Le casse-tête de l'indépendance énergétique

L'heure est aux interrogations concernant notre avenir énergétique. Le pétrole et le nucléaire font l'actualité quotidienne, feront-ils long feu ?
11

La mondialisation a graduellement marqué de son empreinte indubitable tous les secteurs d’activité. Les nations ne disposent plus d’exubérantes marges de manœuvre et se trouvent confrontées aux évolutions incessantes des logiques économiques, à l’inconstance des préoccupations des peuples, à l’instabilité politique et à l’affaiblissement des ressources naturelles mondiales.

Elle est particulièrement installée au cœur du secteur stratégique prééminent qu’est l’énergie, principalement pour les filières pétrolière et gazière, mais également pour les énergies renouvelables comme l’éolien et le photovoltaïque et naturellement pour le nucléaire.

Dans ce cadre, définir un projet de mix énergétique intelligent, alliant prévoyance et durabilité, satisfaisant l’économie et la population, est un exercice extrêmement délicat nécessitant une approche quasi-divinatoire.

Les choix énergétiques en toute démocratie

L’Etat français, tout comme la majorité des autres gouvernements, va devoir s’y prêter à nouveau, son mix en énergie primaire étant trop dissonant, tant pour contenter l’opinion publique que pour respecter ses engagements internationaux. Seulement 5% d’énergies renouvelables, contre 53% d’énergies fossiles (pétrole et gaz) et 42% d’énergie nucléaire (78% de la production d’électricité), ne sauraient en aucun cas convenir à un avenir prospère et salutaire (source INSEE ). Aussi, une foule de questions devront être abordées avec justesse et diplomatie, ce qui n’a jamais été l’apanage des responsables politiques français, lesquels ont prédisposition à n’entendre que la voix technocratique, utile certes, mais terriblement faillible. L’exemple récent du déroulé du moratoire sur le photovoltaïque démontre que les consultations publiques, quand bien même animées par des inspecteurs généraux bien intentionnés, restent des simulacres dérisoires et inféconds justifiés par la seule bienséance de façade à l’égard des professionnels.

L'avenir de l'énergie nucléaire

Naturellement, actualité oblige, le nucléaire sera au cœur des premiers questionnements. Convient-il ou non de renouveler le parc existant est un sujet justifiant un débat sérieux que la prochaine campagne présidentielle pourrait bien exiger et, si la réponse apportée devait être affirmative, il faudrait ensuite déterminer de quelle manière et en combien de temps réaliser sa mise à niveau en s’entourant de toutes les garanties appropriées. Enfin, l’épineux problème du traitement et du stockage des déchets radioactifs devra également être traité avec clarté et intégrité.

La fin de l'ère pétrolière

Les approvisionnements pétroliers et gaziers, avec leur cortège de difficultés croissantes accélérant la sortie contrainte de l’ère d’utilisation des énergies fossiles, devront faire l’objet d’analyses prospectives sérieuses pour mettre en place les outils d’équilibre entre la recherche appliquée et les économies d’énergie. Le transport pourrait bien devenir le cauchemar des prochaines décennies, la conversion des parcs n’étant pas même entamée. Fort heureusement, le résidentiel a bénéficié de beaucoup plus d’attentions et les réglementations techniques du bâtiment sont, dans leur principe, l’exemple à suivre pour le secteur industriel.

Le solaire photovoltaïque importune, les requins rôdent...

Les questions exploseront en pyrotechnie autour des énergies renouvelables. L’éolien, qui à l’instar du nucléaire ne fait pas l’unanimité, le solaire thermique et photovoltaïque comme la géothermie restent des filières extrêmement marginales, malgré des soubresauts de bonne volonté affichée suivis de revirements inexplicables justifiés par de fallacieux arguments.

Les interrogations autour du mix énergétique foisonneront, touchant tant la diversification que l’implication singulière des lobbys et des groupes énergétiques dans la prise de décision. Une saga édifiante que les prochains articles tenteront d’expliquer point par point, question par question.

Sur le même sujet