Le Viager de Pierre Tchernia

C'est en 1972 que sort ce premier film de Pierre Tchernia qui connaît un vif succès grâce à plus de deux millions de spectateurs.
27

Le casting du Viager est impressionnant : Michel Serrault et Michel Galabru en tête d'affiche, en plus d'apparitions d'acteurs célèbres comme Claude Brasseur, Gérard Depardieu, Paul Préboist ou Jean Carmet.

Pour réaliser Le Viager , Pierre Tchernia s'est inspiré d'une nouvelle de Guy de Maupassant intitulée Le petit fut . L'humour corrosif et noir de ce film a beaucoup fait rire le public alors venu nombreux assister à la première d'un homme de télévision bien connu.

Le résumé du film Le Viager

Louis Martinet (Michel Serrault), célibataire esseulé de 59 ans, vient rendre visite au médecin Léon Galipeau (Michel Galabru), à qui il confie l'idée de partir en retraite dans sa maison de Saint-Tropez, petit village de pêcheurs varois. Galipeau, ne donnant que deux ans à vivre à son patient, persuade son frère Émile de prendre la maison de Martinet en viager : Émile Galipeau devra donc donner une rente à Martinet jusqu'à ce que ce dernier meurt, à la suite de quoi Galipeau deviendra propriétaire de la maison de campagne de Saint-Tropez. Certains de leur bonne affaire, les deux frères indexent même leur viager sur le cours de l'aluminium, alors en hausse constante.

Mais ce n'est sans compter sur le bon air varois qui va favoriser la longévité de Martinet et faire languir la famille Galipeau. Ces derniers ne souhaitent plus qu'une seule chose : la mort de Martinet. Ils feront alors tout pour nuire à la santé du vieillard. Mais leurs combines se retourneront contre eux et les Galipeau mourront les uns après les autres, dans des situations toutes plus cocasses les unes que les autres.

Galabru et Serrault, un duo qui fonctionne

La dualité des personnages principaux favorise les situations comiques. D'un côté, le bourgeois engoncé dans son costume, vil et hypocrite ; de l'autre, le vieil ouvrier naïf et fidèle. En 40 ans, l'innocent Martinet deviendra l'homme le plus apprécié de Saint-Tropez, un fervent résistant décoré grâce aux bons soins des Galipeau, et un centenaire respecté de tous.

Pierre Tchernia a aussi réussi à insérer des scènes comiques originales comme celle de l'explication d'une rente viagère, celle du journal télévisé retransmis ou encore la numérotation des kikis successifs.

Quelques scènes du Viager

L'une des scènes du film est la plaidoirie de Maître Vierzon (Jean Carmet), à la défense de Noël Galipeau (Claude Brasseur) : ivre et sans aucun talent d'orateur, Carmet nous offre un discours magistral dont la nullité est à la hauteur du dépit de Brasseur.

Une autre scène du Viager nous fait vivre les Noëls successifs de la famille Galipeau, avec le fameux boudin blanc devenu culte, et accompagné du "Faites-moi confiance" d'un Galabru palabrant sur la banalité de la montée du nazisme en Allemagne.

Enfin, Gotlib nous offre la scène où Galabru explique le système du viager à Serrault à travers des images pour enfants. L'originalité de cette scène fait du Viager un film à part et aujourd'hui devenu culte.

Sur le même sujet