack Obama. Le président américain a d'ailleurs joué un rôle important en faisant de Twitter un média central de sa campagne en 2008. En France, c'est avant tout l'affaire DSK qui a suscité l'intérêt des journalistes et politiques pour ce réseau social.

Parmi nos élus français, environ 200 d'entre eux sont des twittos (utilisateurs de Twitter). Plus de la moitié des membres du gouvernement y sont d'ailleurs présents, comme François Fillon, Alain Juppé ou encore Nadine Morano. Mais tous ne jouent pas le jeu et certains restent inactifs (ou peu actifs) sur le réseau.

Selon le classement des politiques français les plus actifs sur Twitter du site twitteradar.com, le compte de Nathalie Kosciusko-Morizet arrive en tête avec 98 970 followers (personnes suivant les messages envoyés). Elle devance François Hollande, Benoît Hamon, Laurent Wauquiez, Cécile Duflot ou encore Martine Aubry.

Tous les bords politiques sont représentés (François Bayrou, Dominique de Villepin, Jean-Marc Ayrault, Corinne Lepage etc.) et la plupart des partis politiques disposent de leur propre compte : Europe Ecologie-Les Verts, l'UMP, le PS et le FN y sont régulièrement actifs.

Quels sont pour eux les atouts de Twitter?

Les avantages de Twitter pour les politiques sont multiples :

  • augmenter la visibilité des politiques dans les médias, même pour les politiques moins connus ou exposés aux médias traditionnels (télévision, radio, presse écrite)
  • interagir directement avec les followers et jouer la carte de la proximité
  • bénéficier d'un média reposant avant tout sur la rapidité et la synthétisation de l'information
  • fournir un complément d'informations
  • permettre un débat continu
  • prendre la température auprès de l'opinion publique ou de groupes ciblés
  • sensibiliser, rassembler et mobiliser

Comment tweetent nos hommes politiques?

Si certains communiquent directement avec leurs followers comme François Bayrou, d'autres laissent le soin à leur service communication de soigner leur image. C'est par exemple le cas du compte de François Hollande géré non pas par le candidat à la présidentielle lui-même mais par Ariane Vincent ("Pour une parfaite transparence, c'est moi @variane qui twitte pour @fhollande").

Tous ne consacrent pas uniquement leurs messages à la politique. Si les tweets (gazouillis) font la plupart du temps l'objet de stratégies de campagne ("La crise sanitaire s'amplifie et frappe surtout les plus précaires. Pr la combattre nous devons mettre un terme à la République des lobbies", Eva Joly) ou racontent les activités politiques des élus (lien vers les agendas, information sur les déplacements ou propositions), certains aiment également raconter leur quotidien.

Benoît Hamon partage ainsi ses recettes de cuisine ("Ma fille adoooore mon guacamole : 3 avocats, 1 cuillère à café de purée de piment, 4 échalotes, 1 tomate, coriandre, 1/2 citron"), Cécile Duflot commente ses voyages dans les transports en commun ("Radio ligne D dit 'tout va bien sur l'ensemble de nos lignes'... Bon j'vais même pas te rater #monamileTGV") et Nadine Morano raconte son réveillon avec pas moins de 200 tweets ("Quand j'étais petite à Noël il y avait toujours des films sur la nativité à la télé je regrette qu'il n'y en ait plus")!

Sont-ils devenus accros?

Certains usent et abusent de Twitter. On se souvient par exemple du député UMP Lionel Tardy qui, pendant une a udition de Raymond Domenech à huis clos à l'Assemblée Nationale a communiqué en temps réel le déroulement des discussions : jusqu'où peuvent donc aller nos élus pour faire le buzz? Sont-ils devenus accros à Twitter?

C'est probablement le cas du ministre Eric Besson qui s'est offert pendant les fêtes de fin d'année une semaine sans Twitter. Selon le JDD, Nicolas Sarkozy lui-même lui reprocherait de passer trop de temps sur le réseau social. L'incident engendré par un message du ministre en octobre dernier ("Quand je rentre je me couche. Trop épuisé. Avec toi?") avait d'ailleurs fait jaser.

Twitter devrait donc continuer à séduire les politiques et les usagers à la recherche de plus d'interactivité. A condition d'en maîtriser tous les aspects, à commencer par les risques.

Sur le même sujet