L'artothèque Centre-Val-de-Loire: le Vivier de l'Art contemporain

L'Artothèque Centre-Val-de-Loire, sise à Saint-Avertin (Indre-et-Loire), propose la location d'œuvres d'artistes contemporains tourangeaux.
13

La genèse de cette «bibliothèque» pas comme les autres.

L’art contemporain est maintenant mis à la disposition de tous. Après une première ébauche quelques années plus tôt, l’artothèque Centre-Val-de-Loire <http://www.artothequecentrevaldeloire.com> s’est installée aux portes de Tours, sur la commune de Saint-Avertin. Elle se propose d’apporter les œuvres d’art à votre domicile ou dans votre entreprise.

Après la première appellation «artothèque» de 1995, fondée par Serge Danler-Baumgarter, dont l’objectif était de faciliter l’insertion sociale des artistes dans la société contemporaine, c’est en 1999, grâce à Gérard Leduc, que l’artothèque a été relancée.

Sous la présidence actuelle de Robert Brasseur, l’artothèque compte à ce jour 34 artistes (peintres, sculpteurs, photographes, plasticiens et céramistes) dont, entre autres, Chantal Colombier, François Géhan, Michel Gressier, Charles Bujeau, Françoise Roullier, Michel Davo, Virginie Gauthier, Nikita, Katarina Johnson, Christian Vandormael, Jean-Pierre Loizeau, Jacques Moury-Beauchamp qui détient d’ailleurs une galerie attitrée aux États-Unis.

La location d’œuvres d’art: un concept original.

À l’artothèque, pas de chapelle, pas de frontière, juste l’art et ses expressions (land art, art numérique, figuratif, abstrait, hyperréalisme, etc.), car son unique but est de partager l’art contemporain sous toutes ses formes, de le faire vivre auprès de chacun d’entre nous, par le biais de «collections vivantes» et de l’insérer dans la vie quotidienne, sur les murs de nos logements; concept naturel et original en même temps, car c’était ce que prônait déjà «Khronos App’Art» dans les années-1990 tant à Tours qu’au Mans qui organisait des expositions chez l’habitant sous-tendues par la revue d’art et de littérature, Micronos.

Dans ce concept et cette originalité, l’artothèque comme tout lieu en «-thèque», se devait de placer l’œuvre d’art dans un système locatif. Pour un prix somme toute modique, il nous est donc permis, durant une période donnée, de louer un ou plusieurs tableaux ou des sculptures, de les emporter chez soi, et d’en changer quand bon nous semble.

Mais l’ambition de l’artothèque ne s’arrête pas là!

Cette artothèque organise – en parallèle du service de location, des permanences du local et d’interventions pédagogiques en milieu scolaire – de nombreuses expositions, individuelles ou collectives, dans des lieux publics (médiathèques, mairies, galeries, salles de spectacles, espaces d’expositions, etc.) ainsi que dans des entreprises telles que la Caisse d’Épargne, la Société Générale ou la Nouvelle République du Centre-Ouest, dans le département et au-delà.

À n’en pas douter, l’artothèque Centre-Val-de-Loire est devenue en quelques années le vivier de l’art contemporain et a su s’imposer tel un lieu incontournable de rencontres et d’échanges entre artistes, esthètes, collectionneurs, entreprises privées et collectivités locales. Elle s’incarne dorénavant dans l’indispensable circulation non seulement de l’œuvre d’art contemporaine, mais aussi des idées et des concepts, qui indiquent le degré d’équilibre et d’épanouissement de notre société en un foyer de créations et de partage.

Sur le même sujet