Claude Bez, "le patron" de Bordeaux

Président de 1978 à 1990, Claude Bez fera de Bordeaux un grand club en France et en Europe. En 1987, les Girondins remporteront le doublé coupe-championnat.
15

Claude Bez est né le 4 novembre 1940 à Bordeaux (Gironde). Il réside dans le quartier St Augustin dont le club omnisports lui est très familier ( Les JSA avec le volley-ball et le basket en particulier ).

Très tôt, il s’intéresse au football. Il a joué aux Coqs Rouges et a même disputé une finale de la coupe "Thierry" en 1959 contre .....les Girondins !

En 1974, il entre aux Girondins de Bordeaux et devient trésorier du club en remplacement de Jacques Descudet. Deux ans plus tard, il devient vice-président du club. En 1978, Claude Bez devient le président du club, à la place de Jean Roureau, à un moment où l’équipe des Girondins de Bordeaux est en déclin. A cette période, ce sont Nantes, St-Etienne et Strasbourg qui dominent le football français. La saison 1978-1979 voit les Girondins terminés à la 10e place.

La saison suivante est catastrophique. Les bordelais sont relégables au bout de 13 journées. Le club est alors entraîné par l’argentin Luis Carniglia. Mais comme les résultats sont très mauvais, Claude Bez fait appel à l’entraîneur Raymond Goethals qu’il embauche pour une durée de 9 mois. Bordeaux terminera cependant 6e au classement de la saison 1979-1980.

La nouvelle ère de Bordeaux

La fin juin 1980 marque l’arrivée de l’entraîneur Aimé Jacquet, qui vient de sauver Lyon de la relégation. Le début d’une longue collaboration entre les deux hommes qui va mener les girondins de Bordeaux en haut de l’élite. Cette saison 1980-1981 marque l’arrivée des joueurs René Girard ou Marius Trésor, Les Girondins de Bordeaux se classent 3e du championnat de France. Bernard Lacombe finira premier au classement des buteurs avec 18 buts.

Lors de la saison 1981-1982, Bordeaux finit 4e du championnat de France. Le travail d’Aimé Jacquet au sein des Girondins de Bordeaux est récompensé par la presse nationale. Il est désigné entraîneur français de l'année par le magazine « France Football » en 1981 et 1984.

En 1983, le lieu d'entraînement des Girondins de Bordeaux passe de Rocquevielle à la plaine des sports du Haillan. Claude Bez va alors entreprendre la restauration du château du Haillan, une bâtisse du 18e siècle, située au milieu de 10 hectares de verdures. L’équipe professionnelle peut alors effectuer tous ses entraînements et mise au vert en toute tranquillité. Les infrastructures du Haillan sont à l’époque en avant garde par rapports aux autres clubs.

Bordeaux, le champion du football français

L’année 1984, marque le premier titre remporté par le club sous la présidence de Claude Bez. Les Girondins de Bordeaux remporte le championnat de France. Ils feront de même l’année suivante. En 1986, Bordeaux ne remporte pas le championnat, mais sera vainqueur de la coupe de France. Ce sera le dernier titre remporté par Alain Giresse avec Bordeaux. Bordeaux finira cependant 3e du championnat de France.

Au mois de juillet 1986, Giresse quitte Bordeaux pour l’OM. C’est un véritable coup de tonnerre ! Claude Bez qui le considérait comme son fils, vivra son départ comme une trahison, d’autant que l’on est en pleine guerre entre Claude Bez et Bernard Tapie. Mais Bordeaux saura rebondir.

Lors de la saison 1986-1987, les Bordelais font le doublé championnat de France / Coupe de France. Les Girondins de Bordeaux sont demi-finalistes de la coupe d’Europe des clubs champions en 1985 et 1987.

Le temps des affaires

Au printemps 1990, éclate l’affaire du déficit du club qui sera estimé à 300 millions de Francs. Les attaques sont portées de toute part sur l’équipe dirigeante. Lors de la saison 1989-1990, Bordeaux est vice-champion de France en terminant à la deuxième place juste derrière Marseille. Le 26 novembre 1990, Claude Bez démissionne de la présidence des Girondins de Bordeaux, à la suite de son inculpation pour escroquerie, abus de confiance, complicité de faux et recel de biens sociaux. Il est laissé en liberté en échange d’une caution d’un million de francs.

A la fin de la saison 1990-1991, le club dépose le bilan aura une sanction administrative. Bordeaux est rétrogradé en division 2 par la D.N.C.G (Direction Nationale de Contrôle et de Gestion) en raison de son énorme déficit financier. Le club remontera en première division, l'année suivante.

En 1993, 1994 et 1997 ont lieu plusieurs procès ou Claude Bez sera condamné pour escroquerie, abus de confiance... En août 1995, Claude Bez commence a avoir des ennuis de santé. Il est hospitalisé pour des problèmes cardio-pulmonaires. Au début de l’année 1999, de nouvelles échéances judiciaires se profilent à l’horizon pour l’ancien président de Bordeaux. Peut-être celle de trop. L’homme a désormais une santé fragile. La perspective d’un nouveau procès est d’ores et déjà éprouvante. Claude Bez meurt d’une crise cardiaque, le 26 janvier 1999 après avoir été admis à l'Hôpital Haut-Levêque à Pessac. Il avait 58 ans. Le week-end suivant son décès, Bordeaux battra l'OM par un 4-1, au Parc Lescure avec le titre de champion de France de division 1, au bout. On ne pouvait rêver plus bel hommage pour Claude Bez.

Claude Bez, l'homme

Claude Bez était caractériel, mais à l'intérieur, l’homme à la célèbre moustache foisonnante, était un être sensible. Malgré les apparences il était toujours ouvert au problèmes de chacun. Les anciens joueurs de Bordeaux, Lacombe, Battiston, Trésor, et Rohr, notamment peuvent en témoigner… Ces démêlés avec Bernard Tapie (président de l'Olympique de Marseille, à l'époque) sont légendaires. Excentrique et provocateur, Claude Bez roulait dans une Cadillac noire. Mais ce qu'on retiendra de lui, c'est qu'il a hissé Bordeaux au sommet du football français.

Tags:

Sur le même sujet