F1 2012 - Grand Prix de Chine: la confirmation de Nico Rosberg

Baptisé en 2006, Nico Rosberg a fait sa profession de foi et sa confirmation en signant la pole position et la victoire au Grand Prix de Chine.
12

Cher Nico,

Ton sourire a fait plaisir à voir sur le podium, en Chine. Pas d'émotion incontrôlée. Tu étais tout en maîtrise, comme d'habitude. Le gendre idéal ne perd pas ses moyens, jamais. Même en cas de victoire. Pourtant, à l'intérieur de ta petite tête de polyglotte, ça devait bouillir.

Une première victoire a une saveur unique. Surtout en ayant attendu 111 courses que cela n'arrive. Jenson Button (113) et Mark Webber (130) pourront t'en parler. Maintenant qu'ils ont goûté au fruit défendu, ils ne peuvent plus s'en passer.

Dommage que Papa Keke n'ait pas été là avec sa caméra 8 mm pour immortaliser l'instant. Il n'avait rien loupé de ton baptême à Bahreïn en 2006, où tu avais déjà signé le meilleur tour en course pour ton premier Grand Prix. Et là, coup sur coup, il est passé à côté des cérémonies de ta profession de foi et de ta confirmation.

Tu ne lui en tiendras pas rigueur. Tu sais bien que ta première victoire trônera à une bonne place sur l'étagère des archives des Rosberg, pas loin du titre de champion du monde de ton père, et en tout cas au même niveau que ses cinq victoires.

Schumacher passé à l'éteignoir

En Chine, tu as surtout prouvé que tu n'étais plus un enfant de choeur. Derrière Papie Schumi en qualifications en Australie et en Malaisie, on commençait à se demander si tu n'étais pas un peu trop tendre. Eh bien, pas du tout.

Pendant ta procession de confirmation, en tête de la course, tu as passé un sacré coup d'éteignoir sur la flamme de Schumacher. Elle qui brillait de plus belle depuis le début de la saison. Cinq dixièmes en qualifications à voiture égale, ça fait mal. Alors, ta victoire, couplée à son abandon précoce, a été le coup de grâce. Une manière, peut-être, de donner l'extrême-onction à sa carrière. Mais, tu le connais, le vieux renard n'a pas dit son dernier mot.

Rosberg, deuxième du nom

Nico, ta performance est historique. Non seulement tu as signé la première pole position de Mercedes depuis leur retour en 2010, mais tu leur as en plus apporté leur dixième succès en Grand Prix, le premier depuis 1955.

Tonton Norbert avait de quoi jubiler à l'arrivée. Il avait misé sur toi à l'hiver 2009 pour seconder Papie Schumi au volant d'une Mercedes flambant neuve. Tu as fait bien mieux que ça. Rosberg Junior n'est plus. Tu es aujourd'hui Rosberg, deuxième du nom, au palmarès de la Formule 1. Il ne reste plus que le titre... Dès cette année. Trente ans après Papa Keke, ça le ferait bien rire, non?

Bon, Nico, tu viens de tirer ta première flèche (d'argent) sur le palmarès de la saison 2012. On se doute que tu as plus d'une corde à ton arc. Avec une monoplace enfin capable de jouer les premiers rôles, tu vas te faire un plaisir de remettre ça très rapidement. Dès Bahreïn ce week-end?

Sur le même sujet