Roland Garros : un Gasquet impuissant contre un Djokovic épatant

Richard Gasquet n'a jamais trouvé la solution et s'incline face à Novak Djokovic, toujours plus impressionnant, et en route vers le fauteuil de numéro 1.
5

Dans un match dénué de rythme, que Richard Gasquet n'a jamais pu enflammer ni dominer, Novak Djokovic s'affirme de plus en plus comme le favori numéro 1 de ce Roland Garros. Pour Gasquet, qui a atteint pour la première fois les huitièmes Porte d'Auteuil, il faudra tirer les enseignements de cette défaite pour progresser davantage.

Jamais dans le coup

Le premier point résume à lui seul la teneur d'un match disputé à sens unique. Gasquet est agressé sur son service devant un Djokovic qui tient à merveille sa ligne de fond de court, faisant de fait reculer son adversaire et concluant ce premier point sur un revers gagnant. Dans la foulée, le numéro 2 mondial (jusqu’à dimanche ?) fait le break avant de conserver facilement sa mise en jeu (2-0). On se dit alors que cela risque d'être fort compliqué pour Richard Gasquet.

Pourtant, celui-ci rentre progressivement dans le match et s'octroie même deux balles de débreak à 2-3. Le Serbe sort toutefois à ce moment précis deux grosses premières balles, annihilant tout espoir français. Et quand on sait que Novak Djokovic a tout simplement remporté 95% de points (18/19*) derrière sa première balle au cours de ce premier set (90% sur l’ensemble du match!), difficile de rivaliser… Il ne tremble d'ailleurs pas pour conclure ce premier set dans lequel Richard Gasquet pourra regretter sa mise en action, probablement pas assez incisive.

Un semblant d'équilibre

À l'instar de la première manche, Gasquet engage le premier. Et à la différence de la précédente, il remporte sa mise en jeu, ce qui est déterminant afin de faire la course en tête. On sent un Djokovic un peu moins tranchant tandis que le Bitterois varie son jeu et trouve quelques bribes de solutions pour déstabiliser son adversaire, comme sur ces amortis et ces revers fulgurants. Il cherche à trouver la faille chez la mise en jeu du Serbe, mais confond vitesse et précipitation et commet de nombreuses fautes directes (9 dans ce set). À 3-3, Djokovic se montre très percutant sur retour alors que Gasquet sert moins de premières balles. Et sur deuxième balle, le Français n'a remporté que 45% de points au cours du match. Insuffisant pour prétendre dominer un tel joueur (alors que depuis le début de l’année, Gasquet en remporte 53% sur deuxième balle, témoin de la qualité de retour du Serbe).

À 0-40, Djokovic ne se fait pas prier et fait le break à sa première occasion (3-4). Dès lors, difficile de battre un Djokovic en confiance totale depuis ses deux victoires en finale de la Coupe Davis. Sans trembler, il conclut le set facilement, dans le sillage d'un service efficient.

Troisième manche à sens unique

Le Français, touché mentalement et impuissant, perd rapidement son service, à 1-1, sur une double faute, illustrant sa volonté, malheureusement vaine, de repousser le Serbe afin d'éviter un retour canon. Dans la continuité, Richard Gasquet lâche prise (1-5) et sauve tout de même l'honneur en écartant trois balles de matches sur son service. Mais sur la cinquième, à 5-2 service Djokovic, une nouvelle faute directe (26 au total) permet au Serbe d'accéder aux quarts de finale, en s'adjugeant au passage sa 41e victoire de l'année en autant de matches disputés.

Et s’il venait à écarter Fabio Fognini en quarts de finale - ce qui ne fait presque aucun doute -, le double vainqueur de l’Open d’Australie égalerait ainsi John McEnroe (42 victoires consécutives au début de la saison 1984). Avant de subtiliser la place de numéro 1 mondial à Rafael Nadal? Cela semble en tout cas de plus en plus probable.

* Source : http://www.rolandgarros.com/fr_FR/scores/stats/day13/1408ms.html

Sur le même sujet