Cantonales 2011 à Montpellier : peu d'intérêt

Les élections cantonales approchent. Non renseignés ou pas intéressés, les citoyens ne se sentent pas toujours concernés. Micro-trottoir.
10

Après les régionales l'an dernier, c'est au tour des élections cantonales d'inviter la population aux urnes. Tous les trois ans, la moitié des cantons est renouvelée. Les 20 et 27 mars prochains, les Héraultais rééliront 26 circonscriptions du département – majoritairement socialistes – sur les 49.

Ces élections ne sont pas sexy aux yeux des Français. Bien moins en tout cas que la présidentielle et les régionales. Après les européennes, elles sont celles qui ont le plus fort taux d'abstention. En 1988, moins d'une personne sur deux a voté pour les deux tours. Au niveau national, le taux de participation tourne autour des 60 % depuis plusieurs années avec une légère chute en 2008 (54,53 % au premier tour). Dans l'Hérault, le chiffre de l'an dernier avoisinait les 60 %. Beaucoup d'électeurs font donc acte de présence mais le taux d'abstention reste élevé même s'il n’égale pas celui des régionales de l'an dernier. Avec un ras-le-bol grandissant de la politique actuelle, on peut donc se demander s'il y aura la queue devant l'isoloir cette année.

"J'irai aux urnes même si je dois voter blanc", Gwladys 18 ans

Les conseillers généraux n'ont pourtant pas un rôle anodin. Ce sont eux qui votent les compétences et les actions du conseil général. Dans l'Hérault, le budget voté cette année est de 1,24 milliard d'euros. Il sera utilisé pour la construction et la rénovation des collèges publics ou encore l'entretien des plus de 5 000 kilomètres de routes départementales. C'est aussi le département qui gère les budgets sociaux comme le revenu de solidarité active (RSA).

Perdus dans les explications ou tout simplement pas intéressés, il y a pourtant une solution pour continuer de faire usage de son droit de vote. Gwladys, une étudiante montpelliéraine de 18 ans, s'intéresse peu aux cantonales. Elle déclare : « J'irai aux urnes même si je dois voter blanc ». Encore faut-il que les gens acceptent de se déplacer pour si peu.

Et vous, Montpelliérains, irez-vous voter ?

Mario, 21 ans : "Les cantonales ne m'intéressent pas plus que ça, je ne me tiens pas vraiment au courant. Il faut dire qu'elles ne sont pas aussi médiatisées que les régionales et la présidentielle. En bon citoyen, je me rends régulièrement aux urnes mais je vais faire l'impasse sur ces élections."

Marie-Colette, 67 ans : "Je suis fatiguée du contexte politique de la région. Les politiciens locaux ne cessent de se renvoyer la balle. Je me renseigne tout de même en lisant des articles dans la presse car je pense que le département a un rôle à jouer dans la politique locale."

Danièle, 48 ans : "Je me tiens au courant de l'actualité mais je n'entends pas tellement parler des cantonales. Selon moi, le conseil général n'a pas un rôle très important. J'irai voter comme je l'ai toujours fait car c'est une chance dont nous devons profiter."

Gwladys, 18 ans : "Je connais très peu ces élections. J'irai voter même si je dois voter blanc. Pour connaître les candidats et me renseigner un peu plus, j'irai sur internet car les journaux n'en parlent pas beaucoup. Pourtant, je suppose que le département a un rôle important même si je ne suis pas au courant de ses compétences."

Vous pouvez, vous aussi, nous faire part de vos impressions qu'importe votre département de résidence.

Sur le même sujet