Spot sur le Jeune Magazine Tunisien d'Abbès Dziri

Créer sa propre tribune d'expression médiatique : une implication citoyenne dans la Tunisie libérée du bâillon de la censure ? Les spotteurs répondent...

Il est jeune le boss, le Spot-Mag davantage : il n’a que 2 mois.

Quel avenir pour les Magazines dont l’audience est tolérante, ouverte, dynamique ? Du moins la solution semble tenir dans cette communication permanente : public-rédacteurs-lecteurs.

Avis aux Spotteurs

Ils ont un nom, les lecteurs de Spot-mag : ce sont les SPOTTEURS …

Mais ils sont en même temps témoins, sources, énoncent leurs préoccupations et suggèrent des thèmes. Abbès Dziri restitue ainsi cette façon active de fonctionner :

« Les informations proviennent pour la plupart d’étudiants passionnés qui les collectent. Chacun d’eux couvre une rubrique en particulier. J’ai utilisé mes contacts. Et la majeure partie des chroniqueurs et des rédacteurs font partie de mon entourage. »

La page des fans - Spot-mag aussi sur le Web- est audio-visuelle. Alimentée intelligemment en spots civiques, en spots d’interviews filmées qui paraîtront dans leur intégralité sur la revue imprimée. Agrémentée des citations de célébrités de la philosophie, de la politique, des Sciences, du sport, de l’Art classique ou contemporain, sans frontière de langue ni de culture, elle diffuse des extraits de documentaires ou les liens qui les y conduisent. L’atmosphère y est festive et ponctuée de tubes musicaux.

« J’ai vécu la révolution de loin -j’étais étudiant à Montréal- et je ne pouvais y être impliqué que par la circulation des vidéos sur facebook. Le projet du mag (magazine) m’a complètement libéré. J’ai pu donner une autre dimension à mon engagement en portant la voix et en offrant la voie aux Jeunes »

Liberté ancrée ou tolérée ?

En quelques mois, le ministère de l’intérieur tunisien délivre 51 récépissés pour de nouveaux journaux et revues et exclut 41 demandes. Ce chiffre qui semble concrétiser une certaine disparition de la censure, correspond approximativement à la fondation récente et l’enregistrement de 63 partis politiques et 66 refus.

Est-ce l’ère de la liberté d’expression qui commence depuis le 14 janvier 2011 ? En fait, parmi les périodiques qui viennent de paraître, peu sont apolitiques.

Abbès Dziri, rédacteur en chef de la nouvelle revue Spot-mag , la distingue d’un magma de parutions : «Des publications comparables à la nôtre il n'en existe pas vraiment... Soit elles visent une autre cible, soit elles n'ont aucune qualité dans leur contenu !!!»

En conséquence, il a été rapidement «conquis par l’idée de Wicem Dakhlaoui, éditrice, fondatrice de la revue.» Proche de la trentaine, il a «enchaîné les boulots qui ne lui permettaient pas de s’épanouir.» C'était l'occasion.

Spot -mag : Représentatif ou non ? Telle est la question !

Ne soyons pas naïfs et ne portons pas ce regard de voyeurs sur la Tunisie en pleine effervescence de reconstruction idéologique et électorale.

« Représentatifs ? on ne pourra jamais l'être - poursuit Abbès Dziri-, car le Tunisien se caractérise par ses différences. Donc nous tentons de toucher le plus de jeunes possible en nous intéressant à divers problèmes et diverses situations particulières qu'elles soient d'actualité ou non !!

« Nous voulons toujours être porteur de messages d'espoir et d'optimisme en ces temps historiques, certes, mais difficiles pour la plupart de nos jeunes tunisiens »

« Notre ligne éditoriale est bien précise : elle concerne les préoccupations des jeunes et leurs grandes questions. De là s’élaborent nos thèmes ; sinon, le reste, c’est l’actualité »

« La moyenne d’âge des collaborateurs, oscille autour de 27 ans. Elle correspond à la tranche d’âge des lecteurs de Spot-mag .

«Pour l'instant nous ne possédons pas les chiffres exacts mais si on se réfère aux feedbacks de notre page fan sur facebook et des retours des amis qui n’hésitent pas à nous faire part des réactions de leur entourage, le deuxième numéro du mag dépasse les scores du premier.»

Réactifs les Tunisiens ?

« On ne cible plus une tranche d’âge particulière chez Spot-mag . Le magazine est en train de mûrir et on voit que tout le monde s'y intéresse. Je tiens à préciser que notre magazine s’est ouvert à tous : jeunes et moins jeunes Pour nous, oui ! C’est un grand succès !!»

« L'idée du mag est venue bien après la révolution pour une raison très simple qui est l’assise de la liberté d'expression »

Dans la Tunisie de la campagne électorale, la majorité des nouveaux partis sont davantage représentatifs de la démocratie ; ils ne sont pas non plus confessionnels. Mais les intérêts internationaux ont avantage à la présenter comme un danger et un repoussoir.

Ce n’est qu’une douzaine de partis islamistes –sur les 63 présents-, tels que les « conservateurs progressistes », qui ne font cas d’aucun état d’âme libertaire, appuyés par la droite extrémiste de l’étranger

Tout en subtilité !

Le rôle des médias est délicat, pour dépasser les opérations d’intoxication de l’opinion publique et internationale. Et Abbès Dziri de conclure :

« Pour être honnête, nous n’avons subi aucune réaction violente mais je tiens à préciser que nous prenons position contre toute forme d'extrémisme. »

« Nous défendons la jeunesse tunisienne et nous voulons sans aucune prétention montrer aux jeunes les différents moyens de réussir dans la vie. Nous tentons aussi de les comprendre à travers la précarité au niveau de plusieurs secteurs en TUNISIE. »

« Notre ouverture d'esprit est incommensurable. »

Cette interview d'un jeune cadre impliqué, un petit bijou de finesse, un brin d'humour... le message subliminaire en bonus !

Sur le même sujet