Sous l'Arc de Triomphe, le soldat inconnu de la Grande Guerre

Au pied de l'Arc de Triomphe, la tombe du soldat inconnu est glorifiée par la flamme éternelle en hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale.
76

Chaque année, le 11 novembre, l'Arc de Triomphe de Paris accueille une foule venue nombreuse se recueillir sur la tombe du soldat inconnu qu'il couve. Ce soldat inconnu, ce fils ou ce mari disparu, ce père regretté, tombé pour la patrie, est aujourd'hui un aïeul presque centenaire, le symbole du sacrifice et du patriotisme français, d'une guerre à jamais gravée dans les mémoires et sur la pierre. La Première Guerre mondiale.

"Nous n'avons pu ramener votre corps et depuis vous devez rôder dans l'ombre..." ( Bleu horizon , Roland Dorgelès)

Le 11 novembre 1920, le soldat inconnu est escorté jusqu'à l'Arc de Triomphe, à Paris

Il était initialement prévu que le soldat inconnu serait inhumé au Panthéon, coutumier des hommages. Mais quelques jours avant la cérémonie, la droite nationaliste mène une campagne pour le choix de l'Arc de Triomphe: elle s'insurge contre l'idée d'enterrer le soldat anonyme aux côtés de Zola ou Voltaire. L'Arc de Triomphe est finalement retenu et, le 11 novembre 1920, le cercueil du soldat inconnu est transporté en haut du monument, sous l'œil vitreux d'une foule en deuil. En effet, la précipitation est telle qu'une tombe n'a pu être creusée. Une nouvelle cérémonie est donc programmée le 21 janvier 1921, puis une autre, le 11 novembre 1923, durant laquelle, pour la première fois, la flamme éternelle est allumée.

Le caporal Auguste Thin, 21 ans, désigné pour "choisir" le soldat inconnu

C’est à Verdun, ville symbole de la résistance nationale, que s’est déroulé la désignation du corps inconnu. Nous sommes le 10 novembre 1920, deux ans que la Grande Guerre est terminée. Ce jour-là, dans la crypte de la citadelle, on a rassemblé huit corps non identifiés et exhumés des principaux champs de bataille. André Maginot, ministre des Pensions, s’avance vers un des jeunes soldats qui assure la garde d’honneur, le caporal Auguste Thin (1899-1982), engagé volontaire. Il lui tend un bouquet d’œillets blanc et rouge, et lui explique la lourde tâche à accomplir. Un temps plus tard, après avoir longé les huit cercueils, le jeune soldat dépose le bouquet sur le sixième.

Il expliquera plus tard son choix: "Il me vint une pensée simple. J’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise: ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai."

La flamme éternelle sur la tombe du soldat inconnu, sous l’Arc de Triomphe

Le 11 novembre 1923, sur un air de Chopin – la Marche Funèbre , est allumée pour la première fois la flamme éternelle, qui doit brûler jour et nuit en mémoire du soldat inconnu. À l’origine, un groupe d’anciens combattants conduit par Jacques Péricard et Maurice Brunet. Ensemble, ils se lancent le défi de se constituer en petits groupes et raviver quotidiennement la flamme au crépuscule, pour leurs camarades tombés pendant la guerre. Aujourd’hui encore, elle est ravivée tous les soirs à 18h30 par des représentants d’Associations selon un planning établi par le Comité de la flamme .

"Oui, ce sont peut-être les morts sans sépulture qui viennent se chauffer la nuit à ce feu de bivouac" ( Bleu horizon , Roland Dorgelès)

Un "feu de bivouac" qui fut à de nombreuses reprises victime d'irrévérences. En 1997, un Australien essaie de s'y faire cuire des œufs au plat. En 1998, lors de la Coupe du Monde de football, un supporter mexicain éméché est arrêté par la police pour avoir éteint la flamme en urinant dessus.

Et dans d'autres pays, un soldat inconnu de la Première Guerre mondiale

À la suite de cette inhumation d'un soldat inconnu en France et en Angleterre, à l'abbaye de Westminster à Londres, d'autres pays ont décidé de suivre l'exemple. Au pied de la Colonne du Congrès, en Belgique, au monument à Victor-Emmanuel II, en Italie, au monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa... ils sont une cinquantaine aujourd'hui à avoir leur soldat inconnu. Pour ne jamais oublier.

À lire aussi, l'article de Colette Weinstein : Sous l'arc de triomphe de l'Etoile : le tombeau de l'inconnu

Sur le même sujet