Le mal des transports, plus jamais!

En avion, ça balance. En bateau, ça tangue. Et le mal au cœur a vite fait de gâcher le voyage. Pour vous remettre d'aplomb, pensez aux antinauséeux.
24

Accélérations, virages, descentes, tangage ou roulis brouillent les capacités d’adaptation de notre centre chargé de contrôler l’équilibre. Logé dans l’oreille interne, il est le point de départ de la cinétose (nom scientifique du mal des transports), qui touche plus volontiers les femmes enceintes et les enfants. La moiteur, la fatigue, les bâillements, les maux de tête, la salivation, une sensibilité aux odeurs devancent les vertiges, les sueurs froides et les incontournables nausées. Pour les éviter, commencez par choisir la bonne place.

  • En avion, préférez les zones situées entre les ailes, plus stables en cas de turbulence.
  • En bateau, installez-vous confortablement du côté penché du navire, à l’extérieur si possible.
  • En train, asseyez-vous dans le sens de la marche et côté fenêtre pour voir le paysage.
  • Briguez les sièges avant dans l’autobus.
  • En voiture, demandez aux passagers de ne pas fumer et aérez bien l’habitacle.

Alcool de menthe Ricqles

Une solution alcoolique d’essence de menthe, qui s’utilise en cas de mal des transports, mais également dans bien d’autres occasions : nausées ou simples difficultés à digérer.

Comment l’utiliser ? En versant quelques gouttes sur un sucre avant de le croquer ou en diluant un peu d’alcool de menthe dans de l’eau.

Conseils : Vous vous sentez trop mal pour avaler quoi que ce soit ? Appliquez une compresse imbibée de cette solution sur le front et les tempes.

Nausicalm

Sirop caramélisé qui contient du diméhydrinate.

Comment l’utiliser ? De deux à six ans, une demie à une cuillerée à café toutes les six à huit heures suffisent, sans dépasser cinq par jour. De six à quinze ans, on double la dose. Pour les adultes, on passe à une à deux cuillerées à soupe, sans dépasser huit par jour.

Conseils : Pratique pour les enfants qui ne peuvent pas avaler de comprimés. Première prise possible trente minutes avant le départ, mais le produit peut donner envie de dormir. Attention en cas de diabète, car le sirop est sucré.

Sea-Band

Les bracelets d’acupuncture, antimal de mer ont été adoptés par certains navigateurs. Ils fonctionnent par acupression en agissant sur le point d’acupuncture « nei kuan », qui se situe entre les deux tendons fléchisseurs de la main.

Comment les utiliser ? Glissez un bracelet élastique sur chaque poignet. La boule blanche est à placer sur le fameux point.

Conseils : Un dispositif utilisable dès trois ans, qui agit en cinq minutes environ. À essayer en prévention ou en traitement par ceux qui ne veulent rien avaler.

Vogalib

Son principe actif, la métopimazine, agit sur la contraction des muscles de l’œsophage et de l’estomac, ce qui le rend utile dans les nausées et les vomissements (mal de cœur, gastro-entérite, lendemains de fête, par exemple).

Comment l’utiliser ? Les lyophilisats oraux (ou lyocs) édulcolorés à l’aspartame de désagrègent en trente secondes sur la langue, ce qui permet de les prendre sans eau. Mais on peut aussi les faire fondre dans un peu de liquide. Limitez-vous à deux à quatre lyocs par jour, et à un à deux pour les enfants à partir de 6 ans.

Conseils : à essayer en prévention ou en traitement par ceux qui ne veulent rien avaler. Premiers effets au bout de cinq minutes. Ne dépassez pas deux jours de traitement sans avis médical. à proscrire en cas de glaucome ou de troubles de la prostate.

Dolitravel

Cocculus indicus, Tabacum, Petroleum, Conium maculatum pour les vertiges, Calcarea carbonica et Ignatia amara pour lutter contre l’appréhension en voyage.

Comment l’utiliser ? Un comprimé sous la langue la veille du départ, un second une heure avant et un troisième au moment de partir. En traitement, une prise s’impose dès l’apparition des premiers symptômes, une autre si nécessaire toutes les heures (attention, pas plus de six comprimés par jour)

Conseils : Cessez les prises dès la disparition des symptômes. Pas plus de deux jours de traitement. Pas adapté aux enfants de moins de six ans.*

Cocculine

Poids sur l’estomac, sueurs froides et vertiges sont pris en charge par Cocculus indicus, Tabacum, Nux Vomixa et Petroleum.

Comment l’utiliser ? En prévention, sucez deux comprimés trois fois par jour la veille et le jour du départ. Si les symptômes apparaissent pendant le voyage, prenez deux comprimés toutes les heures.

Conseils : Toute la famille peut en bénéficier, même les femmes enceintes. Pour les petits de moins de six ans, préférez la présentation en doses : une la veille du départ, une deuxième juste avant le départ et la troisième en cas de mal de mer.

Sur le même sujet